Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/06/2006

comment identifier un chef de station de la CIA

Document exclusif,de F.....,que je remercie pour m'avoir autorisé a le publier,et que je félicite par la meme occasion pour la qualité de son travail.Précision: Les notes en caractère gras sont de moi,pas de F....

 

 

 

 Comment spotter un chef de station de la CIA

PRESENTATION

La Central Intelligence Agency (CIA) est le service américain chargé d’une partie du recueil et de la centralisation de l’ensemble du renseignement. Basé à Langley en Virginie, il est chapeauté par un directeur (DCI) un directeur adjoint (DDCI) et est schématiquement organisé en 3 grandes directions :

- La direction du renseignement (DI) ou de l’analyse chargée de l’exploitation et de la présentation des renseignements recueillis

- La direction scientifique et technique(DS&T) dont les attributions vont de la préparation de poisons a la maîtrise d’œuvre des divers satellites d espionnage (KH-12 par exemple).

- Et enfin la Direction des opérations (DO) chargée de la collection du renseignement qui se divise en offices régionaux (Europe, Asie, Eurasie centrale…etc), et en sections plus spécifiques comme le Counter Intelligence Center. La DO est aussi chargée de l’exploitation des stations installés à l’étranger mais aussi dans certaines grandes villes américaines.

Pour accomplir ses missions de renseignement la DO emploie environ 6000 officiers traitants ou case officers(CO) qui - après une année de formation aux techniques de recrutement, de collection et de mise en forme du renseignement à Camp Peary près de Williamsburg en Virginie - effectuent un stage plus ou moins long à Langley dans une des sections avant d’être affectés dans une station a l étranger.


LA STATION
Nous nous bornerons ici a étudier les stations installées à l’étranger sans traiter de celles basées dans les grandes villes américaines.

Une station est la structure décentralisée de la CIA installée dans une capitale étrangère et qui est spécifiquement chargée :

- de la collection du renseignement politique voire économique sur et dans ce pays
- de la liaison avec les services de renseignements locaux
- des activités de contre espionnage de recrutement et traitement de sources
- de toute action clandestine contre ce pays ordonné par le président des USA

En 1992 il y avait officieusement 130 stations de la CIA réparties a travers le monde

La station est toujours installée dans les locaux de la représentation diplomatique des USA ;. elle dispose de ces propres locaux, archives, coffres et système de communications sécurisé; son personnel (des CO, des Reports Officers ou RO chargés de l ‘analyse du renseignement, secrétaires et opérateurs de communications) a statut diplomatique et bénéficie ainsi de l’immunité afférente , leurs fonctions étant généralement celles d’attachés de deuxième et plus rarement de premier secrétaire d 'ambassade. Le responsable de cette structure est appelé chef de station ( en anglais Chief Of Station ou COS) .



LE C.O.S

Le COS est donc le plus haut représentant du DCI dans un pays donné. La seule autorité civile américaine supérieure à lui, dans ce pays et dans les domaines du renseignement et du contre espionnage, est l’ambassadeur. Les autorités locales connaissent généralement (mais pas toujours) ses véritables fonctions. Il a aussi statut diplomatique, (et c’est le premier des indices pour le spotter) souvent couverture de Conseiller d’ambassade, comme par exemple J F B à Canberra. Il arrive encore pourtant de nos jours de trouver un COS qui soit premier secrétaire comme M A S à Santiago du Chili, ou,plus anciennement, Garner "Gus" Hathaway ,chef de station de la CIA a Moscou de 1977 a 1980.

Ce COS est un CO expérimenté ayant au minimum 5 ans d expérience à l étranger. Il est évident que toute les stations n’ont pas la même importance. On ne peut comparer la station de Tokyo a celle de Barbade. Plus le pays sera important au regard des intérêts des USA, plus le COS sera expérimenté. Il en va ainsi par exemple ces jours-ci à Paris ou J W N a plus de 30 ans de service a la CIA (notamment en Amérique latine). La deuxième façon de spotter un COS est donc de se référer aux travaux analogues effectués il y a quelques années de cela. Citons-en quelques uns :

- Dirty work : The CIA in Europe de Philip AGEE et Louis WOLF

- Dirty work II : The CIA in Africa des mêmes auteurs

- La série des Covert Action Information Bulletin qui bien que datant du début des années 80 donnent une photographie assez fidèle du personnel de la CIA

- La Namebase 


Un officier totalisant plus de 30 ans de service a toutes les chances d’y être cité.


Le COS, étant théoriquement un diplomate, devrait apparaître sur la liste des principaux responsables de l’ambassade gracieusement fournis sur le site du Département d’état . Une troisième méthode de spotting est de comparer cette liste avec la liste diplomatique que fait paraître et diffuse plus ou moins facilement le ministère local des affaires étrangères.

On risque alors de découvrir des conseillers fantômes qui ne sont pas connus au Département d’état US mais qui sont effectivement en poste dans le pays. Il en est ainsi par exemple de G.P H à Prétoria ou de J K à Brasilia.

Il arrive même parfois que d’un site officiel américain a l’autre les anomalies soient cocasses. Ainsi, si pour le site du département d’état, cité plus haut, il n y a pas de B R. W a Madrid, pour le site de l’ambassade US cette personne y occupe bien des fonctions officielles.Idem pour l'actuelle chef de station de la CIA a Erevan.


Les deux derniers cités ont en commun la fonction de Regional Affairs Officer qui est une des couvertures les plus répandu pour un COS et donc la quatrième méthode de spotting.Par exemple,Michael Sulick ,chef de station de la CIA a Moscou de 1994 a 1996 ,a travaillé sous cette couverture diplomatique.


Enfin si en consultant la liste diplomatique du pays vous n’avez toujours pas spotté le COS une dernière méthode est de chercher les titres aussi ronflants que fantaisistes. Prenez l’exemple de M E K qui est Conseiller pour les affaires « politiques multilatérales » à Vienne, de L D A qualifié de « conseiller pour la coordination » à Buenos Aires ou de M K. W conseiller à Bangkok qui porte le titre transparent «d’assistant spécial » de l’ambassadeur.

CONCLUSION

Toutes personnes se lançant dans ce travail doit toutefois avoir a l’esprit qu’aujourd’hui un nombre de plus en plus important d officiers de la CIA ne sont plus sous couverture diplomatique. Ils sont appelés NOC (pour Non Official Cover ou couverture non officielle). Ils peuvent être businesssmen, universitaires voire de simples touristes.

Il est bien évident qu’en elle même ces méthodes ne sont pas conclusives mais en les croisant on peut en général avoir 95% de certitudes.

Elles ont en tout cas un intérêt ; ELLES SONT TOUTES BASES SUR DES SOURCES INTEGRALEMENT PUBLIQUES ET DONC OUVERTES.

BONNE CHASSE

 

 

Petite note personnelle : je valide personnellement les informations de F....,ayant moi-meme pu identifier plusieurs officiers de la CIA grace au Namebase.

Ou encore de découvrir en juillet 2004 ,en analysant les biographies de tous les chefs de la CIA a Moscou de 1971 a 1996, que tous ceux en poste a partir de 1984 agissaient sous la couverture de Conseiller aux affaires régionales....Il s'agit de ses messieurs Murat Natirboff,Jack Downing, Michael Cline,David Rolph,James Morris,Michael Sulick.

J'ai meme pu,en consultant une liste diplomatique,identifier le chef d'une station de la CIA très importante,en moins de 10 secondes,simplement en cherchant qui était le conseiller aux affaires régionales dans l'ambassade de ce pays...

Autre exemple validant le travail de F... : Richard Welsh, chef de station de la CIA a Athènes abattu le 23 novembre 1975 par le groupuscule terroriste d'extreme gauche grec "17 Novembre" ,agissait sous la couverture d'assistant spécial de l'ambassadeur,une couverture plutôt classique pour les chefs d'antenne de la CIA. Par exemple, Edward Compton Fenimore,chef de station a Manille de 1962 a 1966, ou John Richardson,chef de l'antenne de Séoul de 1969 a 1972,ont travaillés dans ses pays sous cette couverture...Attention toutefois,nombre d'assistants spéciaux de l'ambassadeur ont été ou sont d'authentiques diplomates,ce n'est pas parce que on voit "special assistant" que a été automatiquement identifié le chef de l'antenne de la CIA...

 Toutefois,F.. a oublié une autre couverture des chefs de station, un grand classique de la CIA: celui de "Conseiller pour les programmes" de l'ambassade ("Counsellor for program coordination"). Cette couverture fut celle,par exemple,de Betram Dunn,  Chef de station a Londres de 1989 a 1991...

Une autre couverture ,détéctée récemment,est celle de "counsellor for policy review",utilisée par Hugh Turner,récemment en poste a Londres comme Chef de station (Turner a été en poste a Kaboul durant la Guerre froide,d'ou il a été déclaré persona non grata et expulsé en septembre 1983).

Dernière précision :il existe deux autres moyens d'en apprendre plus sur les officiers de la CIA en général,les chefs de station compris.   C'est d'abord en examinant le LEXISNEXIS, qui est une base,ouverte , regroupant nombre de journaux aussi bien francais que étrangers (allemands, anglais,américains, etc...).C'est carrément incroyable la masse de renseignements que l'on peut y obtenir sur le travail de la CIA. J'ai ainsi découvert, par exemple, que William Norvill, chef de station adjoint de la CIA a Moscou qui eut l'immense honneur d'etre expulsé avec fracas le 22 octobre 1986 ,avait précédemment été en poste a Varsovie...   Ensuite,les sites russes (et même Internet en général)  fournissent énormément d'informations sur le sujet.Il ne faut pas oublier que l'ennemi principal de la CIA durant la Guerre Froide fut le Bloc communiste.Donc les sites internet et les mémoires d'anciens du KGB sont fort utiles.

 

Note remise a jour le 31.08.2007. 

Commentaires

Vse promolchat nikto ne skazhe. Kjetil Paavo.

Écrit par : Kjetil Paavo | 22/06/2007

V kakom smisliyé?

Écrit par : ADMINISTRATEUR | 23/06/2007

Les commentaires sont fermés.