Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2017

Le service de renseignement extérieur du contre-espionnage militaire du KGB.

Ce service est peu connu, et pourtant ! Il existe depuis bientôt un siècle. Au sein du contre-espionnage militaire russe, le renseignement extérieur s’est toujours retrouvé en première ligne dans les conflits armés auquel la Russie prenait part.

Le contre-espionnage militaire russe-actuellement 3ème Département du FSB-a pour missions la surveillance des troupes et de leur moral, mais aussi la lutte contre les services de renseignements étrangers[1].  La mission de renseignement extérieur, moins connue, est pourtant particulièrement active-quitte à faire concurrence au GRU- et ce pour deux raisons :

La première est pratique, le contre-espionnage militaire d’un pays ne peut se contenter de protéger les secrets militaires et de poursuivre les espions adverses ; il se doit aussi d’anticiper, de se montrer offensif.  C’est ce que fait le contre-espionnage militaire russe dès la création de la Tchéka, et cette fonction n’est pas niée, bien au contraire : les ouvrages officiels regorgent d’exemples d’officiers ou d’informateurs des OO (« Osobiyé Otdeli », Sections Spéciales, nom donné aux services du contre-espionnage militaire russe) envoyés infiltrer les rangs de l’Armée Blanche durant la Guerre civile ; ou dans les écoles du renseignement nazi durant la Seconde Guerre mondiale[2].

La deuxième raison était organique : lors de sa formation, le renseignement extérieur de la Tchéka était un service dépendant de la Section Spéciale. A l’origine, dès le 6 janvier 1919, les OO sont chargés du travail de renseignement à l’étranger. Au printemps 1920, pour assurer une meilleure coordination du travail de renseignement extérieur, est créé un département du renseignement extérieur, toujours au sein du contre-espionnage militaire, et ce jusqu’au décret 169 signé par Felix Dzerjinsky, le 20 décembre 1920, qui fait du service de renseignement extérieur un service à part entière[3].

Toutefois, cette fonction de renseignement extérieur n’est pas limitée aux périodes de « guerre chaude » : lors de la Guerre dite froide, le renseignement extérieur au sein du contre-espionnage militaire existe, et se structure : Suite aux émeutes de Berlin en 1953, est créé au sein du OO auprès des Troupes soviétiques en Allemagne de l’Est un 3ème département, en charge du renseignement extérieur. Ce service participe également aux enquêtes menées par le contre-espionnage militaire contre les informateurs des services secrets adverses et du recrutement des informateurs étrangers[4], quitte à faire concurrence la 1ère Direction Principale du KGB (Renseignement extérieur) et au GRU (renseignement militaire). C’est sans doute ce service qui réussit le recrutement du soldat britannique Geoffrey Prime, ensuite affecté au GCHQ[5]. Prime rencontra ensuite ses contrôleurs à l’étranger, principalement à Vienne

En 1971, c’est au sein de la 3ème Direction du KGB (Contre-espionnage militaire) qu’est créé un 3ème département, chargé de centraliser la mission de renseignement extérieur. Durant l’URSS, tous les chefs de ce département ont précédemment faits carrière au sein du renseignement extérieur du contre-espionnage militaire en Allemagne de l’Est[6], voire l’ont dirigé, ce qui montre que la RDA est un poste clé.

Des officiers de ce département sont également affectés au sein des OO dans plusieurs régions militaires soviétiques, comme en Asie du Sud-Est, ou dans la Baltique.

On retrouve aussi ces officiers en poste en Afghanistan[7] : selon Mikhail Dianov, qui a servi au sein de cette unité (3ème section de l’OO du KGB pour la 40ème Armée), les missions de son service étaient : collecte d’information auprès des afghans russophones, pour obtenir, ainsi, des informations sur les activités des services secrets adverses et des bandes armées , ainsi que leurs informateurs ; leurs opérations contre les troupes soviétiques et le gouvernement afghan ; infiltration des services secrets adverses.

Les officiers du 3ème département seront également impliqués dans le conflit tchétchène : selon un ancien transfuge du FSB, en 1995, une équipe du département est envoyée en Tchétchénie pour liquider le Président indépendantiste Djokar Dudayev[8].

Ce service existe toujours, il s’agit du 3ème département du DVKR (Départament Voyennoy KontrRazvedki- contre-espionnage militaire) du FSB[9]. Il est à noter que le responsable, jusque 2015, du DVKR, Alexandre Bezverkhnii, a dirigé ce fameux 3ème département, dans la deuxième moitié des années 90[10].

Notons, pour conclure, que nombres de différents services, au sein du KGB, se livraient au renseignement extérieur, au grand dam de la 1ère Direction Principale, chacun dans sa spécialité : le 14ème département de la Deuxième Direction Principale (contre-espionnage) créé dans les années 70 se spécialisait dans les « double jeux » avec les services adverses, y compris parfois à l’étranger ; les 4ème (sécurité dans les transports) et 6ème Directions du KGB (sécurité économique et industrielle) demandaient à leurs informateurs, envoyés à l’étranger, de leur faire des comptes-rendus sur leurs séjours chez l’ennemi ; tandis que la 5ème Direction, spécialisée dans la lutte contre les dissidents, n’a pas hésitée à envoyer certains agents à l’Ouest, pour suivre ces milieux.

 

 

[1]     Dans une interview donnée en novembre 2010 à la publication semi-officielle du FSB « FSB : za i protiv » (FSB : pour et contre), le directeur du contre-espionnage militaire du FSB Alexandre Bezverkhnii indiquait les missions de son service : assurer la sécurité des forces armées russes ainsi que des organisations qui en dépendent ; information des responsables du FSB et du Ministère de la Défense quant aux problèmes au sein des Forces armées, avec une attention particulière quant aux capacités de préparation et de combat des troupes, état moral et psychologique des troupes ; lutte contre le terrorisme, le vol d’armes et d’explosifs, la corruption, le trafic de drogues, contre-espionnage, protection des secrets.

[2]     Quelques exemples d’ouvrages : « Les contre-espions militaires. Les Sections spéciales de la VéTchéKa-KGB ont 60 ans ». (Voyenniyé kontrrazvedchiki. Ossobim Otdelam VéTchéka-KGB 60 Liét). Editions Voyennizdar. 1979 ; « Les tchékistes militaires » (Voyenniyé Tchékistii), Sergey Ostryakov, 1979, Editions Voyenizdat ; « Les contre-espions militaires biélorusses. Destins, tragédies, victoires… » (Voyenniyé kontrrazvedchiki Belarussii. Sudbi, tragedii, pobedii..), Valery Nadtatchayev, 2008, Minsk, Editions Kavaler ; « Cela n’était pas mentionné… Les notes d’un tchékiste de l’armée » (Ob etom ne soobchaloss... Zapisski armeyskovo tchékista). 1984. Mikhail BeloOussov.

[3]     Historiographie officielle du SVR, disponible sur le site Internet de l’institution (http://svr.gov.ru/history/stage01.htm)

[4]     Voir sur le sujet les mémoires de Arkadi Kornilov, « Berlin : la guerre secrète des deux côtés de la frontières. Notes d’un contre-espion militaire » (Berlin : Taynaya Voyna po obié storonii granitsii. Zapisski Voyennovo kontrrazvedchika), Editions Kutchkovo Polié, 2009. En poste dans les années 50 et 60 au sein du 3ème département en RDA, il raconte aussi bien les recrutements de « taupes » dans le dispositif adverse que la traque des citoyens allemands et soviétiques travaillant pour la CIA ou le BND.

[5]     Le KGB dans le monde. Christopher Andrew, Oleg Gordievsky. The Defense of the realm.The authorized history of MI5. Christopher Andrew.Penguin books. 2010.

[6]     Les dirigeants du 3ème département du contre-espionnage militaire du KGB, de 1972 à 1991, étaient : Mikhail Zimbulatov (1972-1980) ; Vladimir Shirokov (1981-1988) ; Yuri Yarovenko (1988-1991). Tous ont travaillés, durant leur carrière, au sein du 3ème département de l’OO auprès des troupes soviétiques en RDA.

[7]     « Le contre-espionnage militaire du KGB d’URSS en Afghanistan. Souvenirs des officiers du OO du KGB d’URSS pour la région militaire de Léningrad 1979-1991».  (Voyennaya kontrrazvedka KGB SSSR v Afganistanié. Vospominaniya sotrudnikov Osobovo Otdela KGB SSSR po Leningradskomu voyennomu okrugu 1979-1991).  2010. Editions SPB.

[8]     « Le FSB fait exploser la Russie » (FSB vzrivayet Rossiyu). Alexandre Litvinenko, Yuri Felshtinsjy. Deuxième édition. 

[9]     « Voyennaya kontrrazvedka 1918-2010 » (Contre-espionnage militaire 1918-2010). Alexandre Bondarenko. Editions Molodaya Gvardiya.2011.

[10]    « Août 1991 et pas que.. Pensées d’un contre-espion militaire ». (Avgust 1991 i né tolko o niom… Razmishlenii Voyennovo kontrrazvedchika ). Nikolay Rijak. 2011. Editions Artstil-Polygraf.

14/02/2017

LES CHANGEMENTS DANS LES STRUCTURES ETATIQUES DE SECURITE ET DE RENSEIGNEMENT EN UKRAINE APRES LA PRISE DE POUVOIR DE L’OPPOSITION LE 22 FEVRIER 2014.

Note rédigée à la mi-mars 2014

 

LES CHANGEMENTS DANS LES STRUCTURES ETATIQUES DE SECURITE ET DE RENSEIGNEMENT EN UKRAINE APRES LA PRISE DE POUVOIR DE L’OPPOSITION LE 22 FEVRIER 2014.

 

La situation issue de l’après 22 février 2014 en Ukraine, avec l’arrivée au pouvoir d’une coalition mêlant nationalistes et pro-européens[1], pose des questions quant à l’avenir de l’Ukraine : quid de la dette ukrainienne, de l’entrée éventuelle du pays dans l’UE, de ses relations avec la Russie ? La question du rattachement de la Crimée à la Russie, à compter du 16 mars 2014, date officielle du référendum en Crimée, paraît jouée à l’avance, tant la Russie et les autorités de Crimée ont publiquement exprimées leur détermination : un retour en arrière serait, pour elles, au mieux, une défaite, au pire une humiliation.

Historiquement, la Crimée est une région russe depuis le XVIIIème siècle, et son annexion à la Turquie par la Russie. Rattachée à l’Ukraine soviétique en 1954 sur décision de Nikita Khrouchtchev, puis partie intégrante de l’Ukraine indépendante- à partir de 1991-, la Crimée,  russophone, a toujours constituée une pierre d’achoppement non seulement dans les relations entre la Russie et l’Ukraine, mais également dans une Ukraine divisée entre russophones- plutôt dans la partie Est- et la tendance nationaliste , située surtout à l’Ouest.

Le départ du pouvoir et la destitution du Président ukrainien Viktor Yanukovitch le 22 février 2014, suite aux manifestations et émeutes de la place Maydan à Kiev, et l’arrivée au pouvoir de la nouvelle coalition, vont entraîner une dégradation des relations entre le nouveau pouvoir central et la Crimée, mais aussi les provinces russophones, et ce pour plusieurs raisons : l’impression désagréable que Yanukovitch a été destitué en violation complète des règles constitutionnelles, alors qu’il avait été démocratiquement élu en 2010 ; l’arrivée au pouvoir des nationalistes à un certain nombre de postes clés, comme au Conseil de Sécurité et de Défense et au Ministère de la Défense ; la décision, dès le 23 février 2014, de supprimer la loi faisant du russe une langue officielle aux côtés de l’ukrainien dans les parties russophones du pays ; la crainte d’un retour des « Banderistes »- allusion aux partisans du nationaliste Stepan Bandera ; et enfin l’attachement à la Russie d’une partie de la population, qui s’est toujours sentie plus russe qu’ukrainienne.

Cette note propose de revenir sur la question ukrainienne au lendemain du 22 février sous trois aspects : le ménage fait au sein même des services de sécurité et d’ordre public ; l’utilisation de ces mêmes structures pour essayer de « contrôler » la situation ; la perte totale de contrôle, par Kiev, de la Crimée, de facto, et très prochainement, de jure.

A peine arrivé au pouvoir, le Président par intérim Oleksander Tourtchinov publie une série de décrets révoquant les personnes nommées précédemment par Yanukovitch aux différents postes. Ce ménage concerne également les structures de sécurité et de renseignement puisque, entre le 22 et le 28 février 2014, Tourtchinov démet de leurs fonctions et les remplace les chefs du renseignement extérieur (SVR) ; de la Direction de la protection étatique (Service de protection des personnalités) ; les adjoints du Conseil de sécurité et de Défense ukrainien (Cet organisme est présidé par le Président de l’Ukraine) ; le patron de la Direction principale du renseignement au ministère de la Défense (Renseignement militaire) [2].

Le service le plus marqué par les nominations et révocations, signe d’une volonté de contrôle de la situation intérieure, est le SBU, service en chargé du contre-espionnage et de la sécurité intérieure : sont démissionnés non seulement le Directeur, mais également ses deux 1ers Directeurs adjoints (Sergey Tchernikh, également à la tête de la Direction de lutte contre le crime organisé et la corruption ; et Volodimir Totsk) ; un adjoint du directeur (Volodimir Porodko) ; ainsi que plusieurs- pas tous- chefs de services centraux d’importance (contre-espionnage ; opérations spéciales ; archives ; enquêtes ; mesures opérationnelles techniques ; Licences et protection du secret d’Etat). Ce mouvement  commence dès le 26 février, et s’étend à partir de début mars aux différentes directions régionales (Kharkov ; Tchernivsti ; Dnepropetrovsk ; Khmelnitsk ; Kherson, Zaporojié entre autres), peut-être par crainte d’une perte de contrôle dans les autres régions du pays, surtout celles ou les pro-russes se montrent particulièrement actifs.

Ces changements traduisent une claire volonté de destituer les hommes nommés par Yanukovitch- nombre d’entre eux ayant été nommés en 2013, entre autres en avril.

Il est à noter que plusieurs postes d’importance ne sont, au 15 mars 2014, toujours pas pourvus : Il s’agit des postes de directeurs du Centre antiterroriste ; de responsable du service d’instruction (enquêtes) ; de la direction du SBU pour Kiev et sa région ; et du «département de protection de la sécurité d’Etat nationale », en charge de la lutte contre les personnes et organisations cherchant à nuire à l’Etat ukrainien et à sa souveraineté[3].

Mais l’arrivée au pouvoir, à Kiev, de la nouvelle coalition, va fortement inquiéter la partie russophone du pays, et entraîner, en Crimée, une prise de pouvoir de facto des autorités locales sur la communauté du renseignement ukrainien en Crimée. Dans ce cadre,  deuxième étape, les autorités de Kiev utilisent les services de sécurité ukrainiens dans leur lutte contre la contestation et les volontés séparatistes.

 

LA LUTTE CONTRE LES VOLONTES SUBVERSIVES

L’article 2 de la loi ukrainienne 2229-XII du 25 mars 1992, consacré au SBU, de rappeler que , parmi les missions du Service, figurent la protection de la souveraineté étatique, de l’ordre constitutionnel, et de l’intégrité territoriale.

Dès le 24 février 2014, le Parlement ukrainien nomme Valentin Nalivaytchenko nouveau directeur du SBU, en remplacement de Oleksandr Yakimenko. Le nouveau directeur du SBU, diplomate de carrière et qui avait déjà précédemment dirigé le SBU (De 2006 à 2010) [4] est un des alliés du nouveau pouvoir : il est membre depuis 2012 du parti OUDAR de Vitaly Klishko.

Dans cette période de l’après-Maydan, le SBU tente de préserver l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Pour cela, le service de sécurité ukrainien s’appuie sur la loi, ainsi que sur les décisions des tribunaux, en visant, en priorité, les têtes pensantes des mouvements contestataires.

Un des lieux qui inquiète le pouvoir central est la région de Donetsk, plutôt pro-russe[5] et en proie aux troubles : comme en Crimée, un référendum y est initialement prévu par l’opposition, quant au statut du Donbass[6]. Le 5 mars 2014, le directeur de la Direction du SBU pour Donetsk et sa région Oleksandr Pelekha est démis de ses fonctions[7], et remplacé le jour même par Valery Yuriovitch Ivanov[8]. Ce même jour, le leader du mouvement « La république de Donetsk » Andrey Purgin est enlevé-selon la presse, l’enlèvement aurait été commis par des personnes travaillant pour l’oligarque Rinat Akhmetov[9].

Le lendemain même, le SBU interpelle à Donetsk Pavel Gubarev, un des leaders du mouvement local de contestation contre le pouvoir central, qui avait été élu « gouverneur de la région de Donetsk » par les manifestants[10]. Gubarev  est accusé d’avoir pris part à des actions visant à changer le pouvoir par la force, de s’être emparé, avec ses partisans, de bâtiments locaux, et d’avoir empiété sur l’intégrité territoriale de l’Ukraine.

Enfin, le ministère ukrainien de la Justice considérant, au regard de la Loi ukrainienne, que les actes des représentants de la Crimée sont illégales[11], le tribunal de Shevtchenkov (à Kiev) ordonne au SBU d’interpeller le nouveau Premier Ministre de la République autonome de Crimée Sergey Aksionov et le Président du Parlement de Crimée Vladimir Konstantinov[12] pour activités visant à changer par la force ou a renverser l’ordre constitutionnel, et prise du pouvoir d’Etat.

Une telle mission paraît impossible à mettre en œuvre : les frontières de la Crimée avec le reste de l’Ukraine ont été fermées, et les autorités de Crimée ont prises le contrôle des structures de sécurité locales.

 

LA PRISE DE CONTROLE DE FACTO DES STRUCTURES ETATIQUES EN CRIMEE PAR LES AUTORITES LOCALES

 

La prise de pouvoir du 22 février 2014 à Kiev va entraîner une contre-réaction en Crimée : à l’arrivée des nationalistes et pro-européens répondent les manifestations en Crimée, et l’apparition de « groupes d’autodéfense » et de Troupes russes.

Poussés par la population, les autorités de Crimée, le Premier ministre de la République autonome et le Président de la Haute Rada (Parlement) de Crimée vont mettre en route le projet de « détachement » d’une Crimée qui revient dans le giron russe. Kiev réagit en paroles, mais guère en actes, n’en ayant guère les moyens : les Unités « Berkut », dont la mission est le maintien de l’ordre public, ont été dissoutes par le nouveau ministre de l’Intérieur Arsen Avakov[13]- dès le 25 février 2014[14] du fait de leur implication dans la répression sur la Place Maydan ; la Russie fait clairement savoir, d’abord via la voix de Dmitri Medvedev, de sa « détermination à protéger les populations russophones », rendant difficiles l’envoi de l’armée en Crimée ; enfin, le manque de matériel et de moyens de l’armée ukrainienne.

Dès le 27 février, Sergey Aksionov, leader du Parti « Unité russe » devient le nouveau Premier ministre de la République autonome de Crimée. Les responsables de Crimée vont profiter de cette faiblesse de Kiev en se comportant comme les dirigeants d’un Etat indépendant, ce qu’est la Crimée de facto, et à partir du 16 mars, de jure : Dès le 1er mars 2014 les autorités locales nomment le patron de la Police Igor Avrutsky. Le 2 mars 2014, le responsable du SBU pour la Crimée Gennady Kalatchov est démissionné et remplacé d’office par Petr Zima, directeur du SBU pour Sébastopol depuis 2012. La décision de Kiev de démettre le 3 mars le directeur du SBU local Gennady Kalatchov et de lui désigner le 8 Oleg Absalyamov comme successeur se retrouve de facto inapplicable. Enfin, le 11 mars 2014, c’est la nouvelle responsable du Parquet pour la région de Crimée Natalya Poklonskaya qui est élue par le Parlement de Crimée[15] .

Cette perte de contrôle de la situation de Kiev sur ses structures de renseignement et de sécurité en Crimée, toutefois, n’est pas forcément totale : le vice-premier ministre de Crimée Rustam Temirgalyev reconnaît lui-même le 2 mars 2014 que « presque toutes les structures de force basées en Crimée sont à présent sous le contrôle des autorités de la République autonome » [16], et de citer les structures du Ministère de l’Intérieur, du Ministère de la Défense, des gardes-frontières, de la Marine, les services fiscaux.

Toutefois, les informations parues font état de tensions pour la prise de contrôle de l’ensemble des casernes de l’armée ukrainienne en Crimée. De plus, très peu d’informations font état des installations du SVR ukrainien en Crimée. Un communiqué du 14 mars 2014 du directeur du SVR ukrainien Viktor Gvozd, indique que[17], ce jour même, la base du SVR située à Alushta, ville balnéaire de Crimée, a été prise d’assaut, alors que son personnel était à l’intérieur. Ce qui tendrait à indiquer que Kiev a pu recevoir des informations via les rares structures fidèles au pouvoir central.

 

[1]     Plusieurs ministres issus du Parti nationaliste « Svoboda » sont nommés à des postes-clés : Oleksandr Sych en tant que Vice-Premier ministre ; Igor Tenyukh en tant que acting Ministre de la Défense ; Andrey Mokhnyk devient Ministre de l’Ecologie ; Igor Shvayka est ministre de l’Agriculture ; Oleg Makhnitsky devient Procureur général d’Ukraine, entre autres. La composition du Cabinet des ministres est indiquée ici : http://www.kmu.gov.ua/control/ru/publish/article;jsession... . Il est à noter toutefois que le leader du parti néo-nazi « Pravii sektor » ne sera pas nommé adjoint au Conseil de sécurité et de Défense comme l’indiquait la presse française. Même si sa nomination à ce poste paraît avoir été examinée.

[2]     Le directeur du SVR Grigorii Ilyashov est démis de ses fonctions le 26 février 2014 et remplacé le 27 par Viktor Gvozd (décrets 151/2014 et 164/2014) ; au sein de la Direction de la Protection étatique le directeur Sergii Kulik le 24 février (remplacé par Valery Geletey le 2 mars) ; Mikola Zlotchevsky et Volodimir Syvkovitch, adjoints au Conseil de sécurité et de Défense sont démissionnés les 26 et 28 févriers et remplacés par Viktor Syumar et Renat Kuzmin les 28 février et 5 mars 2014 ; le directeur du renseignement militaire Sergii Gmiz (libéré de ses fonctions le 26 février 2014) est remplacé par Youri Pavlov le 3 mars 2014.

[3]     Les directeurs des quatre services concernés, respectivement Volodimir Totsk, Maksim Lenko, Oleksandr Chtchegolev, et Sergii Ganji, ont été démis de leurs fonctions par décrets présidentiels du 26 février 2014 numéros 154/2014, 159/2014, 162/2014 et 158/2014.

[4]     La biographie officielle en anglais du nouveau directeur du SBU est disponible ici : http://www.ssu.gov.ua/sbu/control/en/publish/article;jses...

[5]     Aux élections législatives de 2012, le Parti des régions (Parti de Viktor Yanukovitch, pro-russe) récolte 60% des suffrages dans la région de Donetsk.

[6]     Communiqué du ministère ukrainien de la Justice en anglais : http://www.minjust.gov.ua/en/news/44977

[7]     Décret présidentiel 253/2014 du 5 mars 2014.

[8]     Décret présidentiel 256/2014 du 5 mars 2014.

[9]     http://odnarodyna.com.ua/content/loyalnye-kievu-vlasti-yu...

[10]    Communiqué en anglais du SBU disponible ici : http://www.sbu.gov.ua/sbu/control/en/publish/article?art_...

[11]    Communiqué du ministère ukrainien de la Justice du 6 mars 2014 : http://www.minjust.gov.ua/en/news/45004

[12]    http://www.niknews.mk.ua/2014/03/06/premjer-kryma-aksenov...; communiqué du SBU en anglais : http://www.sbu.gov.ua/sbu/control/en/publish/article;jses...

[13]    Biographie du nouveau ministre de l’Intérieur ukrainien en anglais : http://mvs.gov.ua/mvs/control/main/en/publish/article/993.... M. Avakov a été nommé élu par le Parlement ukrainien le 22 février à titre provisoire ; puis à titre définitif le 27 février.

[14]    Acte administratif du Ministre ukrainien de l’Intérieur en date du 25 février 2014 (publié le 27) n°144. En ukrainien : http://mvs.gov.ua/mvs/control/main/uk/publish/article/988...

[15]    http://www.rada.crimea.ua/news/11_03_2014_5

[16]    http://www.vz.ru/news/2014/3/2/675095.html

[17]    http://www.fisu.gov.ua/index_ru/index.html%3Fp=3767.html#...