Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2017

L'attaque à l'arme chimique en Syrie du 21 août 2013: analyse des rapports déclassifiés US-UK-France

L’auteur du présent blog revient sur l’attaque chimique commise dans les faubourgs de Damas le 21 août 2013, dans le contexte de la guerre civile syrienne, via un prisme. L’analyse des rapports déclassifiés publiés par la France, la Grande-Bretagne, et les Etats-Unis quant à leur contenu.

Car pour les trois pays cités (France, Grande-Bretagne, Etats-Unis), la conclusion est unanime : l’attaque du 21 août 2013 a bien été menée par le régime syrien, et non par l’opposition. Toutefois, les preuves manquent, à moins que les services de renseignements ne détiennent des éléments qui ne peuvent être déclassifiés, par crainte de compromettre des sources.

Si les activités des services français de renseignements en Syrie ne sont pas connues- Secret Défense oblige- il convient de noter que la DGSE disposait d’une antenne à Damas, et ce jusqu’à la fermeture de l’ambassade de France. Tout comme la CIA et le MI6 britannique. Il est très probable que la Syrie soit, à présent, suivie depuis les pays implantés autour (Jordanie, Liban, Turquie, Irak).

Les autorités françaises rendent public le 2 septembre 2013 un document consacré à l’attaque chimique survenue le 21 août 2013 dans la banlieue de Damas, intitulé « Synthèse nationale du renseignement déclassifié ». Premier constat, ce document de 9 pages, est basé sur « des sources propres françaises »- donc ne venant pas d’informations provenant des autres services de renseignements. Depuis de nombreuses années, comme l’indique le document, les services français travaillent sur le programme d’armes chimiques syrien.

Ce document revient longuement sur le programme d’armes chimiques syriennes, sa composition (ypérites, VX, sarin), les vecteurs utilisés (missiles SCUD C et CUD B, missiles M600, SS21, bombes aériennes, roquettes d’artilleries de 302 et 320 millimètres), la chaîne de commandement, et le Centre d’Etudes et de Recherche Scientifique syrien, chargé de la production et du remplissage des munitions chimiques. Le document note également que « de nouveaux modes de dispersion sont à l’étude » depuis plusieurs années.

La Synthèse démontre l’existence, et les différentes composantes, du programme d’armes chimiques syriennes, et développe minutieusement les indices allant dans le sens d’une attaque commanditée par le régime :

  • L’attaque combinée du 21 août 2013 répond à un schéma tactique […] cohérent avec la doctrine d’emploi des forces syriennes.
  • Des renseignements crédibles, provenant de « plusieurs partenaires », font état de préparatifs spécifiques les jours précédents le 21 août.

Les « partenaires » ne sont pas mentionnés, mais le communiqué de la Maison-Blanche du 30 août 2013 paraît se baser sur les mêmes informations, quand il indique que « The body of information used to make this assessment includes intelligence pertaining to the regime’s preparations for this attack ». Au moins un des services « partenaires » du renseignement français paraît être, au moins, leur homologue américain : le communiqué américain indique plus loin que « durant les trois jours avant l’attaque, nous avons recueillis un flux de données humaines, de renseignement géospatial et par signaux révélant des activités du régime que nous évaluons comme étant associées à des préparations pour une attaque par armes chimiques ».

Toutefois, gros point faible de la démonstration, le document n’apporte pas de preuves directes quant à l’implication du pouvoir syrien dans l’attaque. Dans un autre cas d’attaque chimique, les éléments sont plus précis : un hélicoptère syrien survolant la localité de Saraqeb le 29 avril 2013 aurait largué « de petites munitions diffusant une fumée blanche », avec pour résultat l’intoxication d’une vingtaine de personnes. Selon la Synthèse, l’analyse aurait confirmé l’emploi de sarin.

Le 29 août 2013, les autorités britanniques publient un rapport sous la signature du responsable du Joint Intelligence Committee Jonathan Day. Là aussi, le document ne contient pas de preuves irréfutables, indiquant que l’assertion du régime (l’attaque aurait été commise par l’opposition armée syrienne) ne tient pas : il n’y a pas d’information crédible ou d’autres preuves allant en ce sens ; les services britanniques ont un nombre « limité » mais « croissant » d’informations soutenant le jugement d’une attaque commise par le régime. Ces éléments n’ont pas été rendus publics.

Le 30 août 2013, c’est la Maison-Blanche qui rend public un communiqué. Le langage du document (« nous estimons », « nous savons ») semble indiquer que le communiqué se base sur un document rédigé par les services américains de renseignements. L’hypothèse évoquée par le régime syrien d’une attaque menée par l’opposition est rejetée, comme dans le document britannique, étant qualifiée de « hautement improbable » : les sources des services américains dans la zone de Damas n’ont détectées aucune indication, dans les jours avant l’attaque, que l’opposition planifierait une attaque chimique ; de plus, l’opposition syrienne n’aurait pas la capacité pour fabriquer les vidéos, les informations, ainsi que les symptômes détectées par le personnel médical.

 

Par conséquent, les synthèses des services français, britanniques et américains se basent principalement sur deux éléments : les capacités du régime syrien dans le domaine des armes chimiques ; et les indices, voire les preuves à contrario (l’opposition syrienne n’a pas les capacités de mener une telle attaque), mais pas de preuves directes. Toutefois, le communiqué américain contient une information qui relierait le régime syrien à l’attaque : les services américains (La NSA sans doute) auraient intercepté les communications d’un haut responsable syrien « familier avec l’offensive » qui aurait confirmé que les armes chimiques avaient été utilisées par le régime le 21 août.

Sources utilisées :

  • Synthèse nationale de renseignement déclassifié. Programme chimique syrien. Cas d’emploi passés d’agents chimiques par le régime. Attaque chimique conduite par le régime le 21 août 2013. Publié le 2 septembre 2013.
  • Lettre du « chairman of the Joint Intelligence Committee ». 29 août 2013.
  • S. Goverment Assessment of the Syrian Government’s Use of Chemical Weapons on August 21.2013. 30 août 2013.