Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/07/2017

Le site nucléaire iranien de Fordou-2009

Le 25 septembre 2009, lors du sommet du G20 à Pittsburg (Etats-Unis),  Barack Obama, Nicolas Sarkozy et David Cameron dénoncèrent conjointement l’existence d’une installation secrète à Fordou, Iran, soupçonnée de participer au programme nucléaire iranien. Tel qu’il ressort d’informations dévoilées par la presse, ainsi que des confidences d’anciens des services de renseignements, cette installation était surveillée depuis un certain temps par plusieurs services de renseignements.

Les services de renseignements de plusieurs pays, dont les américains, les britanniques, les français, les israéliens, et les allemands, travaillent depuis de très nombreuses années au suivi des programmes nucléaires et balistiques iraniens. En août 2002, le « Conseil national de la résistance iranienne » rend public l’existence du site de Natanz, destiné à la recherche nucléaire. Depuis 2003, l’Agence Internationale de l’énergie atomique effectue des inspections sur les différents sites iraniens soupçonnés de prendre part au programme nucléaire iranien, dont Natanz. Avec le soutien de plusieurs services secrets occidentaux. Comme l’indique le rapport Butler rendu en 2004 dans son passage consacré à l’Iran, « La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni travaillent ensemble pour soutenir l’AIEA dans ses activités ».  

La commission Silberman se penchera également sur le problème de la collecte du renseignement sur les problématiques ADM. L’Iran y est abordé, mais cette partie est intégralement classifiée. Toutefois, le rapport indique dans ses annexes que, en 1999, une délégation iranienne était en Somalie pour discuter de la possibilité d’extraire de l’uranium d’une mine somalienne. De plus, comme le note le rapport, « la communauté américaine du renseignement a fréquemment admis qu’elle manquait de réponses », par exemple dans le cas du programme nucléaire iranien.

 

DECOUVERTE DU SITE DE FORDOU

Selon un article du Nouvel Observateur de décembre 2010, c’est dès 2003 que les photos-interprètes de la DGSE, grâce aux clichés pris par le satellite Helios, détectent les premiers travaux sur le site de Natanz, mais sans pouvoir dire précisément de quoi il s’agit. Les différents services de renseignements alliés, dont la CIA, le SIS britannique et le Mossad israélien, sont informés. C’est ce dernier service qui aurait réussi à recruter une « taupe » au cœur du dispositif, et qui aurait fourni des photographies de l’intérieur du site. Les services, toujours selon l’article, hésitaient encore, ce qui signifie qu’ils ne disposaient pas de suffisamment d’éléments probants.

C’est un autre service (peut être le SIS britannique) qui aurait fourni, en 2007 des informations beaucoup plus probantes : la liste des commandes passées pour les tunnels du site de Natanz. Ces informations proviennent d’une source, non identifiée. Un autre article du Nouvel Observateur, daté de décembre 2012, sous-entend que la source était un walk-in, une personne qui a contactée d’elle-même un service secret étranger.

La CIA aurait elle aussi disposée d’une source, qui aurait transmis des informations quant au site de Fordou : Shahram Amiri, chercheur à l’Université de technologie Malek Ashtar, aurait transmis des informations sur l’installation de Fordou, avant de faire défection en avril 2009 en Arabie Saoudite. La date de son recrutement n’est pas indiquée, mais selon le New York Times, ses informations auraient eues un fort impact sur le National Intelligence Estimate de 2007.

Le doute n’était plus permis : le site secret- l’AIEA n’en avait pas été informée- était destiné à participer au programme nucléaire iranien. La date exacte de la fourniture des informations, par la source (du SIS ?) n’est pas indiquée, pas plus que la date ou les analystes des différents services ont rendus leurs conclusions. Dans ses mémoires, Michaël Hayden, alors directeur de la CIA, indique dans ses mémoires que son service travaillait sur le site « bien avant qu’il ait un statut opérationnel, et bien avant que les iraniens ne sachent que nous savions »

Pourtant, en novembre 2007, le National Intelligence Council (Conseil national du renseignement) des Etats-Unis termine un National Intelligence Estimate de 140 pages (Selon Michaël Hayden) intitulé « Iran : Nuclear Intentions and Capabilities ».  2 pages (les conclusions, dites « Key points ») sont déclassifiées, et rendues publiques. Ce document indique : « We assess with moderate confidence that Iran probably would use covert facilities—rather than its declared nuclear sites ». Les informations pourtant obtenues par un des services (le SIS ?) étaient pourtant extrêmement claires quant au site de Fordow. A moins que le Nouvel Observateur ne se trompe quant à la date ou les services de renseignements en soient arrivés à la conclusion de l’utilisation à des fins nucléaires du site…

 

LE SITE DE FORDOU AU GRAND JOUR

Michaël Hayden indique dans ses mémoires que « quand les iraniens ont finalement suspecté que nous travaillions sur Fordou, ils envoyèrent une lettre aux inspecteurs nucléaires de l’ONU à Vienne » (AIEA). Ce qui est exact : l’AIEA est informée de l’existence du site de Fordou par une lettre des autorités iraniennes en date du 21 septembre 2009. Les articles du Nouvel observateur se montrent plus précis : la taupe du renseignement britannique aurait été interpellée par les services secrets iraniens au début de l’été 2009. Logiquement, les iraniens ont alors compris que le site de Fordou avait été découvert.

Les autorités iraniennes affirmeront alors que le site n’était pas destiné à l’armement nucléaire, mais qu’il devait être maintenu secret pour éviter les bombardements américains et israéliens. Tel qu’il ressort du rapport du 16 novembre 2009 du directeur général de l’AIEA, les iraniens indiquent dans leur lettre que l’installation de Fordou est une « nouvelle installation pilote d’enrichissement de combustible (jusqu’à 5% d’enrichissement) ».

Enfin, un dernier point : pourquoi le National Intelligence Estimate indique t-il que, en 2003, l’Iran aurait « stoppé » son programme nucléaire ? Une hypothèse : l’Iran aurait tout stoppé, ou ralenti, étant donné que le site de Natanz avait été découvert. Ne restait plus, pour les iraniens, qu’à construire un autre site, plus discret. Celui de Fordou. Malheureusement pour eux, Fordou était dans le collimateur depuis un certain temps… Un indice pourrait aller en ce sens : selon le rapport du directeur général de l’AIEA du 11 novembre 2011, l’Iran transmet en juin 2011 à l’AIEA un QRD (Questionnaire concernant les Renseignements Descriptifs) indiquant que le site de Fordou (appelé dans les documents de l’AIEA « IEFC » pour Installation d’enrichissement du combustible de Fordou) « avait pour but déclaré de produire de l’UF6 enrichi jusqu’à 20 % en 235U et de mener des travaux de R-D […] initialement cette production se déroulerait dans deux ensembles de deux cascades interconnectées, et que chacune de ces cascades contiendrait 174 centrifugeuses. L’Iran aurait décidé de « tripler sa capacité (de production) », après quoi il arrêterait la « production de combustible enrichi à 20 % » à Natanz ».

 

Est-ce la fin du programme nucléaire militaire iranien ? En tout cas, le ton des rapports de l’AIEA sur le nucléaire iranien a changé du tout au tout : si auparavant était notée l’absence de coopération des iraniens sur un certain nombre de points-clés, les derniers rapports notent au contraire l’entière satisfaction de l’Agence internationale.

 

SOURCES

« La guerre secrète contre le programme nucléaire iranien ». 5 décembre 2010. Le Nouvel Observateur.

« 2012 autour du monde (2/5) Iran : la cible s'appelle Fordow ». 25 décembre 2012. Le Nouvel Observateur.

«Return to an Address of the Honourable the House of Commons dated 14th July 2004 for the Review of Intelligence on Weapons of Mass Destruction. Report of a Committee of Privy Counsellors ». Chairman : The Rt Hon The Lord Butler of Brockwell KG CGB CVO », dit Rapport Butler

 « The Commission on the Intelligence Capabilities of the United States Regarding Weapons of Mass Destruction. Report to the President of the United States », dite « Commission Silberman ». 31 mars 2005.

« Playing to the edge. American intelligence in the age of terror ». Michael V.Hayden. Editions Penguin Press. 2016.

« The iran wars. Spy games, bank battles, and the secret deals that reshaped the Middle East ». Jay Solomon. 2016. Editions Random House. Pages 131,186 et 193.

« U.S. says scientist aided C.I.A. while still in Iran ». New York Times, 15 juillet 2010.

« Statements By President Obama French President Sarkozy And British Prime Minister Brown On Iranian Nuclear Facility ». 25 septembre 2009. White House, USA.

Rapport du directeur général de l’AIEA du 16 novembre 2009

Rapport du directeur général de l’AIEA du 11 novembre 2011