Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/10/2007

La station de la CIA a Paris

CIA STATION IN PARIS

La station de la CIA a Paris ouvre dès 1948,quand est envoyé sur place Philip C.Horton,un chef de station particulièrement alarmiste sur la situation en France.Alors,les relations entre services secrets US et francais sont réduits 0543eaaab75b995ec4a2e46c129f9a2f.jpgau minimum.

   Robert Thayer,chef de station a Paris de 1952 a 1954.

Parmi les renseignements intéréssant Langley,ceux relatifs aux programmes nucléaires francais.Pour cela,la CIA peut aussi compter sur la coopération ,secrète,de la Nouvelle-Zélande.Dans un rapport daté du 29.05.1957 (et largement caviardé),l'Office of Current Intelligence de la CIA estime que "En France la pression semble augmenter,en faveur d'un programme national d'armement nucléaire,un commentaire de l'AFP du 27.05.1957 notant même que les Partis politiques francais les plus importants sont tous d'accord sur un point: L'arme atomique est une condition nécéssaire pour l'indépendance de la France.Aucun gouvernement n'est capable de renouveler les assurances de Guy Mollet ,qui avait assuré que la France ne se dotera de l'arme nucléaire que si un accord sur un désarmement partiel est atteint".
  L'arrivée de De Gaulle au pouvoir change évidemment la donne.Celui-ci compte bien faire de la France une grande puissance ,indépendante aussi bien vis-a-vis des américains que des soviétiques.Cela se manifeste clairement avec sa volonté de donner a la France une force nucléaire.

a100808a3b1a5e9a85fe8abc2ea25359.jpgDe Gaulle ordonnera même l'expulsion du chef de station de la CIA a Paris,James Hunt (1954-1958,chef de station a Paris)

 James Hunt,chef de station de la CIA a Paris de 1954 a 1958.Il assistera au retour au pouvoir du Général de Gaulle.

C est sous Hunt justement que services secrets americains et francais developpent leurs relations. La CIA fait toutefois plus confiance a la DST , le contre-espionnage francais, plus fiable que le SDECE qui a la reputation d etre infiltre par les services secrets du Bloc communiste et donc moins fiable

 

 

 

. Photo prise en 1967 par le satellite KH7 de l'archipel de Mururoa.Les flèches désignent les sites d'essais d'armes nucléaires.

Dans les années 60,c'est la chasse a la taupe au sein du SDECE qui va particulièrement intérésser la station de Paris.Tout part des informations du transfuge du KGB Anatoly Golitsine,qui a fait déféction fin 1961 au profit de la CIA et prétend que le KGB dispose d'un réseau d'informateurs au sein du SDECE,le renseignement extérieur francais.Sur demande de Kennedy en personne,au printemps 1962,Alfred Ulmer,alors chef de station a Paris,rencontre De Gaulle pour lui remettre une lettre du Président des Etats-Unis."Vos histoires d'espions m'indiffèrent" réplique le Général,persuadé que cette histoire n'est qu'une invention des américains. Il a de quoi,car la CIA n'apprécie guère De Gaulle et ses velleités d'indépendance.Elle aimerait reruter des personnes dans son entourage,et rédigera une note sur Maurice Couve de Murville,un des plus fidèles alliés du général.Mais,estime la CIA,il n'a pas le profil pour trahir le Général.

Cela n empeche pas des cette epoque le debut de l affrontment entre services secrets de se poursuivre en Afrique, ou la CIA ,le BND , le SDECE et le Mossad doivent affronter les sovietiques et leurs allies qui ont choisis les pays decolonises comme cible pour s implanter. Les services secrets du monde occidental ont alors deux objectifs: Preserver et/ou implanter leurs interets nationaux dans les pays d Afrique mais aussi faire piece au developpement du communisme. Le SDECE y prend une part tres active, en tentant de renverser Sekou Toure ou en soutenant l insurrection armee dans la region du Biafra au Nigeria. Mais la concurrence entre services secrets occidentaux existe aussi. Sous le commandement de Maurice Robert, alors chef de la Division Afrique a la section du Renseignement du SDECE, on decouvre l intention des amercicains de soutenir un opposant au regime gabonais pour renverser le regime qui a le soutien de Paris. La reponse est immediate : Cet opposant est prevenu qu il est demasque tandis que Mqurice Robert rencontre un officier de la Station de Paris pour lui dire de cesser les activites au Gabon. En retour ,en 1964, Maurice Robert est invite au QG de la CIA pour une semaine, pour faire le point sur la situation en Afrique.

af1b280a5f329d35f3c71eeb08c9cd3a.jpgDavid Murphy (a gauche).   Ensuite,durant les années 70,la Station de Paris va être touchée par plusieurs scandales. La CIA a toujours privilegie une DST plus fiable a un SDECE passoire, mais Alexandres de Marenches, nomme directeur du SDECE et americanophile, a comme priorite de retablir de bons contacts avec l Agence americaine. Sauf que quand le patron de la Division du contre-espionnage de la CIA ,James Angleton,dit au chef du SDECE,Alexandre de Marenches,que le chef de station a Paris James Murphy , arrive en 1968 a la tete de l antenne dans la capitale francaise, est un espion a la solde des soviétiques,ca fait froid dans le dos! La DST et le SDECE ont de quoi hésiter a coopérer avec la station de la CIA a Paris. Fort heureusement, les propos de Angleton seront ensuite contredits par une enquete interne de la CIA, l'incident est clos, et Angleton, qui etqit depuis longtemps considere comme paranoiaque, devra quitter la CIA fin 1974.

.Mais ensuite,c'est le Parti communiste Francais qui découvre l'opération "Aquarium",montée par la CIA,consistant a surveiller le siège du PCF. Le Parti se fera un plaisir d'avertir les services secrets francais qui n'apprécient guère que les 2a5186dfe8896c4ee7e46e5616da1864.jpgaméricains agissent en France comme si ils étaient chez eux. Parmi les officiers impliqués apparaît Michael Berger, un spécialiste du travail contre les partis communistes en Amérique Latine.

Jim Olson,officier de la CIA a partir de 1969,commencera sa carrière a Paris ou il est envoyé en 1971.Il fera ensuite une ascension, fulgurante,servant a Moscou comme chef de station adjoint,a Langley comme chef des opérations en URSS de la Division Soviétique,a Vienne comme Chef de station puis ,de retour a Langley,il sera succesivement chef-adjoint et enfon chef du Counterintelligence center de la CIA.

 

 Puis en 1976,Libération publie une liste d'officiers de la CIA en poste a Paris! c'est presque toute la station qui se retrouve "grillée".Les dégâts sont considérables: Sont dévoilés les noms de 44 officiers de la CIA,ainsi que les méthodes pour les identifier etc..


250e9f78cced2a1ede9ae9fd0f084114.jpgDonald Bowman,officier de la station de Paris de 1974 a 1978.  

Les informations obtenues ont permis de confirmer l'appartenance a la CIA de nombre de personnes citées,:Eugene Burgstaller ,le chef de la station de Paris,qui a quitté la CIA en 1979;Francis Jeton,spécialiste des affaires africaines (Normal pour un ancien chef de station a Prétoria,Afrique du Sud),Oleg Selsky ,spécialiste des soviétiques (En poste au Chili,son nom est ensuite apparu dans le cadre de l'affaire Loguinov,Selsky ayant interrogé Loguinov quand celui-ci était détenu en Afrique du Sud) qui a fait carrière au sein de la Division soviétique essentiellement tout comme Jack Platt,et Donald E.Bowman a été ensuite identifié comme chef de station en Asie,.Après l'orage l'antenne parisienne de la CIA se fait plus discrète.Sous la couverture de 1er secrétaire des affaires multilatérales de l'ambassade américaine a Paris,le chef de station Edwin Franklin Atkins (En poste au Caire lors de la crise de Suez de 1956 puis a Rome dans les années 70) réactive discrètement la station,qui pronostiquera très justement la victoire de Francois Mitterrand aux éléctions présidentielles de 1981. Atkins quitte peu après la CIA pour le secteur privé.

Vers 1982,la station (Alors dirigée par John Seidel) compte environ 70 officiers ,selon Yves Bonnet,alors patron de la DST.Elle entretient de très bons liens avec les services secrets francais (Seidel préviendra par exemple Yves Bonnet que le terroriste Carlos a été localisé en Suisse,mais l'équipe envoyée sur place ne vera pas le célèbre tueur) ,sans pour autant en faire des subordonnés. On peut se demander ce que font autant d'officiers affectés a Paris? Evidemment, les priorités ont déja été énumérées (Travail en direction de l'Afrique,surveillance du nucléaire francais,lutte contre le KGB.....).Mais les services secrets francais n'apprécient guère que la CIA vienne mettre le nez sur leur territoire.Par exemple est expulsé ,au début des années 80,un officier de la CIA en poste a Paris qui traitait un attaché hongrois,sans que la DST en soit avisée. Un autre officier de la Station qui tentait de recruter un cubain quittera precipitamment Paris fin 1981.

 

4547e297ed3bc3eda05b35abc5fd5e98.jpgRobert Baer,officier de la Station de Paris a partir de 1989.

 Selon Robert Baer,qui fut affecté a la station de Paris de 1988 a 1989  ,en fait la station de Paris ne faisait RIEN.Dans son ouvrage "La chute de la CIA",Baer est catégorique:La station de Paris (et ce alors que la France dispose d'une forte population musulmane,et avait été victime en 1985 et 1986 d'attentats sanglants commis par Fouad Ali Saleh et son réseau agissant pour le Hezbollah) ne disposait que de quelques agents arabes,opérant a la périphérie du terrorisme.Et d'un! Baer en rajoute,estimant que la station de Paris "faisait semblant d'espionner",les informations obtenues étant d'un intérêt médiocre.Ajoutez-y que peu d'officiers traitants parlaient francais. Exception pour le Chef de station de Paris,Charles Cogan (1984-1989) ,francophile parfait (L'auteur de l'article ,ayant eu l'occasion de rencontrer M.Cogan,confirme ce point).

 

d0275d5437e80f6d078c3c499315edb3.jpg

 Charles Cogan,chef de station a Paris de 1984 a 1989.Cogan a dirigé la Division Asie du Sud/Moyen-Orient de 1979 a 1984,ce qui l'a placé au coeur de la lutte antiterroriste au Liban et de la fourniture d'armes aux moudjahidins afghans luttant contre les soviétiques.

Inactive la station de  Paris? Pas sûr.En cette fin des années 80,la DGSE perd soudainement son réseau au coeur des Etats-Unis,surtout dans le domaine de l'espionnage industriel.La raison? Un officier de la DGSE alcoolique a été "retourné" par un officier de la CIA en poste a Paris et a livré tout ce qu'il savait sur le travail de la DGSE contre les Etats-Unis.. Les industriels concernes seront discretement affectes dans des entreprises, et la DGSE et la CIA ne retabliront de bonnes relations que en 1991.

La station de Paris n'est pas un terrain aussi difficile que Moscou,Delhi,Vienne ou Pékin,ou entre KGB et CIA ,la bataille est rude pour recruter dans le camp d'en face la priorité numéro 1. Si la station de la CIA a Paris est ,surtout dans les années 40 et 50,au premier plan consacrée dans la lutte contre les communistes en France,cette tendace évoluera ensuite .La jeune CIA compte alors des officiers de l'OSS ou des diplômés d'universités..Ensuite,la station de Paris,même si elle continue son travail contre un Parti communiste francais qui décline progressivement ,ainsi que un les soviétiques et leurs satellites,devient surtout une station "honorifique",dont la direction est confiée a des officiers méritants et ayant déja une grande expérience a leur actif. Ce phénomène s'amorce avec l'arrivée a Paris de Al Ulmer (Nommé chef de station a Paris en récompense de ses succès a l'antenne d'Athènes).Il sera ensuite confirmé avec la nomination a Paris en 1968 de David Murphy ,qui quitte le commandement de la Division soviétique de la Direction des Opérations de la CIA.Ensuite,ce sont surtout des officiers en fin de carrière,après avoir travaillés une bonne partie de leur vie a la CIA,qui ont l'honneur de diriger la station de la capitale francaise.Eugène Burgstaller dirigera la station de Paris jusque 1979,prendra sa retraite la même année.Son successeur,Ed Atkins,qui sera a la tête de la station de 1978 a 1981,quitte la CIA en 1982.Et Charles Cogan,qui dirigera l'antenne de 1984 a 1989,quitte la CIA en 1992.Dernièrement,c'est Will  Murray,qui dirigea récemment la station,vers 2002,a quitté l'Agence.                                                           5f74b33c4ae94692d114a68e9f50f36c.jpg

 Jay Gruner   Après Charles Cogan,c'est Jay Gruner,ancien chef de station a Bucarest de 1971 a 1974 qui prend la tête de la station de Paris,juste le temps que le scandale de l'Irangate (livraisons d'armes a l'Iran ,en échange,les otages américains au Liban étaient libérés) ,auquel Grunner a pris part,le rattrape.

C'est donc a Richard Holm,un officier traitant spécialiste de l'Afrique,de prendre le relais.Holm peut compter sur une solide expérience au sein de l'Agence: Il a été en poste au Laos,au Congo,a Hong Kong et Bruxelles (Ou,en tant que chef de station,il a retourné un officier du KGB) ,avant de se retrouver a la tête de la station de Paris.C'est a ce moment que,bénéficiant des informations d'un terroriste recruté en 1987,la CIA réussit a déterminer ou est Ramiez Sanchez,dit "Carlos", le fameux terroriste.L'information est transmise a  une DST furieuse contre Carlos pour l'asssassinat Rue Toullier en 1975 de deux de ses inspecteurs ,et en accord avec les autorités soudanaises,réussit a kidnapper Carlos et a l'envoyer a Paris,ou il sera jugé et condamné.


c6abd5a9f7ead2d087a016c1bd6df136.jpgRichard Holm,a gauche                                                         

En pleines négociations du GATT ,la station de Paris monte une opération pour connaître la position de la France sur le dossier du GATT.Pour cela ,est utilisée Mary Ann Baumgartner,une officier de la CIA en "immersion profonde",agissant sous une couverture commerciale.C'est en avril 1992 que Baumgartner rencontre,lors d'un cocktail a l'UNESCO en avril 1992,Henri Plagnol,jeune haut fonctionnaire du Conseil d'Etat.Elle se dit chargée des relations publiques du Dalas Market Center,une fondation américaine.Baumgartner est très bien introduite dans le tout-Paris,et elle déjeune a 5-6 reprises avec Plagnol au Cercle Interallié,Rue du Faubourg Saint-Honoré. Elle "cultive" le contact avec Plagnol,jusqu'a lui demander en décembre 1992 de rédiger pour sa fondation une étrude relative au contentieux franco-américain autour de l'OTAN,du GATT et des problèmes monétaires.Plagnol remet son rapport a l'officier de la CIA,tout en ignorant que Baumgartner fait partie de l'Agence de renseignement US.L'officier de la CIA remet $2000 au haut fonctionnaire. Sauf que quand Plagnol se retrouve conseiller au cabinet du 1er Ministre,la DST alerte le Cabinet de Edouard Balladur,et Plagnol démissionne.

6a0a0ffa720169a1c48c913b0e08216b.jpg

Henri Plagnol 

La DST décide alors d'intoxiquer les américains sur le dossier du GATT,et Plagnol est chargé de recontacter sa traitante a la CIA.L'opération,qui est dévoilée en 1995 par Charles Pasqua,alors Ministre de l'Intérieur,au public .Résultat: Cinq officiers de la CIA sont expulsés: Holm ,qui assumera publiquement la responsabilité de cet échec,William Green (précédemment en poste a Genève,et qui se reconvertira dans le privé chez TD International),Joan Cozar,Lawrence Hoffman et Mary Ann Baumgartner.

 

  

d10e1293c6888b09f0e69fa6ee078cd3.jpgJoseph DeTrani    

Cette affaire rend aussi "persona non grata" le chef de la Division Europe de l'Ouest de la Direction des Opérations de la CIA,Joseph DeTrani,un ancien chef de station a Pékin,et qui a supervisé l'opération sur le territoire francais. Ironie de l'histoire,c'est lui qui devait remplacer Holm a la tête de l'antenne de Paris.

Ensuite,la station se fait discrète,jusqu'a ce qu'elle se trouve plongée au coeur de la guerre contre le terrorisme,avec les attentats du 11 septembre 2001.Tout le monde est stupéfait,et les officiers de la CIA de se rendre aussitôt au siège des différents services secrets francais (DST,DGSE,RG) en suppliant qu'on leur donne tout ce qu'ils ont sur Al Qaïda. Gentlemans,les officiers de la communauté du renseignement francais leurs donnent volontiers,en regrettant qu'ils n'aient pas été écoutés avant.....Est peu après créée la cellule "Alliance Base",située a l'Ecole Militaire a Paris,et comprenant des responsables des services secrets francais,américains,canadiens,britanniques,allemands et australiens,pour la coopération et l'échange de renseignements.La cellule aurait par exemple permis l'interpellation en 2003 de Christian Ganczarski,un logisticien du réseau Ben Laden.

62c65b28ec8dcedd05da7518130a9981.jpg  Tyler Drumheller,ancien chef de station a Vienne puis chef de la Division Europe de l'Ouest.                           

Autre priorite donnee a la station de Paris: le travail contre l Irak.La bonne coopération américano-francaise y prendra néanmoins du plomb dans l'aile avec la volonté de nombres de haut responsables de l'Administration américaine de se concentrer sur le régime irakien de Saddam Hussein! La DGSE,plutôt efficace dans la zone Moyen-Orient (rappelons que par exemple elle fut un des seuls services a pronostiquer en 1978 la chute très prochaine du Shah d'Iran) réussit une très belle opération en retournant le Ministre des Affaires étrangères de Saddam Hussein Naji Sabri,en coopération avec la CIA ,et notamment son chef de station a Paris William Murray (Auparavant chef de station 8cb03d783cbed77ffa79e2ab30256d43.jpga Beyrouth et Islamabad) qui rencontrera le Ministre.

Naji Sabri,Ministre des Affaires étrangères de Saddam Hussein 

Sabri affirmera clairement,lors d'une rencontre avec des officiers de la CIA a New York fin 2002 que l'Irak "ne possède pas d'armes de destruction massives".Selon Georges Tenet,alors patron de la CIA,il n'en sera pas tenu compte a la Maison-Blanche.C'est Tyler Drumheller,ancien  chef de la Division Europe de l'Ouest de la Direction des Opérations de la CIA,qui révèlera en mars 2006 les informations transmises par Sabri.

Ensuite il sera reproche a Bill Murray de ne pas tenir compte des informations d un iranien residant a Paris. Murray retorquera que cet iranien n apportait rien et qu il ne comptait pas par consequent y gaspiller ses ressources.

 

Cette note sera très prochainement modifiée. Modifications les 1,2,et 4 octobre 2007, 02.11.2007, 3 et 4.01.2008

Commentaires

Re: La station de la CIA a Paris.

There are several unlisted COS!
Are they AWOL or MIA?

Langley in the 1950s ?
Uh,Uh…The cornerstone was sealed by President Eisenhower on November 3,1959. The construction began two years earlier, the first guys moved on September 20, 1961 but the buildings were only completed in November 1963…No such thing as Langley in the 50s!

French turncoats?
Of course dear old Anatoliy Mikhaylovich GOLITsYN was selling his stuff but we do know there were some bad guys in France in those days.

David E. Murphy
Of course Jim Angleton was dead wrong. But, alas Murphy was not the only one to suffer, some of them paid a more severe tribute to the paranoia.
Corridors told us that Murphy's problems were, more or less, linked to the fact that his spouse was of Russian extraction…

Selsky and Loginov
Oleg N. Selsky was just one of several officers who handled the double (using here the IC definition) agent Yuriy Nikolayevich Loginov up to August 4, 1969.
Maybe, one day, when we will be dead for a long time, this tricky-muddy case will pop up and everything will be spilled…Anyway, Yuriy Nikolayevich is alive and well for he really and only served the then USSR. A fictious defector all along.



Well, it is a nice piece BUT in La station de la CIA a Pekin, there is a tiny biographical resumé for each COS. No past, no future, the Paris' Station Chiefs are just shown as spies au pair enjoying the Place de la Concorde!
Think of it! For example: Charles Galligan "Chuck" COGAN aka Mr. Coburn: the bio of this later on Harvard's professor (exit equals way in) would have been very interesting: Great man, Grand style, Old fashioned way all along! Just WASP…

Thank you! Great job!

Écrit par : aldartus | 08/10/2007

to aldartus: have you the names of CIA officers posted in Beijing,for example COS Beijing during Tian An Men events?

Écrit par : ADMINISTRATEUR | 08/10/2007

je m'appelle aymen , j'étais un étudiant a "sidi dhrif" ( faculté de tourisme ) , je voulais vous joindre mais je ne sais pas comment ??? je serai ce qui vous voulez , je ferai tout ce que vous voulez . si seulement vous pouvez imaginer a quel point je suis interressé a vous joindre , je suis a l 'attente de votre réponse et merci

Écrit par : zayet aymen | 30/06/2011

Les commentaires sont fermés.