Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/12/2007

Le terrorisme en Tchétchénie: la situation actuelle

Le 12 décembre dernier, s'exprimant devant des officiers du FSB, le Directeur du Service Fédéral de Sécurité Nikolaï Patrushev déclara que la guerre contre le terrorisme international, dans la zone Caucase du Nord ( Y ont été touchés plus précisément la Tchétchénie, l'Ingouchie, le Dagustan et l'Ossétie) est terminée. Au prix de lourdes pertes : Rien que dans les rangs du FSB, selon Patrushev, il y a eu 299 morts: C'est l'année 2002 qui fut de loin la plus sanglante, avec 64 morts dans les rangs du Service de sécurité russe. En 1999 le FSB a perdu deux membres, en 2000-42, en 2001-40, en 2003-41 (en prenant en compte les gardes-frontières, qui cette année-la ont réintégrés le giron du FSB), en 2004-40 ( Dont 10 membres du Service des opérations spéciales du Département antiterroriste lors de la prise d'otages de Beslan) , en 2005-31, en 2006-13, et en 2007 (Jusqu'au 12 décembre)-6.

Il convient de rappeler le contexte de l'entrée des troupes russes en 1999 en Tchétchénie: Quand le général Doudaïev proclame dans la deuxième partie de l'année 1991 l'indépendance de la Tchétchénie, Moscou ne fait guère attention a ce fait: L'heure est alors a la fin du régime communiste et aux luttes de pouvoir a Moscou. Doudaiev, autant le dire directement, etait un dictateur: Prenant le pouvoir ( sans aucune election) il s'empressera de pourchasser les opposants a son regime. La situation est si chaotique dans cette petite Republique ( Selon Pavel Khlebnikov dans son Livre sur Boris Berezovsky, ainsi que Evgueni Primakov dans ses memoires, Doudaiev s'est empresse de piller le complexe petro-chimique et de liberer les criminels emprisonnes) que un haut responsable russe estimera a 350000 le nombre de tchetchenes fuyant le pays de 1991 a 1994. Eltsine a accepte l'independance de nombre de pays, mais suite a des accords avec ses futurs Etats. L'independance unilaterale de la Tchetchenie, le refus de se soumettre au pouvoir constitutionnel russe ( Juridiquement la Tchetchenie depend toujours de la Russie) entrainent une premiere operation dans la deuxieme moitie de l'annee 1994: Soutenus par les blindes russes, l'opposition tchethene tente de prendre le controle du territoire. Echec complet.

Inquiet de la partition de la Tchétchénie , le pouvoir russe, qui n'accepte guère la partition de la Tchétchénie,donne l'ordre aux troupes russes d'entrer sur le territoire de la République. Ratee totale. L'armee russe est desorganisee, le FSK ( Service federal de contre-espionnage) a, suite au demantelement du KGB et aux reformes chaotiques de Eltsine, beaucoup perdu en efficacite, empechnt une collecte efficace du renseignement. Les combats durent deux annees. C'est durant cette periode que commencent a s'illustrer les wahhabites (Branche extremiste du sunnisme, qui considere y compris les chiites comme des mecreants!), par exemple par la prise d'otages d'un hopital a Boudennovsk en 1995. Si est signé un accord de paix en 1996 ,entrainant le depart des troupes russes de Tchetchenie, cela ne veut pas dire que la situation est stable. Loin de la: Les autorités centrales tchétchénes ont le plus grand mal a rétablir l'ordre dans une petite République aux prises avec les groupes terroristes wahhabites qui commettent des enlèvements contre rancons mais aussi des assassinats ou attentats ( Attentat a la bombe le 28.04.1997 contre un gare a Piatigorsk commanditée par Salman Radouïev; enlèvement de quatre francais, membres de l'association humanitaire "Equilibre"...). Le 5 mars 1999, c'est rien de moins que le general Gennadi Shpigun, du Ministere de l'Interieur de la Federation de Russie qui est enleve en plein aeroport de Grozny! Son corps ne sera retrouve par les russes que en 2000.... Se pose aussi la question de l'attitude même du Président, Maskhadov. Avait-il ou non la volonté de lutter contre les wahhabites, lequels déclaraient très clairement que leur but est l'instauration d'un qualifat dans la région Caucase du Nord? Je n'en suis pas sûr quand je le vois, sur des photos et des vidéos, aux côtés de Khattab (une vidéo de 1997 les montrent se faisant la bise)  ou de Bassaïev...

Quand aux "chefs de guerres" comme les appelent certains journalistes ( Je pense a cet article , toujours aussi nul , du "Monde " lors de la mort de Bassaïev par exemple) je poserai juste une question: Pour vous, une personne qui tue,  veut imposer aux autres par la violence voire en tuant sa propre conception de l'islam, et n'hésite pas a tuer, c'est un chef de guerre ou un terroriste? Pour avoir vu certaines vidéos des "exploits" de Khattab, Bassaïev et compagnie, je n'hésite pas. Par exemple une vidéo datée de 1996 ou un russe, un soldat je pense, est littéralement égorgé avec un gros couteau devant une camera.... Idem en 1999 au Daguestan. Voila pour les méthodes "humaniste" de ses messieurs! Et si vous ne me croyez pas, les vidéos sont disponibles sur les sites "Kavkazcenter" ou "Alkavkaz". Et elles sont éloquentes.

Dans son ouvrage "Les seigneurs du crime", Jean Ziegler notait lui-même la fragilité de la paix dans la région. Elle vole en éclat en août 1999 au Daguestan :Le 2, six policiers de l'unité d'élite OMON ( Section de police des missions spéciales) ,près de la frontière avec la Tchétchénie, sont pris dans une embuscade tendue par des terroristes. Dans la nuit du 3, nouvel affrontement armé entre policiers daguestanais et terroristes, dans le village de Kotchali. 3 morts du côté des forces de l'ordre. A 5 heures le 07.08.1999, plus de 1000 terroristes sous les ordres de Chamil Bassaïev et de Salman Radouïev entrent sur le territoire du Daguestan et s'emparent de plusieurs localités: Tando, Chondroda, Rakhata....Le but de Bassaïev est d'instaurer la "Charia" et de combattre les troupes fédérales. Bassaïev appelera publiquement au renversement du pouvoir constitutionnel, a la création d'un Etat respectant la Charia, et a faire partir les forces fédérales russes. La réponse ne se fait pas attendre puisque le 8 août les troupes fédérales russes commencent une opération de grande ampleur pour interpeller et chasser les terroristes. Bilan: 8 policiers tués, ainsi que 5 membres des Forces intérieures et 74 membres du Ministère de la Défense. Et 295 blessés.

Selon le Parquet russe, pour se venger de l'intervention des troupes russes au Daguestan, Bassaïev aurait décidé de frapper la Russie, avec les attentats commis en septembre 1999 . Au demeurant, une des personnes interpellées a reconnue avoir transportée les terroristes et les explosifs a Buïnask. Pour mettre fin a l'instabilité causée par les terroristes, ordre est donné aux troupes russes de rentrer en Tchétchénie. Notons qu'il est faux d'affirmer que la guerre en Tchetchenie a ete declenchee par Poutine pour asseoir sa popularite, pour une simple raison: Dans ses memoires, Sergey Stepachine note ue c'est depuis le debut de l'annee 1999 que les russes prevoyaient de retourner en Tchetchenie. Poutine a sans doute participe a ce plan, mais alors en tant que simple executant: Il etait alors "seulement" directeur du FSB.

 

Il est sûr que, après un pic du terrorisme dans les années 90 et le début des années 2000, dû aux groupes terroristes wahhabites ( Sunnites extrémistes considérant tout occidental ou toute personne coopérant avec eu comme un infidèle qui doit être éliminé. les wahhabites s'en sont aussi pris aux chiites. Le wahhabisme est le courant non seulement prêché en Arabie Saoudite, mais aussi par Oussama Ben Laden)  l'intervention des forces armées russes en Thétchénie fin 1999 puis les multiples opérations antiterroristes menées et enfin les propositions d'amnisties successives  ont causées des ravages dans les rangs des groupes terroristes tchétchénes. Ils y ont perdus nombre de leurs chefs, connus du public : Salman Radouïev, capturé le 13.03.2001 ,condamné a la réclusion a perpétuité et décédé en prison fin 2002; Amir Ibn-El Khattab, tué en mars 2002; Abu Dzeït, représentant de Al-Qaïda dans le Caucase ( Arrivé en Tchétchénie en octobre 1999, il aurait, selon le FSB, participé au financement et a la planification de l'attaque de Nazran, la capitale de l'Ingouchie a la mi-2004 et a celle de la prise d'otage de Beslan ) abattu lors d'une opération antiterroriste le 16.02.2005 en Ingouchie.
Abu Dzeït était sous les ordres de Abu Hafsa, lui-même abattu lors d'une opérations antiterroriste du FSB au Daguestan fin 2006 (Selon le FSB Hafsa est soupconné par les autorités américaines d'avoir pris part a l'attaque contre l'ambassade US a Nairobi en 1998 et contre l'ambassade de Jordanie a Bagdad en 2003.

Enfin, Chamil Bassaïev, un des terroristes les plus sanglants , qui revendiqua l'attaque contre le Daguestan en août 1999 mais aussi la prise d'otages de Boudiennovsk en 1995 mais aussi celle de Beslan, et félicita les assassins de quatre diplomates russes, tués en Irak en 2006.. Les autorités russes ont soupconnées Bassaïev, avec Hattab, d'avoir planifié les attentats perpétrés en 1999 en Russie (300 morts). Finalement, Bassaïev a été abattu lors d'une opération antiterroriste du FSB a la mi-2006...

Toutefois, ce n'est pas "la fin" du terrorisme international dans le Caucase, ni la fin du terrorisme tout court comme l'estimait Nikolaï Patrushev: Subsistent encore des groupes de terroristes prêts a se battre pour tuer et déstabiliser la région. Même si ils n'ont plus la puissance des années précédentes, le danger qu'ils représentent n'est pas négligeable; on ne peut exclure un nouvel attentat terroriste sanglant, rappelant que "ils sont la".

Ironie de l'histoire, on peut se demander si l'intervention américaine en Irak n'a pas justement aidé les russes dans le Causase , puisque désormais la priorité pour islamistes extrémistes n'était plus de soutenir leurs camarades au Caucase mais ceux en ex-Mésopothamie.. Il en découle un soutien financier et matériel moins important.

Le responsable, Nikolaï Rogojkin, des Troupes intérieures russes, estimait a la date du 11.12.2007 que il reste encore 700 "combattants" dans la zone Caucase du Nord

Et comme pour rappeler a la réalité, le 14.12.2007, un poste de police a été mitraillé en Ingouchie , tandis que le 16 était menée une opération antiterroriste a Grozny. Aux termes d'une fusillade a l'arme lourde entre les unités d'élites et quatre terroristes retranchés dans un appartement, les terroristes et un policier trouvèrent la mort. Le quatuor était , selon les services de sécurité, responsable de l'assassinat de policiers récemment..

 

Commentaires

C'est vrai que cette région ne fait plus la Une des médias alors que la situation n'est pas encore totalement "stabilisé". Merci de se résumé.

Écrit par : Frédéric | 09/01/2008

De rien, je pense que je vais néanmoins légèrement revoir cet article, surtout sur les débuts de la guerre en Tchétchénie en 1994

Écrit par : ADMINISTRATEUR | 09/01/2008

Les commentaires sont fermés.