Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2009

Léon Panetta a la tête de la CIA, une bonne nouvelle?

LÉON PANETTA A LA TÊTE DE LA CIA UNE BONNE NOUVELLE?

Après avoir a un moment envisagé la candidature de John Brennan, ancien officier de la CIA qui dirigea entre autres le TTIC, le choix du Président Barack Obama pour le poste de Directeur de la CIA s'est porté sur Léon Panetta, ancien secrétaire général de l' administration Clinton.

Choix qui a surpris car Panetta n'était pas sur la liste des candidats potentiels, mais aussi surprise sur la personne même qui a été choisie. En choisissant un « vieux de la vieille », Barack Obama n'a pas privilégié le changement, mais aussi, on peut se demander si le choix de Monsieur Panetta a la tête de la CIA est un choix opportun.

La sélection de Léon Panetta a un poste aussi délicat même est un mystère, elle fut sans doute le résultat de tractations de couloirs et de compromis, nécessaires sachant que le Directeur de la CIA choisi doit être approuvé par le Sénat.
Néanmoins, Léon Panetta ne s'est distingué en rien dans le travail du renseignement, sa carrière fut plus politique que autre chose. La nomination d'un « technocrate », pardonnez l' expression, était elle la bonne solution pour une CIA attaquée non seulement pour ne pas avoir empêchée le 11 septembre mais aussi pour l' affaire de ses transferts de prisonniers, sans oublier l'usage de la torture, ou les ratées en Afrique?

La CIA a besoin incontestablement de réformes pour gagner en efficacité, et un des plus gros problèmes auquel elle se heurte est sa bureaucratie même, sans compter la concurrence existant entre agences de renseignement. A cet égard, la création par Georges W. Bush du TTIC, énième structure chargée de participer a la lutte anti terroriste, n'a fait que rajouter une couche de bureaucratie supplémentaire dans un système complexe..

Léon Panetta arrivant a la tête de la CIA sans passer par le haut, saura il prendre conscience du problème?

L'auteur de l' article estimait en tout cas souhaitable que la personne nommée a la tête de la CIA soit une personne « qui en soit issue », un « insider », une personne qui en connaisse les problèmes pour en avoir grimpé les échelons et maîtrisant par conséquent son fonctionnement. C'est pourquoi l' auteur avait une petite préférence pour Mary Margaret Graham, qui fut une « opérationnelle » issue de la Direction des opérations de la CIA (poste en Espagne dans les années 80; chef de la station de New York lors des attentats  du 11 septembre puis chef du Centre de contre-espionnage), ou Stephen Kappes, dont la carrière fut extrêmement brillante (travail contre les Iraniens a la fin des années 80 puis contre l' Irak durant la guerre du Golfe, chef de station au Koweït juste après; chef du groupe chargé des questions de prolifération a la division Eurasie; chef de station a Moscou, chef du centre de contre-espionnage; n°2 de la direction des Opérations puis a la tête de la Direction des Opérations de la CIA; viré par Porter Goss puis rappelé en 2006 et nommé directeur adjoint de la CIA alors.), qui fut entre autres crédité du succès d'avoir réussi a convaincre le colonel Kadhafi d' abandonner son programme ADM. Sa candidature, si l'on en croit INTELLIGENCE ONLINE, a été écartée car KAPPES est considéré comme « un homme de Bush »...

Nous verrons si Panetta est l' homme de la situation aux résultats obtenus. Sera-il aussi terne et discret que John McCone, ou au contraire laissera-il son empreinte a la CIA tel Bill Casey, Allen Dulles, ou Georges Tenet, pour n'en citer que quelques uns? Son action permettra d'en juger, mais l' auteur doute de l' opportunité du choix, plus guidé pour des raisons politiques que pour une volonté de réformer la CIA.