Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/09/2007

Les expulsions de 1985

Comme le rappele la BBC dans son édition du 14.09.2007,il y a exactement 22 ans,le 14.09.1985,le Gouvernement de Sa Majesté invita 25 soviétiques en poste a Londres,aussi bien des journalistes que des "diplomates",en fait tous présumés membres du KGB et du GRU,de quitter le territoire britannique.Ses expulsions font suite a la déféction au profit du MI6 de Oleg Gordievsky.

1e5264760a7f1c71b8d823bb3aa47189.jpgOfficier du KGB,Gordievsky a fait toute sa carrière au sein du renseignement extérieur,a la Division des Illégaux puis au sein du 3ème Département,chargé de la Grande-Bretagne et des Pays Scandinaves. C'est au cours d'une mission a l'étranger,en 1966 a Copenhague,que il sera recruté par le contre-espionnage danois,qui le transmet a Robert Francis Browning,le chef du MI6 a Copenhague en 1974.Puis il arrive a la station du KGB a Londres,en tant que chef de la section du renseignement politique,jusqu'a être nommé chef de la station en janvier 1985,puis soudain rappelé a Moscou en mai et accusé de trahir au profit du MI6. C'est d'URSS que la station du MI6 de Moscou réussit a le faire exfiltrer,infligeant au passage une humiliante défaite au KGB.

  Les soviétiques répondent en déclarant "persona non grata" 25 britanniques.L'étude de la liste des britanniques expulsés a permis de découvrir un détail que n'ont pas relevés les journaux de l'époque: Parmi les représentant de Sa Majesté invités a quitter Moscou dans les plus brefs délais,se trouvent deux personnes officiellement 1er secrétaires de la section politique de l'ambassade britannique de Moscou: Il s'agit de Andrew Gibbs et de Raymond Asquith. Il a été établi que en réalité Gibbs était .....le chef du SIS a Moscou,et Asquith son adjoint.

3f7b26d7efb7032e6265ee39fae6b7c6.jpg1ba0c7c14a75e964da4340f8c869d9f4.jpg  A gauche,Andrew Gibbs.A droite,Raymond Asquith.

Ironie de l'histoire,c'est ,selon  la légende,Asquith qui aurait fait exfiltrer Gordievsky en le planquant dans le coffre de sa voiture.Cela n'a pas empêchéle duo de faire carrière au sein du MI6 ensuite: Asquith a travaillé a la fin des années 80 au sein de la section Irak au quartier général du MI6.Son nom est d'ailleurs apparu au sein du scandale "Matrix Churchill" (Trafic d'armes britanniques vers l'Irak qui avait été infilitré par MI-5 et MI-6 pour ainsi obtenir des informations sur les filières d'approvisionnement en armes de 'Irak), puis a dirigé le poste du MI6 a Kiev en 1992. Gibbs a été nommé vers 1987 chef de l'antenne du SIS a Prétoria,en Afrique du Sud,et il a récémment dirigé un autre poste du MI6 dans le monde,dans une zone plutôt sensible.Il est a noter que les noms du duo apparaissent dans la "Liste Tomlinson".

Concernant les expulsions,quelques remarques: Autant les soviétiques réagissaient plutôt mollement lors de l'expulsion de soviétiques en poste a l'étranger,et ce pour sauvegarder de bonnes relations avec les pays du monde occidental (Expulsion en 1971 de 105 soviétiques en poste en Grande-Bretagne.Le Kremlin se contentera d'expulser une dizaine de britanniques; expulsion sur demande de la DST de 47 soviétiques en poste en France en 1983;pas de représailles de la part du Kremlin)  sous Brejnev puis Andropov et Tchrnenko,autant Gorbatchev,qui s'entend très bien pourtant avec la première Ministre britannique Thatcher,réagit fermement,en déclarant "PNG" (Persona non grata) le même nombre de britanniques.Thatcher réplique en expulsant 6 soviétiques supplémentaires,Gorbatchev fait de même.Match nul, 31-31.

Les expulsions d'espions font toujours débat au sein des pays touchés par l'espionnage adverse.En effet,mieux vaut sans doute laisser un espion agir plutôt que de l'expulser,car il est identifié,connu,plus facile donc a contrôler,tandis que si on l'expulse il faut identifier son successeur,tout recommencer a zéro etc..C'est l'approche,par exemple,des officier du contre-espionnage du KGB contre la CIA durant la Guerre Froide.Il y a aussi les expulsions,soit d'officiers traitants pris en flagrant délit d'espionnage soit qu'on a des preuves qu'ils ont accomplis des actes "incompatibles avec le statut de diplomates,pour reprendre la terminologie officielle (Par exemple,a la mi-2006,une officier traitante de la CIA ,Rosanna Minchew, a été expulsée pour espionnage d'Inde ). Et enfin les expulsions massives,pour bien faire comprendre a un pays que il y en a assez de ses ingérences sur un territoire étranger,et pour faire cesser ainsi les activités du service de renseignement ennemi.par exemple,une quarantaine de diplomates russes en poste aux Etats-Unis ont été expulsés par l'administration Bush en 2001.Moscou en a fait autant,et a au passage filtré dans la presse le nom d'un des expulsés américains :Paul Holligsworth,alors chef de station adjoint de la CIA a Moscou.

Il est a noter que les expulsions"de masse" ne peuvent se faire sans le consentement du pouvoir politique. Parce que les espions sont le plus souvent des personnes agissant sous couverture diplomatique, elles représentent leur pays. Une expulsion de masse est donc un signal fort envoyé par le pays victime des agissements des diplomates ( En langage diplomatique on parle de "statut incompatible avec les fonctions de diplomate") impliquant l'accord des plus autorités.

Notons que ses expulsions peuvent aussi avoir une volonyté d'humilier. C'est ainsi que peut être interprétée l'expulsion  d'une quinzaine d'officiers du GRU agissant en Géorgie en 2006 : Les expulsions étaient faites devant les caméras du monde entier, les diplomates expulsés de manière extrêmement humiliante, et qui m'a personnellement choquée. 

 

03/04/2007

Colloque sur le renseignement britannique

Le 12.05.2007 a l'uiniversité de Warwick,Coventry,se tiendra un colloque baptisé "Spooked :cultures of intelligence in Britain (1945-2007).Je regrette de ne pouvoir y aller,mais si des personnes s'y rendent,qu'elles m'en informent,pour que je connaisse le résultat de ce colloque,qui sera publié sur ce blog.

Le colloque sera consacré aussi bien au renseignement du point de vue théorique que la coopération américano-britannique ( Je me permet une petite disgression ici:les relations américano-britanniques ne sont pas forcément si idyllique qu'on pourrait croire.Peter Wright,dans son ouvrage "Spycatcher",décrit une forte méfiance entre britanniques et américains,en particulier la haine de Hoover,le patron du FBI,pour le MI6.Ce point de vue a été confirmé dans sa biographie par Kim Philby,l'officier du MI6 qui travaillait pour les soviétiques),la Guerre Froide,le rôle des médias...

 Parmi les participants,notons Chritopher Andrew,auteur de plusieurs ouvrages sur les services secrets britanniques et soviétiques,ainsi que Stephen Dorril,auteur d'une monumentale oeuvre sur le MI6,le service de renseignement extérieur de Sa Majesté.

Il est a noter que la période abordée (1945-2007) est une période "nouvelle",alors,qui s'ouvre:La 2ème Guerre Mondiale vient de se  terminer,le renseignement extérieur britannique,le MI6,se relance aussitôt dans la bataille contre l'Union Soviétique (Le colonel Valentin Viviane,chef du contre-espionnage du SIS,considérait que il faut durant la guerre se battre contre les nazis,mais que le principal ennemi restait l'URSS) ,sans oublier de jouer son rôle au Moyen-Orient pour tenter de préserver l'influence britannique (sans grand succès,comme le montre la mise a mal des réseaux du SIS en Egypte sous Nasser) ainsi que l'évolution ,au lendemain de la fin de la Guerre Froide: Désormais,priorité est donnée au terrorisme,a l'Irak,l'Iran,la Corée du Nord,la contre-prolifération nucléaire.Les attentats du 11 septembre créent un choc par leur intensité,et ne font que renforcer la lutte antiterroriste,désormais qualifiée de priorité absolue.

 

Pour revenir au colloque,pour s'inscrire:   Sue Dibben HRC@warwick.ac.uk

 Plus d'informations sur le colloque:   http://www2.warwick.ac.uk/fac/arts/hrc/confs/spooked/

http://www.cf2r.org/fr/actualite/colloques-conferences-12...

 

17/03/2007

Décès en décembre d'un ancien patron du MI6

Un "Cold Warrior",spécialiste des soviétiques durant la guerre froide au sein des services secrets britanniques,est décédé en il y a quatre mois. 

 

Colin Frederick Figures,patron du MI6 ,le service de renseignement britannique de 1982 a 1985,est mort le 08.12.2006.  Je n'ai appris la nouvelle que hier soir,d'ou le retard dans la parution de cet article.

 Sir Colin est né le 01.07.1925 a Birmingham,il passe par la King's Edward's School de Birmingham,puis sert de 1945 a 1948 dans un régiment,tout en apprenant le russe a Cambridge.Parle russe et francais.

Sa carrière commence en 1951,quand il entre au MI6, ensuite il sera en poste en Allemagne de 1953 a 1956,a Amman,Jordanie,de 1956 a 1958,Chef de station a Varsovie,Pologne, de 1959 a 1962.Parmis ses informateurs,notons un officier de l'UB (services secrets polonais) nom de code "Noddy",qui avait contacté l'ambassade britannique a Varsovie en 1958.C'est l'officier du SIS a Varsovie John Quine,qui travaillera aussi a la section soviétique du SIS,qui sera chargé de traiter cette précieuse source.A Varsovie,on en sait peu sur le travail de la station du SIS de 1959 a 1962,mais d'après une information,Colin Figures y aurait mené de belles opérations.Notons toutefois que c'est a la même période que un officier du MI6,Georges Blake,transmettra des informations au KGB,dont parmi elles,la "Watching list" du MI6 (les personnes susceptibles d'être recrutées) en Pologne pour l'année 1959,et donn dévoilera ainsi au KGB (Qui transmettra l'information au contre-espionnage polonais) les dégâts causéés par la station du SIS a Varsovie..

 Après Varsovie,Figures a dirigé la station du SIS de Vienne,tout près du "Rideau de Fer".Une des antennes les plus prestigieuses du monde,non seulement a cause du lieu même,mais aussi du travail a y accomplir.Vienne ,aussi bien durant la Guerre Froide que aujourd'hui encore,reste un des terrains de confrontation entre services secrets parmi les plus importants.Il ne faut pas oublier que Vienne est un pays "neutre",qui accueille aussi bien,aujourd'hui,le siège de l'OPEP que les ambassades nord-coréennes ou iraniennes...Et,durant la Guerre froide,étant située près de l'Empire communiste,dont l'Autriche était une excellente base pour recueillir des informations.

Après ses postes,Figures revient au QG du SIS,et nommé en 1973 chef de la section Irlande du Nord,au plus fort de la lutte contre l'Armée Républicaine Irlandaise (IRA),puis n°2 du MI6 en 1979,et chef du service britannique en 1982,jusque 1985.Si la Guerre des Malouines en 1982, contre l'Argentine,que le SIS n'a pas su prévoir,reste comme un échec pour le service,en revanche,c'est sous Colin Figures le renseignement extérieur de Sa Majesté marque des points contre les soviétiques:d'abord en 1982, MI6  fait exfiltrer Vladimir Kouzitchkine,officier du KGB a Téhéran chargé de superviser le travail des illégaux soviétiques et du Toudeh (Le Parti communiste iranien),puis en 1985 la station du MI6 a Moscou mène une de ses plus belles opérations: Est exfiltré ,après avoir semé le KGB,Oleg Gordievsky,un officier du KGB recruté a Copenhague en 1966.Un officier du KGB exfiltré alors qu'il est de l'autre côté du Rideau de Fer! Une réussite.Après avoir quitté MI6,Colin Figures a été nommé Coordinateur des services secrets au Cabinet Office,jusqu'a sa retraite en 1989.

Il s'est éteint des suites de la maladie d'Alzeimher.Avec mes hommages. 

 

 

Pour précision,le dossier sur le MI6 en direction de l'Irak est toujours en cours de traitement. 

11/01/2007

Le MI5 s'ouvre un peu au public

medium_mi5.gifle MI5 souvre un peu,devient un peu plus transparent vis-a-vis du grand public,tout en continuant a protéger les noms de ses cadres,ses sources et ses méthodes (Ce qui est compréhensible).

Telle est la conclusion qui s'impose devant l'attitude ,qui ne peut qu'être saluée,du service de sécurité intérieure britannique.

Ainsi,il avait fallu attendre le procès de plusieurs membres de l'IRA qui avaient été interpellés en juillet 1996 (Il s'agit de l'opération Airline,qui s'était conclu par la mort d'un membre de l'IRA abattu par deux policiers de l'unité SO19 de Scotland Yard et l'interpellation de six de ses camarades) avant de poser des bombes a Londres pour que MI5,pour la première fois,produise publiquement lors d'un procès (qui eut lieu en juillet 1997) des rapports et des preuves recueillis par ses officiers (Ecoutes,surveillances).

Cette fois,c'est les attentats commis a Londres en juillet 2005 et la crainte de nouvelles attaques terroristes qui ont obligés le MI5 a passer a la vitesse supérieure,en ne jouant plus seulement le rôle de "service de sécurité travaillant pour le gouvernement de Sa Majesté",mais aussi en alertant le public.

medium_emb.jpgEliza Manningham-Buller  Ainsi,la directrice du MI5,Eliza Manningham-Buller, a ,lors d'une conférence,rappelée que le risque d'attaque terroriste est toujours élevé au Royaume-Uni,et de déclarer que près de 1600 personnes sont surveillées par les services britanniques.

Une des principales inquiétudes du MI5 concerne ,je pense,les ressortissants pakistanais,très nombreux en Grande-Bretagne,hors le Pakistan est un pays ou les islamistes extrémistes comptent une base importante.

Autre décision du MI5 apparue il y a moins d'une semaine: toute personne peut s'inscrire sur le site du MI5 pour recevoir les changements du niveau d'alerte terroriste,ce qui a l'avantage d'inciter a être plus vigileant.Pour s'inscrire, allez sur le site du MI5

http://www.mi5.gov.uk/ 

medium_mi5logo195.jpg

puis ,en bas,dans "What's new","receive MI5 updates by e-mail",et incrivez-vous en laissant votre nom,prénom,et adresse mail.On peut aussi recevoir les dernières informations du MI5 (discours de la directrice du MI5 et liens vers les sites Internet).Un mail du MI5 arrive alors,en moins d'une minute,a l'adresse indiquée.Il est alors prié,pour valider votre demande de recevoir les mails du MI5,de confirmer l'inscription en cliquant simplement sur l'adresse indiquée dans le mail.

17/05/2006

Le MI-6 aurait-il été infiltré par le renseignement russe?

Le MI-6,le service de renseignement extérieur britannique,a-il été infiltré dans les années 90 par le KGB ? C'est l'hypothèse qui circule,diffusée par différentes personnes,et qui s'avère difficile a vérifier tant MI-6 est réputé efficace pour protéger ses secrets -si l'on excepte quelques succès (Le traitement du colonel Penkovsky,le retournement puis l'exfitration de Oleg Gordievsky)  et échecs,  ( Les affaires Philby et Blake , les tentatives d'assassinat baclées de Nasser, la liste Tomlinson ,les ratées lors de la dernière guerre en Irak) connus du grand public.J'avais eu quelques infos sur une possible infiltration ,récente,du MI-6 par les services secrets russes,mais je n'y avais pas fait attention jusqu'a ce qu'une personne n'attire mon attention sur les révélations d'un transfuge de la SVR (renseignement extérieur russe ) passé a la CIA en mars 1994 et qui affirmait que le SIS avait été infiltré,ayant vu des documents défiler alors qu'il était analyste a la section britannique du renseignement extérieur russe.Si cette information était un jour confirmée,elle ne serait pas surprenante :malgré la fin de la Guerre Froide en 1991,les services secrets occidentaux ne sont pas restés inactifs en Russie,et vice-versa.Bien au contraire ! La guerre entre les services a continuée de plus belle.En témoignent nombre de scandales:La communauté du renseignement américaine a ainsi découverte plusieurs infiltrations -en 1994 est démasqué l'officier de la CIA Aldrich Ames;en 1996,c'est le tour d'un ancien chef de station a Bucarest,Harold Nicholson,d'etre interpellé alors qu'il allait rencontrer a l'étranger son officier traitant du SVR,et, last but no least,est démasqué en 2001 l'agent du FBI Robert Hanssen.Les britanniques ,eux ont interpellées en 1992 Michael Smith,un ingénieur qui fournissait des informations aux russes,tandis que,plus récémment,dans un rapport rendu public en 2003,le MI-5 ,le contre-espionnage britannique,s'inquiétait publiquement de l'augmentation du nombre d'officiers du SVR et du GRU a l'ambassade de Russie en Grande-Bretagne.Le FSB,le contre-espionnage russe,a de son coté interpellé en 1994 Vadim Sintsov,qui dirigeait une entreprise liée au secteur de la défense et fournissait des informations au MI-6 depuis 1993.En 1996 Platon Obukhov,diplomate russe recruté par MI-6 a l'étranger est interpellé;le FSB profite de l'occasion pour faire le ménage a l'ambassade britannique a Moscou en faisant expulser plusieurs officiers du MI-6 dont Norman Mc Sween,le chef de station.En 1999 ,le FSB interpelle en flag Chery Leberknight,officier de la CIA,alors qu'elle devait rencontrer un informateur,puis est dévoilée une tentative de recrutement par la CIA d'une personne travaillant dans un établissement lié a la Défense,en 2002...

 

Pour revenir a une possible infiltration du MI-6,les informations ne sont pas a prendre au sérieux,j'ai moi-meme des doutes,mais qui sait... Première information-très parcellaire- ,la déclaration d'un transfuge du SVR.Il s'agissait de Igor Makeyev-d'autres disent Igor Malayev-,officier du SVR en poste en Thailande ,et qui passera a la CIA le 24 mars 1994,avec un ordinateur contenant des informatiosn très sensibles..Lors de ses débriefings,Makeyev affirmera avoir vu passer ,alors qu'il était analyste a la section britannique du renseignement extérieur, des documents montrant que le KGB dispose d' une taupe très haut placée au SIS anglais.Sans plus de précisions,du moins publiquement Ensuite,l'affirmation -qui me laisse sceptique- de Evgueni Primakov,patron du SVR -renseignement extérieur russe - de 1992 a 1996:Dans son ouvrage "Au coeur du pouvoir.Mémoires politiques", il affirme carrément que "a la fin du mois de mai 1978 les services secrets soviétiques recurent une information de leur source au sein des services britanniques",information sur le recrutement d'un officier du GRU en Suisse,Vladimir Bogdanovitch Rezun.Lequel s'enfuit en juin 1978 et écrivit plusieurs livres sous le pseudonyme de Victor Suvorov.Il y a de quoi etre sur le cul!Je ne savais pas que un chef de service secret peut se permettre de "griller" aussi ouvertement une source-surtout aussi sensible car directement implantée chez l'ennemi- ,de plus,selon les informations obtenues,lorsqu'il prit la fuite,Rezun n'avait pas attiré l'attention des services de sécurité soviétiques! Autre information ,venant cette fois de Richard Tomlinson,ancien officier du MI 6 qui en fut licencié au milieu des années 90.Tomlinson a travaillé en direction des pays de l'Est ainsi que dans le secteur de la lutte contre la prolifération nucléaire.Et,selon lui,son supérieur lui aurait dit que la raison de son licenciement- info issue d'une conversation avec le chef du personnel du MI 6- était "la crainte d'un Aldrich Ames en puissance".Es-ce a dire que le service de sécurité interne du MI 6 craignait que Tomlinson ne passe a l'ennemi,ou plutot la crainte d'etre déja infiltré? On peut interpréter dans les deux sens. Dernière information intéréssante,un article du "Times" du 26 septembre 2004,qui se base sur les déclarations de Norbert Juretzko,ancien officier du BND qui a travaillé en direction de l'ex URSS au début des années 90.Selon Juretzko,une de ses sources,alors qu'il travaillait au BND,lui a passée un microfilm contenant des informations très sensibles sur le MI 6.Le MI 6 a été prévenu sur les fuites en 1998 et une opération a été intiée ,dirigée par le MI 6 et le MAD,le contre-espionnage militaire allemand.L'opération était supervisée en Allemagne par le colonel Joachim Zoeller,le chef du contre-espionnage ,et Richard Wandel,un autre officier du renseignement militaire,selon une source au BND qui a corroborée l'histoire de Juretzko.Selon Juretzko,sa source travaillait au coeur de la firme Alpha,créée en 1994 ,et basée a l'hotel Pékin de Moscou ,est dirigée par le lieutenant-colonel Andrey Tolmashev ,en poste auparavant dans une station du KGB a Berlin-Est.Composée d'anciens officiers du KGB,elle est chargée de la sécurité.Selon Juretzko,Alpha aurait été le destinataire du microfilm.
La question qui reste a se poser ,évidemment,est :si il y a une taupe,qui? Quels dégats il a commis? Quand a-il été recruté? Concernant le "qui",difficile d'y répondre pour la bonne et simple raison que MI 6 protège ses secrets plus efficacement que la CIA ,et peu d'informations fuitent sur le Service,exception de la "liste Tomlinson"-116 identités d'officiers du MI 6 révélés.
Concernant les "fuites",on peut penser entre autres au dossier Platon Obukhov:ce diplomate russe recruté par le MI 6 en 1995 s'est fait prendre en 1996 par le FSB.Résultat :le chef de station du MI 6 Moscou Norman Mc Sween déclaré "persona non grata" et expulsé,ainsi que 3 officiers traitants de la station.Après les dégats causés par cette affaire au travail du MI 6 en direction de la Russie, d'après les informations obtenues( Livre de Rem Krassilnikov "KGB protiv MI-6",qui se base lui-meme sur le journal "Niézavissiéyama  Gazeta"),le MI 6 a enqueté pour comprendre la raison de la "chute" de Obukhov.3 versions ont attiré l'attention:
-la première est tout simplement une enquete ,un coup de bol,du FSB.Après tout,Richard Tomlinson,ancien officier du MI 6,note lui-meme dans ses mémoires "Plus permis de tuer" que Obukhov était instable psychologiquement - il a d'ailleurs été envoyé en hopital psychiatrique-  et que celui-ci clamait haut et fort qu'il était un espion.
-La deuxième est une "fuite" d'information venant de Century House,le QG de MI 6.
-La troisième est une fuite venant de la station moscovite de MI 6.En conséquence,le renseignement britannique a vérifié les dossiers des officiers liés a cette affaire aussi bien au "Headquarter" que a la station.
Il faut noter un autre point:Oleg Gordievsky,qui a travaillé a la section britannique du renseignement extérieur du KGB puis qui a été en poste a Londres de 1982 a 1985,n'a jamais transmis d'information sur une infiltration du MI 6,alors qu'il était un des officiers les plus gradés.Donc,soit ,si le traitre existe,il a été recruté après 1985,date ou Gordievsky passa en Grande-Bretagne,soit cette personne a été en poste dans un pays autre que la zone Commonwealth ou Scandinavie,et a donc été traitée par un autre département géographique du KGB.Dernière possibilité:le traitre aurait été recruté a partir de 1982-date du départ de Gordievsky pour Londres- mais n'aurait pas été traité par la station du KGB a Londres.En effet,Oleg Gordievsky,qui fournissait des informations au MI-6 depuis au moins 1974,n'a jamais révélé d'infiltration au coeur du MI-6.
Néanmoins,on ne peut exclure un jeu du MI-6 pour désinformer le renseignement soviétique.Tout dépend des informations exactes qui ont été transmises.Malayev a l'air de les prendre au sérieux,donc il considère que ce n'est pas de l'intoxication.Toutefois,c'est le boulot de tout service secret qui souhaite tromper l'ennemi que de lui révéler des informations plus vraies que nature....
Si vous avez des informations dessus,prévenez-moi,personnellement,je ne sais pas trop a quoi m'en tenir

Sources:
  Livres:
-Plus permis de tuer.Richard Tomlinson.Editions Favre.2002.
-KGB protiv MI-6.Editions Tcentrpoligraff.2000.Paru en russe uniquement
  Journaux:
-Intelligence Online 5 mai 1994
-Times 26 septembre 2004

Annexes:
-Article de Intelligence Online:
 Copyright 1994 Indigo Publications Intelligence Newsletter May 5, 1994. New KGB Defection Causes British Trouble. BODY: The CIA recently issued a "No Comment" statement concerning revelations by KGB defector Igor Malayev of a high-level Russian mole in British services. Malayev, a former analyst in the KGB's "British Section" in Moscow, defected to the CIA on 24 March from the Russian embassy in Bangkok, taking with him a lap -top computer containing sensitive information. With the debriefing of several previous Russian defectors the British services may have mistakenly thought that they had "cleaned out their own house."

-Article du Times du 26 septembre 2004: Sunday.Top-rank MI6 mole 'betrayed agents for a decade'
 A FORMER German spy has claimed that a traitor in MI6, Britain's overseas intelligence agency, leaked sensitive secrets to Russian agents throughout the 1990s. Norbert Juretzko, once an officer in Germany's BND intelligence agency, says information about MI6 field agents and their handlers was passed to the Russians for nearly a decade. According to Juretzko, German intelligence discovered the leak -and learnt about the names and movements of British agents -but did not tell its British allies for several years because it feared British action might compromise one of its own spies operating in Russia. Juretzko, who worked as a BND officer for more than 20 years, has revealed the existence of the mole to The Sunday Times. "Almost every time I met my source, who was our top spy inside Russian intelligence, he passed me microfilm which also contained sensitive information leaking out of MI6," he said. "The highly classified material could have been obtained only by somebody in a senior position, as it revealed the identities of MI6 personnel and their activities. It also appeared to reveal the cover names and travel arrangements of British handlers." The Germans finally informed the British about the leaks in 1998 and a joint operation was initiated between MI6 and Germany's Militaerischer Abschirmdienst, which is responsible for counter-espionage. It is not known whether the mole was caught. The operation was overseen in Germany by Colonel Joachim Zoeller, head of counter-espionage, and Richard Wandel, another military intelligence officer, according to a source in the BND who corroborated aspects of Juretzko's story. Juretzko is a controversial figure in Germany. He is a friend of Peter Struck, the defence minister, and is acquainted with Gerhard Schroder, the chancellor. He left the BND under a cloud after he was convicted of false accounting over funds sent to his spies. Last month he published his memoirs and faces prosecution for breaking Germany's secrecy laws. His claims about the British traitor, which are not contained in the memoirs, are partly corroborated by classified documents he has retained. They show that the FSB, the agency that succeeded Russia's KGB, set up a front company called Alpha 1 in July 1994. This firm, Juretzko alleged, was the destination for microfilm containing MI6 secrets that was smuggled from London. Alpha 1's offices were in the Peking hotel in Moscow and ostensibly provided security services for western companies operating in Russia. Its staff was almost exclusively former KGB agents. According to the documents, official records had been doctored so that employees appeared to have been thrown out of the KGB, or to have parted from it on bad terms. "In fact they continue to be in the employment of the FSB which also pays their salaries," says the report. The firm was headed by Lieutenant-Colonel Andrei Tolmatschov, who had been stationed in Quedlinburg in the former East Germany during the cold war. He was said to be an alcoholic and relations with his superiors were strained. Juretzko says he first became aware of the security breach within MI6 when he recruited a Russian who was working inside Alpha 1. The spy used the codename Rubezahl. A serving German intelligence officer who spoke to The Sunday Times anonymously believes the British secrets to which Rubezahl had access were genuine and were not disinformation passed by MI6 to confuse the Russians. "Rubezahl was a top source who for years provided information that proved correct and extremely costly for the Russians," he said. The Russians were smuggling microfilms containing British secrets to Moscow using a coach company set up to ferry children from around the Chernobyl nuclear disaster to treatment in western Europe. The microfilm was hidden in the children's baggage while they were getting ready to return. When the coach arrived back in Chernobyl, the film was picked up by the FSB and handed to a Russian agent at the Orbita hotel in Minsk, who then took it to Alpha 1 in Moscow. Reimar Dittrich, owner of the coach company, has confirmed he was interrogated by BND agents. "It was a short visit because they knew this was all done without our knowledge," he told The Sunday Times. When MI6 was told of the traitor by the BND, it asked to interview Rubezahl and other German spies directly. German spymasters believed this could have endangered BND sources and the request was refused. Rubezahl's life was believed to be in danger. According to the documents, the Russians were hunting for him. On one occasion they came close to finding a car that had been bought by the BND as a gift for the spy and learnt the make, year of manufacture and colour of the vehicle. However, as a precaution Juretzko had exchanged Rubezahl's real name in records at BND headquarters in Pullach for the identity of an electrician called Lubimov, who lives in Moscow. In 1997 the innocent Lubimov was mistakenly arrested by the FSB. Juretzko claims MI6 continued to request information from him about the mole, even after he left the BND. The Foreign Office refused to comment.