Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/10/2007

La CIA au Vietnam

Parmi les plus grandes défaites subies par les Etats-Unis reste incontestablement en tête la Guerre du Vietnam,de 1964 a 1973 ,qui sera suivie par l'invasion des viet-cong en 1975 et l'effondrement du régime de Vietnam du Sud.Les services secrets américains,et donc la CIA entre autres,ont joués un rôle très important dans ce conflit,en s'efforcant de collecter des renseignements sur l'ennemi viet-cong pour empêcher,selon la théorie des dominos,que si le Vietnam devienne communiste,les pays d'Asie alentour aussi. La CIA y engagera donc d'importants moyens et un nombre considérable d'officiers,faisant de la station de la CIA au Vietnam une des plus importantes numériquement. Y prendront part des chefs de stations, des analystes, des spécialistes de la Guerre psychologique. Voici la liste,qui sera progressivement mise a jour:

 

Chefs de stations CIA a Saïgon

Emmett Mc Carthy 1954-1955

John G.Anderton 1955-1957. 

Nicolas Natsios 1957-1959 

William Colby 1959-1962.

John H.Richardon 1962-1963

David R.Smith (Acting chief of station)

Peer de Silva 1964-1965

John Lymond Hart 1966-1967

Lewis Lapham 1967-1969

Ted Shackley 1969-1972

Thomas Polgar 1972-1975

 

Officiers de la CIA a Saïgon 

Alexander Shatton

Donald Gregg 

David Barry Kelly 

George Weisz

Joseph Lazarsky 

Philip H.Potter

Angelo Kalaris 

Charles Merchant. 

Clark Gilbert Myers

Dean Almy

Donald Healey 

Donald Blascak

Dorothy Lyman

Edward J.Carroll

Edward J.Doyle

Felton Mark Wyatt

Francis Somers.

George Carver

George W.Allen

Helen Morgan

Howard Rocky Stone

James Delaney 

James Hodges Parker

John Singlaub 

Joseph Baker

Joseph McDonald 

Louis Di Filippo

Marcus Kostolich

Michaël Capraro

Nicholas Natsios

Ogden Williams 

Paul Harwood

Philip Jones

Richard Dorey

Richard Sellew

Robert Francis Brogodhy

Robert R.Simmons

Stanley Moscowitz

Steven Kostic

Ted Price

Walter Krisa

William C.Stewart 

 

Complété le 23.10.2007 (Thanks to Aldartus) , 05.03.2008 et 06.03.2008

04/10/2007

John Brennan

 Et un  chef de station de plus! me suis-je dit en apprenant durant septembre 2007 que John Brennan,un officier de la CIA dont je ne me souviens même plus si j'en avais entendu parler ou pas (Pour dire a quel point il n'a vraiment pas retenu mon attention)  avait en réalité été Chef de station de la CIA a Riyad! Wow,ca change tout. Le travail de la CIA en direction de ce pays du Golfe Persique attirait l'attention.Sans doute  parce que ce pays est au coeur du Moyen-Orient,que c'est le pays ou est né  Oussama Ben Laden mais aussi le coeur du wahhabisme,cette division du sunnisme qui prétend faire respecter le Coran a la lettre au point d'inviter a tuer les infidèles! 9cc029f420b3e4c4acadc5bf3e60b32c.jpg

John Brennan.

Entré a la CIA en 1980,Brennan a rejoint la Direction du renseignement de la CIA en 1981.Ce service,le Directorate of Intelligence (DI) ,chargée d'analyser les informations recues,est beaucoup moins réputé que son homologue,la Direction des Opérations (DO),chargée des opérations clandestines a l'étranger.Néanmoins,Brennan y fera carrière:Il est envoyé a  Djeddah de 1982 a 1984,officiellement comme membre de la section politique de l'ambassade américaine.De 1984 a 1989,en poste a la Direction du renseignement de la CIA,a la Division Moyen-Orient et Asie du Sud. Il est Chef de la section antiterroriste a la Division du Renseignement de la CIA de 1990 a 1992,chargée de l'analyse des informations.En pleine Guerre du Golfe contre l'Irak de Saddam Hussein.C'est alors une période ou l'on craint les attentats commis par les hommes de main de Saddam Hussein sur les territoires étrangers.Ensuite,Brennan occupe un poste de responsabilité a la Division Moyen-Orient et Asie du Sud a la Direction du Renseignement de la CIA, avant d'être Chargé du briefing quotidien de la Maison Blanche en 1994 et 1995.Pas une sinécure,Bill Clinton ayant la réputation de s'être désintéréssé d'une CIA minée par les scandales.C'est apparement au début des années 90 que Brennan a rencontré George Tenet,Président de la commission permanente sur le renseignement du Sénat US de 1988 a 1993 puis Directeur pour les programmes du renseignement au National Sécurity Council de 1993 a 1995.Les deux hommes vont devenir amis,ce qui va encore accélérer la carrière de Brennan a la CIA.Tenet prend le poste de Directeur-adjoint de la CIA en 1995, et prend Brennan avec lui comme assistant éxécutif. Tenet sera nommé Directeur de la CIA en 1997.Apparement,Tenet a compris la délicatesse des relations américano-saoudienne,puisque en 1996 c'est Brennan qu'il envoie diriger la station de Riyad.

Sans citer le nom,Robert Baer,alors numéro 2 du Groupe Sud a la Division Asie Centrale de la Direction des Opérations de la CIA n'est pas tendre: Critiquant la nomination par David Cohen (Patron de la Direction des Opérations de la CIA de 1995 a 1997) de personnes "qui n'étaient pas compétentes" a la tête des stations de Tel-Aviv ,Nairobi,mais aussi Riyad,il ajoute sur ce dernier que "la seule qualification du chef de station de Riyad avait été d'avoir travaillé comme conseiller de George Tenet au National Sécurity Council".Il est vrai que Brennan n'a jamais travaillé a la Direction des Opérations de la CIA,son envoi a Riyad est ,en quelque sorte,sa première sortie sur le terrain. Mais la station de Riyad est une station assez particulière,ce n'est pas une station "offensive",c'est-a-dire une station agressive dans le recrutement et le traitement d'informateurs d'origine saoudienne.Pour ne pas fâcher l'Arabie Saoudite,fidèle alliée des américains.Quand,par exemple,a la fin des années 70,circula a Washington un rapport très défavorable sur la situation en Arabie Saoudite,la réponse des autorités saoudiennes fut extrêmement claire:En cette année 1978,le chef de station de la CIA dans le Royaume,George Cave,est déclaré "persona non grata" et expulsé. Les relations se compliquent par le manque de coopération de Riyad vis-a-vis de Washington dans la lutte antiterroriste.C'est pourquoi Brennan est envoyé,pour établir des contacts a haut niveau,faire pression pour que les saoudiens coopèrent.Un exemple est donné par James Risen dans son ouvrage "Etat de guerre":Les saoudiens détenaient en 1997 un des principaux conseillers financiers de Oussama Ben Laden,Sayebd Tahib Al-Madani. Malgré les insistances de la CIA auprès des saoudiens,elle ne put avoir accès a ce personnage que après les attentats du 11 septembre 2001..

739dcbb3691a767376d9c469229c9562.jpgDégâts causés par la voiture piégée le 13.11.1995

Pourtant,il y a de quoi déclencher l'alerte: Une voiture piégée explose le 13.11.1995 devant un bâtiment de la Garde Nationale Saoudienne a Riyad.Bilan,7 morts dont 5 américains et 60 blessés. 

Le 25.06.1996,un camion-citerne Mercedes contenant 2200 Kilos d'explosifs  explose devant les Tours Khobar, le bâtiment ou habitent les militaires étrangers,a 9.50 heure locale (GMT +.3,donc 7h50 heure de Paris).Bilan initial: 20 morts et 372 blessés.

 

1cab50f44015412890909ad79dcc9bab.jpgLes Tours Khobar peu après l'attaque terroriste

 On peut donc craindre que les terroristes ne recommencent.Mais Langley refuse,même après l'attaque de Khobar,que l'antenne de Riyad ne collecte des renseignements sur els extrémistes du Royaume.Pour ne pas se fâcher avec les Princes saoudiens que George Tenet s'efforce de séduire.Néanmoins,la station n'est pas complètement inactive.Dans ses mémoires "At the center of the storm",George Tenet rappele que a l'automne 1999 la CIA décide de harceler les officiers du renseignement extérieur iranien ,le MOIS en poste a l'étranger.Question de déstabiliser le principal soutien du Hezbollah.John Brennan,toujours chef de station a Riyad,est donc chargé de contacter son homologue du MOIS a Riyad.Ce qui donne lieu a une scène hilarante:Interpellant l'iranien,il se présente comme étant de l'ambassade américaine.L'iranien bondit de sa voiture,visiblement paniqué,et clamant que l'iran est un pays de paix.Après ce séjour a Riyad,Tenet prend Brennan comme Durecteur de cabinet, jusque 2001 ,avant d'en faire le Directeur éxécutif adjoint du Directeur Central du Renseignement (DCI George Tenet) le 26.03.2001 (Jusqu'en 2004,le patron de la CIA était automatiquement le patron de l'ensemble de la communauté américaine du renseignement,le Directeur Central du Renseignement,DCI).Le 12.03.2003,Brennan est nommé patron du du tout nouveau TTIC (Terrorist Threat Integration Center ),un service interagences chargé de fournir des informations sur les risques terroristes potentiels pour les Etats-Unis.On peut ,néanmoins,que rester sceptique devant la création de ce nouveau service,qui entraîne un nouvel empilement de structures bureaucratiques dans la lutte antiterroriste..

Inauguration du quartier général du TTIC en 2005. John Brennan et Georges W.Bush

 

John O. Brennan President and Chief Executive Officer Mr. Brennan was appointed President and CEO of The Analysis Corporation (TAC) in McLean, VA in November 2005. Prior to joining TAC, Mr. Brennan had a distinguished 25-year career with the Central Intelligence Agency, serving in a variety of senior positions throughout the Intelligence Community. His last assignment was (interim) Director of the National Counterterrorism Center (NCTC). Mr. Brennan was appointed to that position, with the approval of the President, by the Director of Central Intelligence in October 2004. He served as head of the NCTC until August 2005. Mr. Brennan also served as the Director of the Terrorist Threat Integration Center (TTIC) from 12 March 2003 until 6 December 2004. When the NCTC was formally launched in December 2004, all functions and responsibilities of the TTIC were transferred to the NCTC.

Mr. Brennan began his career as an intelligence officer in 1980 with the Central Intelligence Agency's Directorate of Operations as a Career Trainee. After joining the Directorate of Intelligence in 1981, he served with the Department of State as a political officer at the U.S. Embassy in Jeddah, Saudi Arabia from 1982 to 1984. From 1984 to 1989, he served in a variety of analytic assignments in the Office of Near Eastern and South Asian Analysis in the Directorate of Intelligence. Mr. Brennan was in charge of terrorism analysis in the DCI's Counterterrorist Center between 1990 and 1992, including during Desert Shield and Desert Storm. After a management position in the Office of Near Eastern and South Asian Analysis, Mr. Brennan served as the CIA's daily intelligence briefer at the White House in 1994 and 1995. Mr. Brennan was the Executive Assistant to then-DDCI George Tenet from 1995 to 1996, and he served as Chief of Station in a major Middle East capital from 1996 to 1999. Mr. Brennan served as DCI Tenet's Chief of Staff from 1999 to 2001 and as Deputy Executive Director of the Central Intelligence Agency from March 2001 to March 2003.

In April 2007, Mr. Brennan was appointed Chairman of the Board of The Intelligence and National Security Alliance (INSA), a not-for-profit professional association of public and private sector leaders of the intelligence and national security communities.

Mr. Brennan is the recipient of numerous awards and commendations including the National Security Medal, the Distinguished Intelligence Medal, the Distinguished Career Intelligence Medal, the Director of Central Intelligence Director's Medal, and the Defense Intelligence Agency's Director's Award.

Mr. Brennan earned a BA in Political Science from Fordham University in 1977, including study at the American University of Cairo in 1975 to 1976. He received a MA in Government with a concentration in Middle Eastern Studies from the University of Texas at Austin in 1980.

Modification de l'article le 26.01.2008 et le 23.04.2008

La station de la CIA a Beijing

C'est une note que je trouve quelque part décevante,car pleine de trous,mais il paraissait a mes yeux intéréssant de la publier,peut-être que quelqu'un pourra m'aider a la compléter...

 

LA STATION DE LA CIA A PEKIN

LA SITUATION DE 1949 A 1973 

 La débâcle des troupes de Tchang Kaï-Tchek en 1949 face aux communistes dirigés par Mao Tsé-Toung oblige les troupes nationalistes a prendre la direction de l'île de Formose,et la CIA de fermer la station de Pékin.La Chine ,d'amie,devient pour les Etats-Unis un ennemi avec la prise du pouvoir du PCC en 1949,dirigé par Mao.Et les Etats-Unis n'ayant pas de relations diplomatiques avec la Chine communiste,la CIA doit agir depuis les pays aux alentours.
La Guerre de Corée ,déclenchée par Kim Il Sung en 1950,aussi,quand les troupes de l'ONU se mêlent au conflit ,se pose la question de l'attitude de la Chine.Il semble que ,alors,la section Chine de la CIA comptait beaucoup d'experts de ce pays.Selon le général Mac Arthur,qui dirigeait les opérations contre les troupes nord-coréennes,les experts de la CIA estimèrent que si les troupes de l'ONU entreront sur le territoire de la Corée du Nord,qu'il est fort probable que la Chine se mêlera du conflit.La RPC-République Populaire de Chine- ne cachait pas ses intentions.L'ambassadeur indien a Pékin Pannikar fut informé en septembre,officiellement,par les autorités chinoises,que la Chine ne compte pas rester sur le côté,et l'autorise a prévenir Washington,ce que l'ambassadeur fit.

Même si l'URSS reste alors la priorité numéro 1,la CIA surveille attentivement les chinois.
L'absence de station en Chine oblige la CIA  a travailler depuis les stations a l'étranger,entre autres celles qui entourent la Chine communiste.La station de Rangoon a aussi une section spécialisée en direction des Chinois.
Une autre base avancée est la station de Bangkok ,d'ou la CIA envoie des changkaïchekistes .Après les ratées dans les tentatives d'envahir par les provinces du Sud de la Chine communiste,a partir de la Birmanie et de la Thaïlande de l'armée du général Li Mee et l'absence de soulèvements comme l'éspérait la CIA,la station de Bangkok fut utlisée pour former des chinois et les envoyer sur le territoire de la Chine communiste.
De 1955 a 1957, c'est William V. Broe qui dirige la Division Chine a la Direction de la Planification de la CIA (Postérieurement appelée Direction des Opérations de la CIA).Broe sera impliqué,plus tard,dans les opérations de destabilisation du Chili (De 1965 a 1972,Broe dirigea la Division Hémisphère Ouest de la Direction des Opérations de la CIA, chargée de l'Amérique Latine).

 La priorité de la CIA concernant la Chine communiste,la RCP,est la collecte de renseignements.
Difficile de recruter des chinois ou de les pousser a faire déféction.La CIA obtiendra néanmoins quelques résultats:Zhao Fu,responsable de la sécurité de l'ambassade de Chine a Stockholm,prend la fuite en 1962.C'était la 1ere fois que les autorités pékinoises ont reconnues la fuite d'un des leurs.
En mai 1964,c'est Dong Jiping,qui a été envoyé a Burundi en tant qu'attaché culturel adjoint en 1963,qui fait déféction au profit de la CIA.Né a Shanghai en 1940,il y suit les cours de l'Institut des langues étrangères,et intègre ensuite le service de renseignement extérieur chinois.Il livre l'ordre de bataille du renseignement chinois en Afrique a la CIA;ce qui est fort précieux,sachant que l'Afrique est justement un des continents ou la Chine cherche le plus a s'implanter.

Parmi les officiers 'sinologues',notons Floyd.L.Paseman qui arrivera a recruter un chinois dans les années 70.Paseman fera ensuite une brillante carrière au sein de la CIA en direction de l'Asie :Chef de station a Singapour en 1990, puis Chef de la Division Asie de la Direction des Opérations de la CIA de 1992 a 1994.

 1973: OUVERTURE DE LA STATION DE PEKIN

Les choses changent avec la reprise des relations diplomatiques entre Pékin et Washington en 1972;la CIA ouvre alors une station a Pékin,et c'est James R.Lilley qui en prend la tête.

f6ef899bf66e8f6a20f5b7515c7190cc.jpg

 Biographie: James R.Lilley a été chef de la station de la CIA a Pékin du 16.07.1973 a mars 1975.Entré a la CIA en 1951,Lilley a été en poste au Japon ,a Taïwan,aux Philippines de 1958 a 1960, au Cambodge de 1961 a 1963, et en Thaïlande de 1963 a  1964, puis Chef de station adjoint a Vientiane,au Laos, de 1965 a 1968 et Chef de station adjoint a Hong Kong de 1968 a 1970. Chef adjoint du "China Desk" de la Direction des Opérations de la CIA de 1970 a 1973, puis Chef de station a Beijing. National Intelligence Officer pour la Chine a son retour a Langley de Pékin (Donc en mars 1975) jusque janvier 1979,quand il quitte la CIA pour la diplomatie.Ambassadeur a Taïwan du 11.01.1982 jusque 1984 , en Corée du Sud a partir de novembre 1986 jusque septembre 1988 ,et a Pékin du 02.05.1989 a 1991.

 Arrivé a Beijing sous couverture de membre de la section politique de la représentation américaine,Lilley ne fait pas de renseignement fermé.Pas encore question de recruter des informateurs,faire de l'espionnage,cela risquerait de contrarier le régime de Pékin.Et difficile d'avoir des contacts avec les chinois.Lilley fait donc du renseignement "visuel",envoyant a Langley des rapports sur ce qu'il a vu et entendu,et cultivant les contacts avec les diplomates d'Europe de l'Est,mieux introduits dans la capitale chinoise.Lilley décrira par exemple dans ses mémoires que c'est un diplomate roumain qui l'informa a l'avance de la nomination de Deng Xiaoping a la tête de la puissante Commission Militaire Centrale.

95ace7751b8d2030eb76243447b2729f.jpg

Biographie: David D.Gries ( A droite) a été chef de station de la CIA a Pékin de 1979 a 1980.C'est sous son ère que s'est accélérée la coopération entre les chinois et la CIA. Entré a la CIA en 1961,Gries a  en poste a Taïwan de 1962  a 1964,a Singapour de 1964 a 1968,au Japon de 1974 a 1976.En 1983 et 1984 ,Gries était National Intelligence Officer for Narcotics.  Vers 1986,Gries sera chargé des relations avec le Congrès, puis il sera directeur du Centre des études sur le renseignement (Center fot the Study of Intelligence) ,jusqu'a ce qu'il quitte le CSI a la mi-juin 1994, et la CIA en novembre 1994,après 33 ans de CIA.

La normalisation des relations entre Pékin et Washington en 1978 ouvrent une ère de coopération entre la CIA et les services secrets chinois,qui durera jusque 1989 et les événements de la Place Tian An Men.La priorité étant la lutte antisoviétique,c'est dans ce cadre que chinois et américains coopérent a trois niveaux: C'est d'abord l'échange de renseignements concernant les soviétiques.Ensuite,en septembre 1980,le directeur de la CIA Stansfield Turner effectue son dernier voyage a l'étranger en tant que patron de l'Agence;il se rend en Chine pour conclure,en compagnie du chef de station a Beijing David D.Gries, un accord top secret concernant deux stations de surveillance de missiles soviétiques (situées a Qorla et Qitai) qui seront situées sur le territoire chinois en remplacement de celles perdues en Iran.Enfin,c' est la fourniture par la CIA d'armes achetées aux chinois et destinées aux moudjahidines afghans.Il convient de rappeler que le câble du 09.01.1973 envoyé par BKHERALD (Division soviétique de la Direction des Opérations de la CIA) a ordonné a toutes les stations de la CIA dans le monde de réactiver leur travail contre les soviétiques,en s'efforcant d'en recruter ou de les inciter a la déféction. 

 

d760c854d820c12e4fb3b9ccf0469682.jpg

 Douglas Paal est un spécialiste de la Chine qui a travaillé au Département d'Etat et a la Direction du renseignement de la CIA.

En cette année 1980 arrive aussi a Pékin Douglas Paal,spécialiste de la Chine a la Direction du renseignement de la CIA (le service des analystes).Il s'agit,ainsi,de "prendre connaissance avec le terrain".

 

 

 

3aeeb92b2bb81ec06cf896364a19ac5c.jpg744f715361a9188bf16541439ee9d771.jpgDe gauche a droite:Jack Downing,Hugh "Ted"Price.

 Biographies

Jack Downing (John Grégory Downing),chef de station de la CIA a Pékin de 1980 a 1982.Parle couramment chinois et russe.Né le 21.06.1940 a Honolulu,Hawaï,vétéran de la Guerre du Vietnam,Downing est entré a la CIA en 1969.Il a été en poste a Hong Kong  en 1969.DCOS a Moscou sous la couverture d'adjoint civil de l'attaché militaire de 1974 a 1976. Chef de station de la CIA a Moscou de fin 1986 a 1989.Chef de la Division Asie de la Direction des Opérations de la CIA de 1989 a 1992.Directeur de la Direction des Opérations de la CIA de 1997 a 1999.

Hugh Price.Né en 1937 a Brooklyn,il a servi dans l'Air Force.34 ans de CIA.Entré en 1961 a la CIA,en poste a Taïwan de 1965 a 1970,en Birmanie de 1970 a 1973 .Chef de station a Pékin en 1984.Patron du service du personnel de 1986 a 1988.Chef-adjoint du Counterintelligence center de la CIA de 1988 a 1990.Chef du Counterintelligence center de 1990 a 1991 environ.Chef de la Direction des Opérations de la CIA de 1993 a 1995 (Price a été réprimandé en septembre 1994 dans le cadre de l'affaire Ames).A été en poste en Thaïlande,Birmanie,Hong Kong,Singapour,Pékin,Vietnam,Laos.Parle mandarin. 

 

  Remplacant Gries a la tête de la Station David Gries en 1980, Jack Downing en 1980 poursuit la coopération entreprise avec les chinois.Lui-même reconnaîtra ensuite que elles étaient a l'époque excellentes; elles se sont dégradées avec les événements de la Place Tian An Men en 1989..Puis Ted Price prend le relais, de 1982 a 1984. L'arrivée au pouvoir de Ronald Reagan a la Maison-Blanche n'a fait que renforcer les bonnes coopérations sino-américaines.Il semble que le chef du "China Desk" a la Direction du renseignement (analyse) de la CIA ,a ce moment,soit Charles Neuhauser.

Cela n'empêche pas la CIA,apparement a cette période,de s'activer non plus depuis Hong Kong ou la Tanzanie,mais directement depuis la station de Beijing,dans la collecte du renseignement sur les activités chinoises.On en ignore toutefois la date exacte.

 
a14fe7d5c117674ad64d3171f014eb10.jpegBiographie: Joseph DeTrani ( A droite sur la photo), a été chef de station de la CIA a Pékin vers 1984.Entré a la CIA en 1965.En 1986,chef des services techniques de la CIA,puis nommé en 1990 chef du Centre de presse de la CIA,poste qu'il occupera jusque début 1992.Chef de la Division Europe de l'Ouest a la Direction des Opérations de la CIA en 1995,il devait être nommé chef de station a Paris en 1995 mais ,ayant dirigé les opérations de la CIA en France qui furent dévoilées dans la presse francaise en 1995,il était indésirable..Chef du CNC CIA de 1999 a 2000,puis de la Division Asie de la Direction des Opérations de la CIA de 2000 a 2003.En 2004 DeTrani a dirigé la délégation américaine chargée des négociations avec les Nord-Coréens.Ensuite,il a été chargé par le Directeur National du Renseignement John Negroponte de la coordination des activités du renseignement en direction de la Corée du Nord,poste qu'il occupe toujours.De Trani a été en poste,dans le cadre de sa carrière a la CIA, a Séoul,Hong Kong,Téhéran,Rangoon,Pékin. Parle couramment chinois et francais.

 En janvier 1986,le sénateur américain Orrin Hatch part pour Pékin.Le régime chinois aide la CIA en la fournissant en équipements qui sont ensuite transmis aux moudjahidins afghans via les services secrets militaires pakistanais,l'ISI.Accompagné du chef des services de renseignement du Département d'Etat Morton Abramowitz,du directeur-adjoint de la Direction des Opérations de la CIA et du chef de station de la CIA a Beijing.Hatch demandera aux officiels chinois d'aider les Etats-Unis dans leur soutien,pour équiper les moudjahidins en matériel plus sophistiqué.Par exemple en missiles Stinger.Les Chinois donneront leur accord.

Dans un communiqué en date du 18.09.1989,le Guojia Anquanbu,le service de renseignements extérieur et de contre-espionnage chinois,s'inquiète de l'augmentation des affaires d'espionnage.Selon le rapport,ont été mises en cause pas moins d'une centaine de personnes pour espionnage,travaillant dans l'armée,les services gouvernementaux,le domaine politique.L'ouverture de la Chine a en effet facilité l'établissement de contacts avec les Chinois;sa montée en puissance inquiète les rivaux ainsi que les pays alentours,d'ou une activation des services de renseignements pour obtenir des informations dans les différents domaines: Politique,économique et militaire.

Néanmoins,les informations sur la station de Beijing sont rares,pour la simple et bonne raison que elles sont soigneusement tues par Pékin.Malgré de longues recherches,il n'a pas été possible de découvrir ne serait ce que UNE annonce publique ou Pékin déclare expulser un diplomate (pas un attaché militaire) américain pour "activités incompatibles avec le statut de diplomate",doux euphémisme pour le terme d'espionnage en général.Une manière d'éviter de remuer le couteau dans la plaie.. 

LA CRISE DE LA PLACE TIAN AN MEN VUE PAR LA CIA

Les événements de la Place Tian An Men prendront la CIA par surprise,et sa gestion sera catastrophique.
Tout commence avec le décès de Hu Yaobang,secrétaire général du PCC de 1980 a 1987,le 15.04.1989, qui fut écarté du pouvoir car trop "libéral". Sa mort est l'occasion de manifestations contre le régime :10000 étudiants manifestent alors sur la Place Tian An Men, un lieu hautement symbolique car elle est proche de tous les lieux importants du pouvoir;c'est un centre névralégique de Beijng,d'une part,d'autre part c'est sur la Place Tian An Men qu'eut lieu,le 01.10.1949 ,la cérémonie proclamant l'instauration de la République Populaire de Chine .

585d347a4643864dff4bebaed5137d03.jpgPhoto de la Place Tian An Men de nos jours.

Les étudiants dénoncent la corruption politique et crient des slogans favorables a la démocratie. Ses manifestations prennent la station de Beijing par surprise.Puis,c'est la gestion de la crise en elle-même qui sera catastrophique .Ainsi,George Bush ,alors Président des Etats-Unis,recoit un rapport affirmant que Deng Xiaoping était dans le coma.Information démentie par l'intéréssé.
Deux jours avant que l'armée ne tire sur la foule rassemblée sur la Place ,le chef de la station de Pékin est a Langley,et assure ses chefs que l'armée ne fera rien,bien que la loi martiale ait été proclamée une dizaine de jours auparavant et que les troupes chinoises soient entrées a Pékin.

Erreur de taille: l'armée tire sur la foule pour dégager la place, sous les yeux des officiers de la CIA qui sont répartis aux points clés de la capitale.Parmi eux, le nom de l'un  (Ou plutôt l'une) vient récémment d'être dévoilé:

6cdda2db11c01049857db30783974f6e.jpgMartha Sutherland (a gauche) était en poste a la station de la CIA a Beijing lors des événements de la Place Tian An Men en 1989   

Ayant depuis quitté la CIA , Martha Sutherland a passé 18 ans a la Direction des Opérations et était en poste a la station de Beijing lors de la répréssion. D'après Roger Faligot , dans son ouvrage "'les services secrets chinois de Mao aux JO", elle était même chef de station adjoint. Devant l'absence du Chef de station de la CIA a Pékin,c'est James Lilley,alors ambassadeur américain dans la capitale chinoise, qui a été lui-même chef de station a Beijing de 1973 a 1975 ,qui prend les commandes.On s'étonne néanmoins que ce rôle n'ait pas été dévolu au Chef de station adjoint de l'antenne,chargé de remplacer,normalement,son supérieur.                                                                                             

 Devant la violence de la répréssion des services de sécurité chinois,la CIA réagit avec l'opération YELLOW BIRD, sur ordre écrit (Finding présidentiel) de George Bush : En coordination avec la DGSE et le MI6 ,mais aussi avec l'aide des Triades chinoises ,la CIA réussit a faire exfiltrer nombre de dissidents politiques chinois. Six mois durant,après la répréssion de la Place Tian An Men, se basant sur ses meilleurs agents en Chine, a Hong Kong,et Macao ,la CIA fait procurer des refuges sûrs et des moyens d'évasion.

 c4eb300b1a5615ba8d8406a3dc99c0fb.gif

 Li Lu

Ainsi "disparaissent" les dissidents Li Lu (Un des principaux organisateurs et leaders du mouvement estudiantin dissident)  et Wuer Kaizi (Leader étudiant d'origine Ouïgour) ,puis Wan Runnan et Yan Jiaqi.On estime que des centaines de dissidents seront ainsi exfiltrés vers Hong Kong, et environ 200 voire 250 personnes au total seront sauvées lors de l'opération "YELLOW BIRD".

 

 b4623f1bc0bba1233a8997f978c56a91.jpg

Yan Jiaqi 

La CIA mettra dans l'opération toute sa panoplie :Déguisements, téléphones brouillés, signaux infrarouges, hors-bords et armes pour les opérations en mer. Selon un ouvrage,un officier de la CIA commenca a secourir les dissidents quand les chars de l'armée chinoise commencèrent a écraser les protestants dans la nuit du 3 au 4 juin 1989 a Beijing. 15 des 21 étudiants "les plus recherchés" furent ainsi secourus par le renseignement américain avec l'aide des services britanniques et francais,mais deux des leaders étudiants qui furent capturés,et probablement éxécutés,étaient les informateurs les plus importants de la CIA en Chine.Pour "YELLOW BIRD" ,la CIA utilisa des fondations et corporations francaises,britanniques, portugaises, pour brouiller les pistes.Il semble que le Guojia Anquanbu,le Ministère de la Sécurité d'Etat chinois,ait compris l'existence de cette filière.Les informations obtenues par la presse fin 1989 font état d'une unité du Guojia Anquanbu dépêchée a Canton,(une des plus grandes villes chinoises, très proche de Macao et Hong Kong géographiquement) pour enquêter sur l'existence de cette filière d'évasion.
28269508110cc5334b6bb4345c43bbcd.jpg
Wuer Caixi

Les événements de la Place Tian An Men ont évidemment envenimés les relations non seulement diplomatiques avec la Chine,mais aussi sur le terrain du renseignement.Les stations d'écoute de Qorla et Qitai seront fermées.

 
LA CHINE,UNE PRIORITE DE LA CIA.

La chute de l'URSS en 1991 n'a pas que des conséquences en Europe de l'Est: La principale raison de la coopération CIA-Services secrets chinois était la lutte contre les soviétiques.Il faut y ajouter que la Chine communiste,a partir de 1992,reprend de la puissance,avec la relance des réformes économiques libérales.La croissance annuelle est de 8% en moyenne.Et les deux pays n'ont eus de cesse de s'espionner.Donc,la CIA ne cesse de surveiller la Chine,et de se concentrer sur ce pays.
Il semble que la station de Beijing ait été dirigée de 1992 a 1994 par Joseph DeTrani.En effet,les informations obtenues indiquent que DeTrani ai été deux fois chef de station a Beijing,et après analyse ,il semble que la deuxième fois qu'il dirigea l'antenne,ce fut de 1992 a 1994.

 bfed9975e9d0349312c5a5066d5f4fcd.jpg

 De 1995 a 1997 c'est Scott Harrison,un officier particulièrement expérimenté ,qui dirigera la station de Pékin

 Biographie:Scott Harrison,Chef de station de la CIA a Beijing de 1995 a 1997.Harrison est entré a la CIA en 1969. Il a servi au Laos,en Thaïlande, puis en 1982aux Philippines , en Sierra Leone de 1985 a 1987, en Malaisie en 1990,en Ethiopie de 1990 a 1992, au Cambodge vers 1993,chef de station a Pékin de 1995 a la fin 1997. Quitte la CIA en 1999.Son dernier poste était celui de coordonner le travail des différents agences fédérales américaines dans la lutte contre le narcotrafic.Il travaillait alors au Centre antinarcotiques de la Direction des Opérations de la CIA.

Bien que la CIA continue a travailler en direction de la Chine,elle doit faire face a nombre de problèmes: c'est la bureaucratisation des procédures, l'envoi d'officiers peu expérimentés-quand ils ne parlent pas la langue du pays ou ils sont envoyés- ainsi que le désintérêt manifeste de Bill Clinton dès sa prise de fonction comme Président des Etats-Unis en 1992 pour ce qui touche a la CIA.

L'arrivée a la tête de la CIA de Georges Tenet entraîne un début de crispation.Tenet indique publiquement que la Chine,comme la Russie,sont des priorités pour la CIA.Tenet estime que la CIA se conduit "de manière passive" vis-a-vis de ses deux pays,car ,comme il le déclare,même si la Guerre froide est terminée.

 Parmi les pays prioritaires pour la CIA se trouve la Corée du Nord.Donc,étant donné que nombre de nord-coréens se réfugient en Chine,et que les deux régimes ont de bonnes relations, la station de Beijing sert aussi a la collecte d'informations sur la Corée du Nord.

46c552c2dc76e692c89a487bc60a7873.jpgHwang Jang Yop,haut fonctionnaire du Parti des travailleurs nord-coréen

Ainsi,le 12.02.1997,se réfugie a l'ambassade sud-coréenne a Beijing Hwang Jang Yop.Pas n'importe qui: Jang Yop,74 ans, était secrétaire au Comité Central du Parti des travailleurs nord-coréen,chargé des affaires internationales,et proche de Kim Jong-Il,le leader nord-coréen.Donc il ne connaît que trop le système de la Corée du Nord.Le jour même de sa déféction,Hwang rencontre le chef de la station de Pékin,pour lui donner la liste de 5-7 hauts fonctionnaires nord-coréens prêts a faire défection,selon lui.Malgré les pressions exercées par le régime de Pyongyang,Beijing autorise le départ de Hwang Jang Yop pour Séoul.

Les relations sino-américaines,néanmoins,qui s'étaient dégradées suite aux événements de la Place Tian An Men en 1989 ,et normalisées ensuite,subissent un nouveau coup suita a une erreur monumentale: En pleine Guerre du Kosovo en 1999,les forces de l'OTAN bombardent Belgrade.Et un des sites touchés est...l'ambassade de Chine a Belgrade,provoquant la fureur des autorités de Pékin et des manifestations devant son ambassade.Dans son édition du 11.05.1999,le "Figaro" indique que sur ordre de Langley,la station de la CIA a Beijing (Alors dirigée par Timothy Long?) détruit les documents les plus sensibles dès le début du siège de l'ambassade .Il est hors de question que ,comme en 1979 a Téhéran,une foule ne s'empare de l'ambassade et des documents de la station de la CIA..Cette information du "Figaro" n'a,toutefois,pas été confirmée par d'autres sources.Etant donné le climat latent,elle paraît néanmoins fort probable.Ensuite,le calme reviendra.

 Evidemment;une des menaces est la puissance militaire chinoise.La CIA devra tenir compte de la réussite des essais chinois de leur nouveau missile,le DF-31 ,le 02.08.1999,par la deuxième base d'artillerie de l'Armée Populaire de Libération chinoisedans la province de Shanxi,tandis que le point d'impact était a Lob Nor.

Donc,début septembre 1999 est rendue publique une analyse de la CIA  sur les pays représentant un danger pour les Etats-Unis avec leurs missiles ballistiques.Le danger n°1 est la Russie,avec ses 1000 ICBM (Missiles Intercontinentaux Ballistiques.On appele ses missiles des ICBM car les ICBM ont une portée pouvant aller de 6000 a 13000 Kilomètres.On les distingue des missiles tactiques- missiles balistiques a courte portée,les SRBM- dont la portée est inférieure a 800 kilomètres,et des IRBM,a portée intermédiaire,entre 2400 et 6400 Kilomètres ),et la menace numéro 2 est la Chine communiste avec 20 missiles capables d'atteindre les Etats-Unis.En cette année 1999,la Chine a essayée un système de missiles du nom de DF-31 qui dispose d'un rayon d'action de 8000 Kilomètres.Ses missiles,toutefois,sont dirigés non pas contre les Etats-Unis,mais contre ... les pays d'Asie et la Russie.La CIA estime néanmoins que vers 2015 la Chine aura une dizaine de ICBM dirigés contre les Etats-Unis,et qui donc menaceront le territoire national

Suivant le mot d'ordre de Tenet,donc,la CIA cible les représentations chinoises,parfois de concert avec les services secrets locaux.Le but est d'obtenir le plus d'informations sur les intentions de la Chine,ses responsables.

 En décembre 2000,un haut responsable de l'Armée Populaire de Libération (Armée de la Chine communiste),le lieutenant-colonel Xu Junping,fait déféction au profit des services secrets américains.Xu Junping,qui parlait couramment anglais, était depuis 1996 chef du département Amérique du Nord et Océanie au bureau des Affaires étrangères du Ministère de la Défense chinoise,c'est donc un des personnages clefs de l'élaboration de la stratégie militaire chinoise envers les Etats-Unis.Il devait être nommé prochainement Général de l'armée chinoise.Un poste important.Sa déféction fera donc beaucoup de bruit.Beau succès pour la CIA,qui est néanmoins a relativiser: Xu Junping était un "walk-in",c'est-a-dire que il n'a pas été recruté par les services secrets américains,mais a proposé lui-même ses services.Se pose néanmoins la question:Pourquoi?

Les versions varient sur sa déféction de ce haut cadre de l'armée chinoise: Selon une version, il aurait ,grâce a son passeport diplomatique,pris un vol jusque Bangkok,et de la un vol vers Washington,d'ou il appelle un numéro qu'un officier de la station de la CIA a Beijing lui aurait donné. Selon un autre version,il aurait fui du Canada ou de New York alors qu'il était avec une mission militaire chinoise.Concernant sa femme,qui était restée a Pékin,elle aurait été exfiltrée lors d'un cocktail diplomatique (Donc par la station de la CIA a Pékin).Une fois pris en main par les services secrets américains,il entre dans le programme de protection des témoins.

Xu a commencé sa carrière dans le milieu des années 70,quand il est choisi pour partir étudier l'anglais en Grande-Bretagne.Avec une élite triée sur le volet:Parmi eux,Yang Jiechi,qui fut ensuite ambassadeur chinois a Washington de 2001 a 2005,et est actuellement vice-Ministre des affaires étrangères ,ainsi que le patron de Xu Junping a l'office des affaires étrangères de la Commission Militaire Centrale,le Major-Général Zhan Maohai.Cette année en Grande-Bretagne,a l'université de Bath (secteur sud-ouest de la Grande-Bretagne) permettra a Xu d'apprendre l'anglais.En 1996,Xu Junping est nommé chef  du département Amérique du Nord et Océanie au bureau des Affaires étrangères du Ministère de la Défense chinoise.En 1998,il part pour étudier un ans a Harvard dans un cycle d'études spéciales en management politique destiné aux officiers supérieurs chinois,jusque 1999,ou il retourne alors a Pékin après la fin de l'année académique.

Parmi les informations fournies par Xu Junping au cours de ses débriefings par les officiers de la CIA aux Etats-Unis :Des informations sur les opérations d'espionnage des services secrets chinois contre les principaux secteurs économiques et industriels aux Etats-Unis; le renseignement chinois a établi des bases dans les quartiers de Chinatown a San Fransisco, New York et d'autres villes.Certains sont sous l'apparence de restaurants ou de maisons closes; le renseignement chinois paye des étudiants chinois pour faire de l'espionnage.

Avec la montée en puissance progressive de la Chine depuis 1978 (avec les réformes économiques sous l'ère de Deng Xiaoping),la Chine communiste s'est modernisée ,est devenue une puissance majeure du point de vue économique et politique.Les journaux ont particulièrement abondé en ce sens,parfois en exagérant,durant l'année 2005. Concernant la CIA,il est significatif de noter que lors d'une réunion en janvier 2001 ou participèrent George Bush,ainsi que pour la CIA le directeur George Tenet et le patron de la Direction des Opérations de la CIA James Pavitt, l'émérgence de la Chine et en particulier de ses capacités militaires était considéré comme la 3ème menace majeure pour la sécurité nationale des Etats-Unis (Même si ce problème ne se poserait pas avant cinq a quinze ans minimum) , juste après Ben Laden d'une part,et le problème de la prolifération des armes de destruction massives sous forme chimique,nucléaire et biologique d'autre part. Cela montre clairement l'importance qu'attache la CIA sur l'évolution de la RPC.

Le dispositif mis en place par les services de renseignement américains pour surveiller la Chine est particulièrement vaste: En plus des stations de la CIA a Beijing et Hong Kong,l'Agence a déployée au coeur du territoire chinois des officiers dans les consulats de Shanghaï,Chengdu,Guangzhou.Autour de la Chine communiste,la surveillance s'opère depuis Taïwan et le Japon (Voir l'article en annexes)

 36647e0628f8f13188109cb8ab9566c1.jpg

 Rolf Mowatt-Larssen devait prendre vers 2002 la tête de la station de la CIA a Beijing.La biographie de cet officier de la CIA est disponible ici

 

 Les attentats du 11 septembre 2001 changent évidemment la donne,puisque désormais priorité est donnée a la lutte antiterroriste par l'administration Bush,d'ou un renforcement de la coopération avec Pékin.A tel point que Rolf Mowatt-Larrssen,chef de station de la CIA a Moscou en 1994,et qui prenait des cours de chinois juste après le 11 septembre,devait prendre la tête de la station de Pékin.Le contexte de lutte antiterroriste oblige a changer la donne,puisque Mowatt-Larrssen se voit confier la direction du CPD (Département de contreprolifération de la Direction des Opérations de la CIA) ,qui monte en puissance.La CIA doit donc chercher un successeur a Mowatt-Larrssen.

b26a67645add64858a1f246119e12cdb.jpg

 

Biographie: Stephen Holder,chef de station de la CIA a Pékin en 2002 sous la couverture de conseiller pour la coordination des programmes de l'ambassade américaine.En poste a la station de Pékin en 1980.Chef de station a Kiev en 1997,officiellement conseiller aux affaires régionales de l'ambassade américaine.Chef de station a Pékin. Date exacte d'arrivée en Chine pour l'instant inconnue.Expulsé en 2002.Holder a quitté la CIA peu après avoir été expulsé de Beijing.Il a été en poste aussi a Taîwan et en Italie.


Les relations Chine-USA commencent néanmoins a se dégrader, illustrées par l'expulsion en 2002 de Stephen G. Holder, Chef de station a Pékin,officiellement conseiller pour les programmes et les plans de l'ambassade américaine a Beijing. Les informations obtenues indiquent que Stephen Holder avait aussi été en poste a l'ambassade américaine a Beijing en 1980.Aujourd'hui,Holder est âgé de 57 ans.Il est difficile de dire quand exactement Holder est arrivé a Pékin.Etant donné que son expulsion a été "évoquée" (Vraiment très discrètement) dans la presse,a l'occasion de la tournée de Colin Powell en Asie a la mi-2002,on peut supposer que l'expulsion est plutôt récente.Se pose la question:Pourquoi expulser Holder? La question n'a pas obtenue de réponse,on se contentera de formuler plusieurs hypothèses:

Holder a pu être pris en flagrant délit d'espionnage et expulsé;il a été mêlé a une affaire d'espionnage et en a payé les conséquences avec un peu de retard (On peut très bien partir de l'hypothèse,par exemple,que il est mêlé a la déféction de Xu Junping,mais que les chinois n'ont réagis ou ne l'ont découverts que tardivement); mesure de représailles (Ainsi Pékin fait clairement savoir qu'il en a assez des opérations menées par la CIA depuis sa station de Pékin) 

 
Pour le remplacer il semble que ce soit Keith E.Riggin,entré en 1982 a la CIA,qui arrive a Beijing.Riggin parle couramment chinois,et a fait ses preuves a Myanmar (Officiellement il était 2ème secrétaire de l'ambassade américaine a Rangoon,Birmanie) ,ou il était en place en 1990,en soutenant l'opposition au régime dictatorial en place.De 2000 a 2002,Keith Riggin a été chef de station a Kuala Lampur (Malaisie),officiellement conseiller aux affaires régionales.Il a quitté la CIA en 2006.Une des raisons de son départ,selon lui,est sa décéption de voir le peu de ressources qu'on accorde pour travailler sur la Chine.


En février 2005 le patron de la CIA Porter Goss déclare que "Le développement des forces militaires chinoises pourrait mettre en cause l'équilibre stratégique avec Taïwan et menace aussi les forces américaines en Asie",car la modernisation de l'armée chinoise pourrait,pour reprendre le directeur de la CIA, "modifier l'équilibre des pouvoirs dans le détroit de Taïwan".Est notée l'augmentation,continue et importante, des dépenses militaires chinoises ,le passage des différents corps d'armées sous la férule du Comité permanent de la Commission militaire centrale  sans oublier l'augmentation des investissements en matière de hautes technologies.
Les analystes de la CIA notent toutefois que la Chine est aussi un pays très fragile,confronté a des problèmes aussi bien sur le plan financier (Créances douteuses,corruption) que social (Pollution,inégalités,chômage,pauvreté) et géopolitique.Dans un rapport déclassifié daté de 2001,le Center for intelligence study note par exemple que,depuis deux décénnies,les médias chinois se sont autonomisés et diversifiés,avec une multiplication ,par exemple ,du nombre de journaux (Plus de 2200 en 1997,contre 382 en 1968).Il faut y noter le déclin de l'idéologie ,l'augmentation du scepticisme de la population vis-a-vis du régime,l'augmentation des contacts avec les pays de l'Ouest,ce qui a permis cette autonomisation,et diversification,de la presse.Néanmoins,les autorités exercent toujours un contrôle sur les médias.

 En 2004 débarque le chef de station de Pékin Monsieur M..,officiellement Conseiller pour les programmes et les plans de l'ambassade américaine.Il prend la tête de l'antenne pékinoise,qui reste incontestablement une des stations les plus importantes du monde pour la CIA.Le rôle des stations de la CIA dans le monde est encore renforcé par la Directive du Directeur National du Renseignement,John Négroponte daté de mai 2005,et demandant a tous les chefs de station (Donc celui de Beijing compris) de le représenter localement,d'une part;de lui rendre immédiatement compte dès qu'une question concerne plusieurs services de renseignement d'autre part.Sur le papier est donc indiquée la prééminence des chefs de station de la CIA sur leurs homologues des autres services.

Il semble bien que c'est M... qui a remplacé Keith Riggin.M... a quitté Pékin en 2007, pour être remplacé par un officier qui a été en poste a Beijing il y a quelques années.

 

 

ANNEXES

 

The Weekend Australian Samedi 14.04.2001

HEADLINE: US to resume air watch on China - SPY PLANE CRISIS: THE FALLOUT

SOURCE: The Times



BODY:THE US is expected to send a spy plane on a new mission to the Chinese coast
within the next week.

    The planned flight is likely to anger Beijing and could undermine a meeting
next Wednesday at which China and America will discuss the future of
reconnaissance operations in the South China Sea.

    Analysts say clashes over such intelligence missions are likely to continue.
The plane, expected to be a Navy P3 Orion anti-submarine craft or an air force
four-jet-engine RC135 based on the Boeing 707, will leave from a US base in
Japan and may be intercepted by Chinese jets as neither side has made any
commitment so far to scale back operations.

    Eric Grove, of Hull University in northeast England, said: "More of these
conflicts will crop up in the future."

    The potential for conflict is substantial because of the size and diversity
of the US spying effort, and because of the ferocity with which China opposes
it. Washington's intelligence-gathering operation on China uses satellites;
mobile reconnaissance teams in Pakistan, Central Asia and Mongolia; listening
stations in Taiwan, Japan and South Korea; submarines tapping into deep sea
cables; warships observing Chinese naval exercises; surveillance aircraft; and
CIA stations in Beijing and Hong Kong, as well as CIA officers in the Shanghai,
Chengdu and Guangzhou consulates.

    Robert Karniol, of Janes Defence Weekly, said: "All of these things work in
combination." The information gathered is processed at a base in Omaha,
Nebraska, and then parcelled out to US agencies and government departments.

    The monitoring is mainly aimed at the Chinese military to assess both its
hardware and its operational capabilities. By observing exercises, US analysts
can assess anything from the rigidity of the chain of command to the morale of
different sections of the People's Liberation Army.

    Observers say they believe assessments of an opponent's human capabilities
are often more important than knowing exactly how many tanks and submarines are
deployed by the other side. This explains why the US is relying so heavily on
espionage planes with listening equipment rather than solely on satellites,
which are safer but can only photograph hardware.

    Dr Grove said: "This type of reconnaissance provides one of the best
pictures you can get of the other side." US officials said the Chinese operation
was flying the same number of intelligence-gathering planes as at the height of
the Cold War. The number of missions targeting China is more than 200 a year.
"This is a multi-billion-dollar effort," one

    US defence official noted.

    According to military analysts, China is more strongly opposed to such
missions than even the Soviet Union was during the Cold War. Unlike Moscow,
Beijing does not have the capabilities to conduct a wide range of high-tech
spying missions and therefore feels more vulnerable.

    According to Dr Grove, China and the US could try to minimise future
conflict over intelligence-gathering by agreeing to certain regulations.

    He said: "One of the Cold War lessons about how to keep it cold is that you
need rules, both formal and informal. They could agree on a minimum distance
their ships and planes have to keep from each other. I would not be surprised if
there were a Chinese officer sitting down right now to write a memo advocating
this."

    The main precedent for such regulations is the 1972 Incidents at Sea
Agreement between the Soviet Union and the US. Before that, Russian sailors
regularly engaged in games of chicken leading to loss of life, according to
university textbook American Naval Heritage in Brief.

    Even if such rules are agreed, the potential for conflict remains. As long
as Beijing and Washington are fundamentally divided over intelligence-gathering,
the Sino-US relationship is likely to remain in limbo.

    More than anything, the differing attitudes over spy flights exposes the
split. A Chinese Foreign Ministry spokesman called the flights an insult to
China's dignity.

    Across the Pacific, Richard Fisher, a senior fellow at the Jamestown
Foundation, a Washington-based defence think tank, said: "These flights should
resume to make the point that this is international airspace, and we have the
right to conduct surveillance that is deemed vital to our national security."

   WASHINGTON'S EYES ON BEIJING

   US Air Force 'Rivet Joint" electronic surveillance aircraft Aleutian Islands

   THE BOEING RC 135 "RIVET JOINT"

   DIMENSIONS

   LENGTH: 164ft

   WINGSPAN: 145ft 9in

   WEIGHTS

   EMPTY: 77.6 TONNES

   TAKE-OFF: 152.4 TONNES

   PERFORMANCE

   MAXIMUM SPEED: 530 mph

   RANGE: 11 HOURS, 20 WITH INFLIGHT REFUELLING

   ARMAMENTS

   NONE

   CREW

   FOUR FLIGHT CREW PLUS INTELLIGENCE PERSONNEL

   AIRCRAFT TYPE

   * Signals intelligence collection with sophisticated electronic warfare
support

   * Can transfer information to AWACS aircraft and to Tactical Digital
Information link via satellite

   * Has secure VHF, HF and SATCOM communications

LOAD-DATE: November 27, 2001

 

 EXTRAIT DE L'INTERVIEW DE COLIN POWELL RELATIVE A STEPHEN HOLDER

Interview by "Far Eastern Economic Review"

Secretary Colin L.Powell 

Bangkok, Thailand

July 29, 2002.

 

QUESTION: I know we don’t have a whole lot of time, so just a couple or few more questions, just one specific one: Can you shed any light on the Steven Coulder (sp) who was the Counselor for Programs and Plans in the Beijing Embassy? We understand he’s the CIA Station Chief there, and the Chinese asked to have him removed, and he has left Beijing. Can you shed any light on that?

SECRETARY POWELL: No.

QUESTION: No comment at all on that? You can understand my reason for asking that.

SECRETARY POWELL: And you can understand mine.

 

Note  modifiée le 26.11.2007 et le 24.04.2008

01/10/2007

La station de la CIA a Paris

CIA STATION IN PARIS

La station de la CIA a Paris ouvre dès 1948,quand est envoyé sur place Philip C.Horton,un chef de station particulièrement alarmiste sur la situation en France.Alors,les relations entre services secrets US et francais sont réduits 0543eaaab75b995ec4a2e46c129f9a2f.jpgau minimum.

   Robert Thayer,chef de station a Paris de 1952 a 1954.

Parmi les renseignements intéréssant Langley,ceux relatifs aux programmes nucléaires francais.Pour cela,la CIA peut aussi compter sur la coopération ,secrète,de la Nouvelle-Zélande.Dans un rapport daté du 29.05.1957 (et largement caviardé),l'Office of Current Intelligence de la CIA estime que "En France la pression semble augmenter,en faveur d'un programme national d'armement nucléaire,un commentaire de l'AFP du 27.05.1957 notant même que les Partis politiques francais les plus importants sont tous d'accord sur un point: L'arme atomique est une condition nécéssaire pour l'indépendance de la France.Aucun gouvernement n'est capable de renouveler les assurances de Guy Mollet ,qui avait assuré que la France ne se dotera de l'arme nucléaire que si un accord sur un désarmement partiel est atteint".
  L'arrivée de De Gaulle au pouvoir change évidemment la donne.Celui-ci compte bien faire de la France une grande puissance ,indépendante aussi bien vis-a-vis des américains que des soviétiques.Cela se manifeste clairement avec sa volonté de donner a la France une force nucléaire.

a100808a3b1a5e9a85fe8abc2ea25359.jpgDe Gaulle ordonnera même l'expulsion du chef de station de la CIA a Paris,James Hunt (1954-1958,chef de station a Paris)

 James Hunt,chef de station de la CIA a Paris de 1954 a 1958.Il assistera au retour au pouvoir du Général de Gaulle.

C est sous Hunt justement que services secrets americains et francais developpent leurs relations. La CIA fait toutefois plus confiance a la DST , le contre-espionnage francais, plus fiable que le SDECE qui a la reputation d etre infiltre par les services secrets du Bloc communiste et donc moins fiable

 

 

 

. Photo prise en 1967 par le satellite KH7 de l'archipel de Mururoa.Les flèches désignent les sites d'essais d'armes nucléaires.

Dans les années 60,c'est la chasse a la taupe au sein du SDECE qui va particulièrement intérésser la station de Paris.Tout part des informations du transfuge du KGB Anatoly Golitsine,qui a fait déféction fin 1961 au profit de la CIA et prétend que le KGB dispose d'un réseau d'informateurs au sein du SDECE,le renseignement extérieur francais.Sur demande de Kennedy en personne,au printemps 1962,Alfred Ulmer,alors chef de station a Paris,rencontre De Gaulle pour lui remettre une lettre du Président des Etats-Unis."Vos histoires d'espions m'indiffèrent" réplique le Général,persuadé que cette histoire n'est qu'une invention des américains. Il a de quoi,car la CIA n'apprécie guère De Gaulle et ses velleités d'indépendance.Elle aimerait reruter des personnes dans son entourage,et rédigera une note sur Maurice Couve de Murville,un des plus fidèles alliés du général.Mais,estime la CIA,il n'a pas le profil pour trahir le Général.

Cela n empeche pas des cette epoque le debut de l affrontment entre services secrets de se poursuivre en Afrique, ou la CIA ,le BND , le SDECE et le Mossad doivent affronter les sovietiques et leurs allies qui ont choisis les pays decolonises comme cible pour s implanter. Les services secrets du monde occidental ont alors deux objectifs: Preserver et/ou implanter leurs interets nationaux dans les pays d Afrique mais aussi faire piece au developpement du communisme. Le SDECE y prend une part tres active, en tentant de renverser Sekou Toure ou en soutenant l insurrection armee dans la region du Biafra au Nigeria. Mais la concurrence entre services secrets occidentaux existe aussi. Sous le commandement de Maurice Robert, alors chef de la Division Afrique a la section du Renseignement du SDECE, on decouvre l intention des amercicains de soutenir un opposant au regime gabonais pour renverser le regime qui a le soutien de Paris. La reponse est immediate : Cet opposant est prevenu qu il est demasque tandis que Mqurice Robert rencontre un officier de la Station de Paris pour lui dire de cesser les activites au Gabon. En retour ,en 1964, Maurice Robert est invite au QG de la CIA pour une semaine, pour faire le point sur la situation en Afrique.

af1b280a5f329d35f3c71eeb08c9cd3a.jpgDavid Murphy (a gauche).   Ensuite,durant les années 70,la Station de Paris va être touchée par plusieurs scandales. La CIA a toujours privilegie une DST plus fiable a un SDECE passoire, mais Alexandres de Marenches, nomme directeur du SDECE et americanophile, a comme priorite de retablir de bons contacts avec l Agence americaine. Sauf que quand le patron de la Division du contre-espionnage de la CIA ,James Angleton,dit au chef du SDECE,Alexandre de Marenches,que le chef de station a Paris James Murphy , arrive en 1968 a la tete de l antenne dans la capitale francaise, est un espion a la solde des soviétiques,ca fait froid dans le dos! La DST et le SDECE ont de quoi hésiter a coopérer avec la station de la CIA a Paris. Fort heureusement, les propos de Angleton seront ensuite contredits par une enquete interne de la CIA, l'incident est clos, et Angleton, qui etqit depuis longtemps considere comme paranoiaque, devra quitter la CIA fin 1974.

.Mais ensuite,c'est le Parti communiste Francais qui découvre l'opération "Aquarium",montée par la CIA,consistant a surveiller le siège du PCF. Le Parti se fera un plaisir d'avertir les services secrets francais qui n'apprécient guère que les 2a5186dfe8896c4ee7e46e5616da1864.jpgaméricains agissent en France comme si ils étaient chez eux. Parmi les officiers impliqués apparaît Michael Berger, un spécialiste du travail contre les partis communistes en Amérique Latine.

Jim Olson,officier de la CIA a partir de 1969,commencera sa carrière a Paris ou il est envoyé en 1971.Il fera ensuite une ascension, fulgurante,servant a Moscou comme chef de station adjoint,a Langley comme chef des opérations en URSS de la Division Soviétique,a Vienne comme Chef de station puis ,de retour a Langley,il sera succesivement chef-adjoint et enfon chef du Counterintelligence center de la CIA.

 

 Puis en 1976,Libération publie une liste d'officiers de la CIA en poste a Paris! c'est presque toute la station qui se retrouve "grillée".Les dégâts sont considérables: Sont dévoilés les noms de 44 officiers de la CIA,ainsi que les méthodes pour les identifier etc..


250e9f78cced2a1ede9ae9fd0f084114.jpgDonald Bowman,officier de la station de Paris de 1974 a 1978.  

Les informations obtenues ont permis de confirmer l'appartenance a la CIA de nombre de personnes citées,:Eugene Burgstaller ,le chef de la station de Paris,qui a quitté la CIA en 1979;Francis Jeton,spécialiste des affaires africaines (Normal pour un ancien chef de station a Prétoria,Afrique du Sud),Oleg Selsky ,spécialiste des soviétiques (En poste au Chili,son nom est ensuite apparu dans le cadre de l'affaire Loguinov,Selsky ayant interrogé Loguinov quand celui-ci était détenu en Afrique du Sud) qui a fait carrière au sein de la Division soviétique essentiellement tout comme Jack Platt,et Donald E.Bowman a été ensuite identifié comme chef de station en Asie,.Après l'orage l'antenne parisienne de la CIA se fait plus discrète.Sous la couverture de 1er secrétaire des affaires multilatérales de l'ambassade américaine a Paris,le chef de station Edwin Franklin Atkins (En poste au Caire lors de la crise de Suez de 1956 puis a Rome dans les années 70) réactive discrètement la station,qui pronostiquera très justement la victoire de Francois Mitterrand aux éléctions présidentielles de 1981. Atkins quitte peu après la CIA pour le secteur privé.

Vers 1982,la station (Alors dirigée par John Seidel) compte environ 70 officiers ,selon Yves Bonnet,alors patron de la DST.Elle entretient de très bons liens avec les services secrets francais (Seidel préviendra par exemple Yves Bonnet que le terroriste Carlos a été localisé en Suisse,mais l'équipe envoyée sur place ne vera pas le célèbre tueur) ,sans pour autant en faire des subordonnés. On peut se demander ce que font autant d'officiers affectés a Paris? Evidemment, les priorités ont déja été énumérées (Travail en direction de l'Afrique,surveillance du nucléaire francais,lutte contre le KGB.....).Mais les services secrets francais n'apprécient guère que la CIA vienne mettre le nez sur leur territoire.Par exemple est expulsé ,au début des années 80,un officier de la CIA en poste a Paris qui traitait un attaché hongrois,sans que la DST en soit avisée. Un autre officier de la Station qui tentait de recruter un cubain quittera precipitamment Paris fin 1981.

 

4547e297ed3bc3eda05b35abc5fd5e98.jpgRobert Baer,officier de la Station de Paris a partir de 1989.

 Selon Robert Baer,qui fut affecté a la station de Paris de 1988 a 1989  ,en fait la station de Paris ne faisait RIEN.Dans son ouvrage "La chute de la CIA",Baer est catégorique:La station de Paris (et ce alors que la France dispose d'une forte population musulmane,et avait été victime en 1985 et 1986 d'attentats sanglants commis par Fouad Ali Saleh et son réseau agissant pour le Hezbollah) ne disposait que de quelques agents arabes,opérant a la périphérie du terrorisme.Et d'un! Baer en rajoute,estimant que la station de Paris "faisait semblant d'espionner",les informations obtenues étant d'un intérêt médiocre.Ajoutez-y que peu d'officiers traitants parlaient francais. Exception pour le Chef de station de Paris,Charles Cogan (1984-1989) ,francophile parfait (L'auteur de l'article ,ayant eu l'occasion de rencontrer M.Cogan,confirme ce point).

 

d0275d5437e80f6d078c3c499315edb3.jpg

 Charles Cogan,chef de station a Paris de 1984 a 1989.Cogan a dirigé la Division Asie du Sud/Moyen-Orient de 1979 a 1984,ce qui l'a placé au coeur de la lutte antiterroriste au Liban et de la fourniture d'armes aux moudjahidins afghans luttant contre les soviétiques.

Inactive la station de  Paris? Pas sûr.En cette fin des années 80,la DGSE perd soudainement son réseau au coeur des Etats-Unis,surtout dans le domaine de l'espionnage industriel.La raison? Un officier de la DGSE alcoolique a été "retourné" par un officier de la CIA en poste a Paris et a livré tout ce qu'il savait sur le travail de la DGSE contre les Etats-Unis.. Les industriels concernes seront discretement affectes dans des entreprises, et la DGSE et la CIA ne retabliront de bonnes relations que en 1991.

La station de Paris n'est pas un terrain aussi difficile que Moscou,Delhi,Vienne ou Pékin,ou entre KGB et CIA ,la bataille est rude pour recruter dans le camp d'en face la priorité numéro 1. Si la station de la CIA a Paris est ,surtout dans les années 40 et 50,au premier plan consacrée dans la lutte contre les communistes en France,cette tendace évoluera ensuite .La jeune CIA compte alors des officiers de l'OSS ou des diplômés d'universités..Ensuite,la station de Paris,même si elle continue son travail contre un Parti communiste francais qui décline progressivement ,ainsi que un les soviétiques et leurs satellites,devient surtout une station "honorifique",dont la direction est confiée a des officiers méritants et ayant déja une grande expérience a leur actif. Ce phénomène s'amorce avec l'arrivée a Paris de Al Ulmer (Nommé chef de station a Paris en récompense de ses succès a l'antenne d'Athènes).Il sera ensuite confirmé avec la nomination a Paris en 1968 de David Murphy ,qui quitte le commandement de la Division soviétique de la Direction des Opérations de la CIA.Ensuite,ce sont surtout des officiers en fin de carrière,après avoir travaillés une bonne partie de leur vie a la CIA,qui ont l'honneur de diriger la station de la capitale francaise.Eugène Burgstaller dirigera la station de Paris jusque 1979,prendra sa retraite la même année.Son successeur,Ed Atkins,qui sera a la tête de la station de 1978 a 1981,quitte la CIA en 1982.Et Charles Cogan,qui dirigera l'antenne de 1984 a 1989,quitte la CIA en 1992.Dernièrement,c'est Will  Murray,qui dirigea récemment la station,vers 2002,a quitté l'Agence.                                                           5f74b33c4ae94692d114a68e9f50f36c.jpg

 Jay Gruner   Après Charles Cogan,c'est Jay Gruner,ancien chef de station a Bucarest de 1971 a 1974 qui prend la tête de la station de Paris,juste le temps que le scandale de l'Irangate (livraisons d'armes a l'Iran ,en échange,les otages américains au Liban étaient libérés) ,auquel Grunner a pris part,le rattrape.

C'est donc a Richard Holm,un officier traitant spécialiste de l'Afrique,de prendre le relais.Holm peut compter sur une solide expérience au sein de l'Agence: Il a été en poste au Laos,au Congo,a Hong Kong et Bruxelles (Ou,en tant que chef de station,il a retourné un officier du KGB) ,avant de se retrouver a la tête de la station de Paris.C'est a ce moment que,bénéficiant des informations d'un terroriste recruté en 1987,la CIA réussit a déterminer ou est Ramiez Sanchez,dit "Carlos", le fameux terroriste.L'information est transmise a  une DST furieuse contre Carlos pour l'asssassinat Rue Toullier en 1975 de deux de ses inspecteurs ,et en accord avec les autorités soudanaises,réussit a kidnapper Carlos et a l'envoyer a Paris,ou il sera jugé et condamné.


c6abd5a9f7ead2d087a016c1bd6df136.jpgRichard Holm,a gauche                                                         

En pleines négociations du GATT ,la station de Paris monte une opération pour connaître la position de la France sur le dossier du GATT.Pour cela ,est utilisée Mary Ann Baumgartner,une officier de la CIA en "immersion profonde",agissant sous une couverture commerciale.C'est en avril 1992 que Baumgartner rencontre,lors d'un cocktail a l'UNESCO en avril 1992,Henri Plagnol,jeune haut fonctionnaire du Conseil d'Etat.Elle se dit chargée des relations publiques du Dalas Market Center,une fondation américaine.Baumgartner est très bien introduite dans le tout-Paris,et elle déjeune a 5-6 reprises avec Plagnol au Cercle Interallié,Rue du Faubourg Saint-Honoré. Elle "cultive" le contact avec Plagnol,jusqu'a lui demander en décembre 1992 de rédiger pour sa fondation une étrude relative au contentieux franco-américain autour de l'OTAN,du GATT et des problèmes monétaires.Plagnol remet son rapport a l'officier de la CIA,tout en ignorant que Baumgartner fait partie de l'Agence de renseignement US.L'officier de la CIA remet $2000 au haut fonctionnaire. Sauf que quand Plagnol se retrouve conseiller au cabinet du 1er Ministre,la DST alerte le Cabinet de Edouard Balladur,et Plagnol démissionne.

6a0a0ffa720169a1c48c913b0e08216b.jpg

Henri Plagnol 

La DST décide alors d'intoxiquer les américains sur le dossier du GATT,et Plagnol est chargé de recontacter sa traitante a la CIA.L'opération,qui est dévoilée en 1995 par Charles Pasqua,alors Ministre de l'Intérieur,au public .Résultat: Cinq officiers de la CIA sont expulsés: Holm ,qui assumera publiquement la responsabilité de cet échec,William Green (précédemment en poste a Genève,et qui se reconvertira dans le privé chez TD International),Joan Cozar,Lawrence Hoffman et Mary Ann Baumgartner.

 

  

d10e1293c6888b09f0e69fa6ee078cd3.jpgJoseph DeTrani    

Cette affaire rend aussi "persona non grata" le chef de la Division Europe de l'Ouest de la Direction des Opérations de la CIA,Joseph DeTrani,un ancien chef de station a Pékin,et qui a supervisé l'opération sur le territoire francais. Ironie de l'histoire,c'est lui qui devait remplacer Holm a la tête de l'antenne de Paris.

Ensuite,la station se fait discrète,jusqu'a ce qu'elle se trouve plongée au coeur de la guerre contre le terrorisme,avec les attentats du 11 septembre 2001.Tout le monde est stupéfait,et les officiers de la CIA de se rendre aussitôt au siège des différents services secrets francais (DST,DGSE,RG) en suppliant qu'on leur donne tout ce qu'ils ont sur Al Qaïda. Gentlemans,les officiers de la communauté du renseignement francais leurs donnent volontiers,en regrettant qu'ils n'aient pas été écoutés avant.....Est peu après créée la cellule "Alliance Base",située a l'Ecole Militaire a Paris,et comprenant des responsables des services secrets francais,américains,canadiens,britanniques,allemands et australiens,pour la coopération et l'échange de renseignements.La cellule aurait par exemple permis l'interpellation en 2003 de Christian Ganczarski,un logisticien du réseau Ben Laden.

62c65b28ec8dcedd05da7518130a9981.jpg  Tyler Drumheller,ancien chef de station a Vienne puis chef de la Division Europe de l'Ouest.                           

Autre priorite donnee a la station de Paris: le travail contre l Irak.La bonne coopération américano-francaise y prendra néanmoins du plomb dans l'aile avec la volonté de nombres de haut responsables de l'Administration américaine de se concentrer sur le régime irakien de Saddam Hussein! La DGSE,plutôt efficace dans la zone Moyen-Orient (rappelons que par exemple elle fut un des seuls services a pronostiquer en 1978 la chute très prochaine du Shah d'Iran) réussit une très belle opération en retournant le Ministre des Affaires étrangères de Saddam Hussein Naji Sabri,en coopération avec la CIA ,et notamment son chef de station a Paris William Murray (Auparavant chef de station 8cb03d783cbed77ffa79e2ab30256d43.jpga Beyrouth et Islamabad) qui rencontrera le Ministre.

Naji Sabri,Ministre des Affaires étrangères de Saddam Hussein 

Sabri affirmera clairement,lors d'une rencontre avec des officiers de la CIA a New York fin 2002 que l'Irak "ne possède pas d'armes de destruction massives".Selon Georges Tenet,alors patron de la CIA,il n'en sera pas tenu compte a la Maison-Blanche.C'est Tyler Drumheller,ancien  chef de la Division Europe de l'Ouest de la Direction des Opérations de la CIA,qui révèlera en mars 2006 les informations transmises par Sabri.

Ensuite il sera reproche a Bill Murray de ne pas tenir compte des informations d un iranien residant a Paris. Murray retorquera que cet iranien n apportait rien et qu il ne comptait pas par consequent y gaspiller ses ressources.

 

Cette note sera très prochainement modifiée. Modifications les 1,2,et 4 octobre 2007, 02.11.2007, 3 et 4.01.2008

18/09/2007

Michaël Sulick's career

CIA Director Hayden appointed in Friday Michaël Sulick as National Clandestine Service's head.

Sulick is a seasoned CIA officer.

His career:

Entered in the CIA,Directorate of Operations ,in 1980.

Posted in Japan and Peru (I don't know when,probably in 80's)

-Deputy station chief in Moscow from 1988 to 1991.Officially first secretary of the political section of the US Embassy in Moscow.

-Internal Operations chief of the CIA Soviet Division (Internal Operations supervises the work of the Soviet Division inside USSR)

-In August 1991,Sulick goes to Vilnius,to establish contacts with now power.

-From 1994 to 1996,Station chief in Moscow,officially counsellor of regional affairs.

-From 1996 to 1999,CIA Station chief in Warsaw.

-After the Kosovo War,appointed as Eurasia Division Chief,in 1999.

-From 2002 to 2004,Counterintelligence center head.

-From 2004 to November 2004,deputy chief of the Operative Directorate.

Fired from the CIA after conflict with CIA Director Porter Goss

-Named as National Clandestine Service Chief in september 2007. 

17/09/2007

Michaël J.Sulick

 

Je viens a peine d'apprendre la nouvelle que je me  projette immédiatement dans mes souvenirs,remonte les archives sur le personnage, remémore les informations recues.Le nouveau chef du NCS de la CIA vient d'être nommé.Et ce n'est pas n'importe qui (Cela fait depuis la mi-2004 que je suis sa carrière).Michaël Sulick est un vétéran de la CIA,qui a fait carrière en pleine Guerre froide,principalement contre la Russie,ou il a été chef de station.

 79181aa5468eb4ae70464fa67a78fae1.jpg

Michaël J.Sulick

Michaël J.Sulick est né a New York vers 1949.Il a servi au Vietnam,puis est entré a la CIA en 1980.Il a été en poste au Japon,au Pérou,en Pologne,a des dates non déterminées.Sa biographie devient plus précise quand il se retrouve nommé chef de station adjoint de la station de la CIA a Moscou,poste qu'il occupe de 1988 a 1991 sous la couverture de 1er secrétaire de la section politique de l'ambassade américaine.Parmi les opérations menées par Michaël Sulick a Moscou,notons que il rencontrera personnellement "Tony",en fait l'officier du GRU Vyatcheslav Baranov qui a été recruté en 1989 par la CIA a Dhaka .Revenu de Moscou,"Klettering" (Son pseudo a la CIA) est nommé chef des Internal Opérations (Chargée des opérations en URSS même) a la Division Soviétique de la CIA.Milton Bearden estimera lui-même que "Klettering" compte parmi les meilleurs officiers de sa génération.En aout 1991,suite a la décomposition de l'URSS,après la tentative de putsch manquée menée par des conservateurs,Sulick est envoyé en Lituanie pour établir des contacts avec les autorités officielles ,entre autres avec le Président Landsbergis.Cette histoire est d'alleurs racontée par Sulick lui-même dans un article du Center for study of intelligence de la CIA en date de la mi-2006 (http://www.cia.gov/library/center-for-the-study-of-intell...).  Puis Sulick est de nouveau nommé a Moscou,suite a l'expulsion du chef de station,James L.Morris.Rolf Mowatt-Larssen,un officier qui fera aussi carrière au sein de la CIA,est nommé acting chief of station le temps que le remplacant arrive.C'est Sulick qui débarque,en 1994 comme chef de station a Moscou.Officiellement,il est conseiller aux affaires régionales de l'ambassade américaine.Il occupera le poste jusque 1996,puis est nommé chef de la station de Varsovie,avant de retourner a Langley en 1999 et d'enchaîner les postes d'importance .Nommé chef de la Division Eurasie de la Direction des Opérations de la CIA il dirigera donc les opérations de la CIA juste après la Guerre du Kosovo. Selon une biographie,Sulick recentrera le travail de la CIA dans les Balkans et en Asie Centrale dans la lutte antiterroriste suite aux attentats du 11 septembre.En 2002 Sulick est nommé chef du Counterintelligence center de la CIA,le service chargé d'empêcher les fuites d'informations vers les services secrets étrangers,aussi bien ennemis que alliés.Puis en 2004 Sulick est nommé n°2 de la Direction des Opérations de la CIA. (Plus tard remodelée et rebaptisée  National Clandestine Service),jusqu'a un conflit avec Porter Goss.Michaël Sulick quitte alors la CIA en mars 2005.Suite a la démission de Porter Goss de la Direction de la CIA et son remplacement par Michaël Hayden,Stephen Kappes a été nommé°2 de la CIA.Michaël Sulick est lui aussi repris,il doit prendre ses fonctions le 30.09.2007 en remplacement de José Rodriguez.

26/06/2007

Le dossier Boris Belitsky

LE DOSSIER BORIS BELITSKY

Dans le cadre de ses efforts contre l'URSS,la CIA réussit en 1958 a recruter un citoyen soviétique,correspondant de Radio-Moscou.Apparement,un succès.Sauf que plusieurs années après la Compagnie apprendra que ce soviétique travaille sous le contrôle du KGB...Dans le climat ambiant de guerre froide ,l'affaire Belitsky en fut un des épisodes.

 2110f91e32e04e5c28ffcc5fa739d230.jpg
 Boris Belitsky

Boris Belitsky était correspondant de la section anglaise de Radio-Moscou.Parlant très couramment anglais (il est traducteur depuis 1945) ,il fut chargé par la radio de couvrir nombre d'événements internationaux,ce qui lui permettait de voyager.Parmi les événements couverts par Belitsky durant sa carrière,notons qu'il traduisit les propos de Youri Gagarine lors de ses conférences de presse,qu'il fut aussi le traducteur de Gagarine quand celui-ci fut recu par la Reine Elizabeth II a Buckingham Palace.En 1989,il est nommé Directeur adjoint des émissions en langue anglaise de "Radio-Moscou".

C'est l'officier de la CIA George Goldberg,un letton parlant couramment russe,qui le recrute en 1958,a Bruxelles,a la Foire internationale.Pseudo de Belitsky a l'Agence: AEWIRELESS.Il est ensuite retourné et contrôlé par la section américaine du contre-espionnage du KGB vers 1961,mais la CIA découvre que Belitsky est contrôlé par le KGB peu après:A la mi- 1962,a Genève,Belitsky devant rencontrer ses traitants de la CIA,c'est l'officier du KGB Vladimir Lvovitch Artemov (Entré au KGB en 1957,Artemov travaillait au sein de la DDP,le contre-espionnage du KGB a la section américaine), qui est chargé de diriger Belitsky sur place,en Suisse. Il bénéficie de l'assistance d'un officier de la section américaine du 2ème Directoire Principal du KGB,Youri Nossenko.Lequel contacte la CIA a Genève.Il révèle évidemment le fait que Belitsky travaille pour le KGB,et donnera même les noms des deux officiers traitants de Belitsky a la CIA,Goldberg et Young.Cette information ne surprend guère a la CIA: Certains officiers de la Section Soviétique de la Direction des Opérations de la CIA doutaient de la bonne fois de Belitsky.Parmi eux,l'officier chargé d'évaluer les rapports de Belitsky a la section SR-9 de la division soviétique,avait conclu au fait que Belitsky était contrôlé par le KGB.

Néanmoins,Nossenko déclarera a la CIA que Belitsky avait été recruté par la CIA a Londres en 1960 ou 1961 (Belitsky a en effet eu des contacts avec ses officiers traitants de la CIA a Londres en 1961.Il lui ont même faits passer le détecteur de mensonges,qui n'avait rien détécté d'anormal).Nossenko ignorait que Belitsky avait été en réalité recruté en 1958 a Bruxelles,mais aussi que le but du KGB était de faire en sorte que la CIA ait des contacts avec Belitsky a Moscou même (rapports de son interrogatoire en 1968 par l'officier de la CIA Bruce Solie) .Ce qui permettrait a la DDP de mettre a jour les méthodes et les officiers traitants de la CIA en URSS même.Car Belitsky avait surtout des contacts avec la CIA en dehors du territoire soviétique,pour la bonne et simple raison que sa profession l'oblige a voyager fréquemment a l'étranger.Pourquoi la CIA prendrait le risque de le rencontrer en URSS même,alors? Nossenko ignorait que la CIA avait contactée Belitsky en URSS même,lui envoyant trois lettres (Postées par les officiers de la CIA en poste a Moscou?) en 1959 et dans la première partie de l'année 1960.Nossenko ignorait aussi que Belitsky avait une adresse,hors d'URSS,pour contacter la CIA De plus,toujours selon Nossenko,la 2ème section du département américain de la Deuxième Direction Principale a tenté,au début,d'utiliser Belitsky contre les britanniques.Est-ce a dire que au début le KGB pensait que Belitsky avait été recruté par les britanniques? C'est probable.Il faut y ajouter que Nossenko ignorait comment Belitsky avait été recruté sur le territoire britannique,la nature de ses contacts avec la CIA et quel type d'information il transmettait a ses traitants.

 811b2444fcc4704a66d4aef556c5039c.jpg

Youri Nossenko,officier de la Deuxième Direction Principale du KGB qui participa au traitement de Belitsky.

Donc,Belitsky aurait caché au contre-espionnage soviétique que il avait été en réalité recruté deux ans plus tôt a Bruxelles.On peut donc supposer que Belitsky a sincèrement travaillé pour la CIA de 1958 a 1960.Pourquoi avoir contacté si tardivement le KGB? On ne sait pas.

Il est malheureusement impossible de savoir quelles sont les informations transmises par Belitsky a la CIA..Sans doute,étant donné son travail,des informations a caractère politique. 

Pendant que Nossenko révélait a la CIA que Belitsky était contrôlé par le KGB, AEWIRELESS,qui était venu a Genève en mai 1962 couvrir la conférence sur la paix, rencontrait dans une planque de Genève son officier traitant,Goldberg.Ils eurent plusieurs entretiens,totalisant 18 heures,au cours dequelles,estima Goldberg,Belitsky avait livré des informations authentiques et confidentielles.Il fut néanmoins prévenu que son informateur était contrôlé par le KGB.  

La CIA continua néanmoins a contrôler Belitsky,pour pouvoir déterminer quelles informations on peut en tirer,entre autres en pleine crise des missiles a Cuba en octobre 1962.La suite du traitement par la CIA de Belitsky est malheureusement inconnue.Il est probable que,suite a la déféction de Nossenko ,survenue en 1964,le KGB,supposant que Belitsky ait été "balancé" par Nossenko a la CIA ,ait aussitôt cessé le "jeu".Pour l'anecdote,Belitsky sera un des trois traducteurs en anglais durant le procès en mai 1963 de Oleg Penkovsky,colonel du GRU qui était traité par la CIA et le MI6.

Remerciements a Radio-Moscou,ainsi que aux informations disponibles dans nombre d'ouvrages ('Molehunt" de David Wise, "L'affaire Penkovsky",éditions Terra 1997, "Kontrrazvédka" de Vadim Abramov, "Cold Warrior" de Tom Mengold ). Un autre document passionant a lire est le rapport de synthèse déclassifié,et disponible au grand public,de l'interrogatoire de Youri Nossenko par l'officier CIA Bruce Solie.

16/06/2007

Déclassification de documents par la CIA

La Central Intelligence Agency a annoncé le 06.06.2007 sur son site avoir déclassifié 420000 pages de documents ,qui sont désormais disponibles au grand public (https://www.cia.gov/news-information/featured-story-archi...),au National Archives and Records Administration (NARA).Au sein du NARA,situé das le Maryland,ses documents se trouvent au CREST (CIA Records Search Tool),qui contient au total plus de 10 millions de pages de documents (ce qui nous rappele au passage que les services secrets ,comme dans tout pays,sont aussi des bureaucraties,dont le travail est plus de noircir de la paperasse que de mener de spectaculaires opérations a la James Bond..Ses documents sont disponibles sur place,aux Etats-Unis.Toutefois,ils peuvent sans doute être demandés par Internet (j'ai essayé,mais ils demandent a ce que la demande soit la plus précise possible)

Concernant les documents déclassifiés récémment,ce sont des rapports des années 1940/1950,provenant aussi bien de la Direction des Opérations que de la Direction du renseignement (service d'analyse) ou du Directoire Scientifique et Technique

 Voici l'adresse mail pour contacter le NARA: alic@nara.gov

Site du NARA:  http://www.archives.gov/ 

Ou pour en savoir plus sur le CREST :  http://www.archives.gov/research/alic/tools/online-databa...

05/06/2007

Recherches en cours

Est ouvert un dossier sur le "National Endowment for democracy",une institution américaine qui s'efforce de promouvoir la démocratie dans le monde et a été fondée en 1982.Les informations obtenues indiqueraient que le NED a bénéficié de l'aide de la CIA,d'ou mon intérêt. L'information en ce sens vient du Réseau Voltaire (dont je me méfie vu leurs théories conspirationnistes) ,d'ou ma prudence,jusqu'a ce que je me rappele que Ralph Mc Gehee,ex-officier de la CIA en poste en Thaïlande dans les années 70,avait cité le NED,pour avoir été liée aux événements de la place Tian An Men a Pékin en 1989.Selon Mc Gehee,le NED aurait aidé la CIA (avec d'autres institutions) pour mener des "covert actions" sur le territoire chinois (http://www.serendipity.li/cia/ciabase/ciabase_report_2.htm). Il est probablement fait référence d'une part au soutien aux dissidents chinois,puis,quand les autorités chinoises réprimèrent dans le sang les manifestations sur la Place,a l'opération YELLOW BIRD,consistant a faire exfiltrer des opposants chinois vers Hong-Kong et Macao.

Si vous avez des informations sur le NED,prévenez-moi

Site du NED:  http://www.ned.org/

20/05/2007

Nestor D.Sanchez

Autre officier de la CIA peu connu,hélas,du grand public,et qui est depuis de longues années a la retraite :Nestor Sanchez.

medium_CIA_Nestor_Sanchez.JPG Nestor Sanchez.    Nestor D.Sanchez est né vers 1928-1929 a Magdalena, New Mexico.Descendant de conquistadors,il parle couramment espagnol et passe huit années en Amérique Latine,étudie a l'Institut Militaire de New Mexico ,obtient un master de géopolitique a l'université de Georgetown, avant d'entrer dans la CIA vers 1949.Après avoir servi au Maroc de 1955 a 1960,il se spécialise sur la zone Amérique Latine.IL fait ainsi partie de la "Task Force" chargée de superviser,en 1961,le débarquement des cubains anticastristes a la Baie des Cochons.L'opération se solde par un fiasco total pour les anticastristes.Peu après,en 1963,Sanchez se voit associé au traitement de AM/LASH,en fait le commandant Rolando Cubelas,un cubain recruté par la CIA (Et qui sera capturé par la police cubaine le 01.03.1966).La CIA persuade AM/LASH de tuer Castro,et c'est Sanchez qui se rend a Paris et fournit le stylo contenant le poison au cubain le 22.11.1963 .Le stylo a bille avait été truqué avec une aiguille hypodermique si fine que Castro n'aurait pas senti la piqûre;le poison utilisé était le Blackleaf-40 ,très puissant.Mais l'opération ne restera que au stade de projet,car le jour même,John Kennedy,Président des Etats-Unis,est abattu.....Sanchez,de son côté,a été ensuite en poste comme Chef de station au Vénézuela de 1965 a 1967,au Guatemala de 1967 a 1971,en Colombie de 1972 a 1974.

 

medium_noriega.jpg

Manuel Noriega,homme fort du Panama avec qui Sanchez entretenait d'excellents contacts.   Aurait été chef de station au Panama ,entre 1974 et 1979 (De quand a quand? Non déterminé pour l'instant) .Il est a noter que Sanchez avait d'excellentes relations avec le général Manuel Noriega,lequel dirigera de 1983 a 1989 le Panama,jusqu'a être renversé en 1989 par les troupes américaines..En effet,Noriega aurait en fait été recruté par la CIA en 1966 alors qu'il servait dans l'armée panaméenne. (Parmi ses recruteurs...Nestor Sanchez) .Il faut noter que Brent Scowcroft,conseiller pour la sécurité nationale de Bush Père,reconnaîtra publiquement en janvier 1990 que Noriega avait des contacts avec la CIA et qu'il a transmis des informations a Langley.Sanchez a été Chef de la Division Amérique Latine de la Direction des Opérations de la CIA de 1979 jusque 1981,puis il démissione de la CIA (Après 32 ans de CIA).Bien que anticommuniste,Sanchez n'est guère heureux de la politique menée par William Casey,le nouveau Directeur de la CIA,qui met le paquet sur les actions clandestines,surtout en direction de l'Amérique Latine.Mention spéciale pour Cuba et le Nicaragua.Il supervise la Zone Amérique Latine au Ministère de la Défense américaine,le Pentagone  (Deputy Assistant Secretary of Defense for Inter-American Affairs ) jusqu'au 31.01.1987,quand il quitte l'administration Reagan.Vers 1995,directeur de International Research 2000.

19/05/2007

Rolf Mowatt-Larssen

Est créée au sein du blog une nouvelle section qui concernera les biographies d'officiers des services secrets aujourd'hui a la retraite ou connus du grand public

Nous commencons avec un officier de la CIA peu connu du grand public ,mais qui joue aujourd'hui encore un rôle important dans la communauté américaine du renseignement,en tant que chef du département du renseignement du Ministère de l'Energie Américain.Il s'agit de Rolf Mowatt-Larssen.

Je tiens a préciser que,a la date du 21.09.2007,cette note a été remise a jour. Vous trouverez les ajouts tout en bas,ainsi vous pourrez comparer entre les informations AVANT,a la date de publication de l'article,et après. 

 medium_CIA_rolf_mowatt_larrssen.jpg

 Rolf Mowatt-Larssen

Rolf Mowatt-Larssen est né vers 1955,a étudié a l'académie militaire de West Point d'ou il sort diplômé en 1976.Ensuite il sert dans les paras de l'armée américaine.

Entrée vers 1982 a la CIA,Mowatt-Larssen a été en poste en Suède puis en Grèce,a des périodes non déterminées.Apparement avant d'être muté a Moscou,ou il arrive en 1988 comme officier traitant.Il occupe le poste jusque 1991,avant d'être réaffecté dans la capitale russe en 1992 comme Chef de station adjoint,et ce jusque 1994,officiellement comme secrétaire de la section politique de l'ambassade américaine.Mowatt-Larssen est alors chargé des contacts officiels entre la CIA et le SVR,le nouveau service de renseignement extérieur russe.Il faut savoir que le KGB avait tenté de contacter la station de la CIA a Moscou,plus précisément son patron,Carl Gebhardt,en 1984.Les services secrets américains,prudents,n'y avaient pas immédiatement donnés suite.Puis,sous Gorbatchev,eurent lieu une série de rencontres,a Vienne,Helsinki,Moscou.La chute de l'URSS accélère les contacts ,dans des domaines comme la lutte contre les différentes formes de criminalité organisée (Terrorisme,trafic de drogue...).Mowatt-Larssen y prend donc part.   

Nommé temporairement Chef de station de la CIA a Moscou suite a l'expulsion fin mars 1994 de James L.Morris,le temps que Langley lui envoie en remplacement Michaël Sulick..

Petite précision (et disgression) :Selon Ron Suskind dans son ouvrage "La Guerre selon Bush",Mowatt-Larssen aurait été deux fois en poste en URSS comme chef de station,et en aurait été expulsé les deux fois.Au vu des informations que j'ai eu,M.Suskind s'est trompé: Après vérifications,d'une part,Mowatt-Larssen n'a jamais ,autant que je sache,été éxpulsé,d'une part.D'autre part,il n'a pas été deux fois Chef de station.L'officier CIA est entré a l'Agence en 1982,et la règle veut que un officier CIA puisse devenir chef d'antenne au bout de cinq ans,quand c'est une petite antenne.Quand c'est une station aussi importante que celle de Moscou,c'est carrément du jamais vu que un officier bénéficiant de moins de 10 ans d'expérience soit nommé Chef de la station de Moscou a temps complet.Par exemple,Richard Stolz,qui a dirigé l'antene moscovite de 1964 a 1965,avait 14 ans de CIA derrière lui (Entrée en 1950).Idem pour Burton Gerber,qui a été a la tête du poste de la CIA dans la capitale soviétique de 1980 a 1982,et qui était a la CIA depuis 1956..

Peut-être chef de station de la CIA a Berne en 1995.En tout cas,Mowatt-Larssen,selon les russes,aurait tenté de recruter le patron du SVR a Berne "peu après le scandale de l'affaire Ames",sans plus de précisions.

Ensuite chef de station de la CIA dans un pays non encore déterminé (La biographie de ce géant de deux mètres comporte un trou etre 1995 et 2000.Il semble qu'il se soit spécialisé dans le domaine de l'armement nucléaire,sans qu'on en sache plus)

Pendant un ans,Mowatt-Larssen a servi dans l'équipe de George Tenet,patron de la CIA,avant ,vers juillet 2001,d'être détaché:il devait prendre le commandement de la station de la CIA a Beijing et commenca donc a suivre avec sa femme des cours intensifs de chinois.Mais suite aux attentats du 11 septembre ,il est nommé fin 2001 a la tête de la Division de Contreprolifération (CPD) de la Direction des Opérations de la CIA,Tenet estimant qu'il a besoin de ce spécialiste de la contre-prolifération.C'est un petit service,qui compte a peine 4 officier,quand Mowatt en prend le commandement.Le CPD aura a son actif le démantèlement,au moins partiel,du réseau du docteur Khan,le père de la bombe atomique pakistanaise qui fournit alors en technologiques et plans aussi bien la Corée du Nord que la Libye ou l'Iran....C'est un service d'action,actif,a ne pas confondre avec le Winpac (Weapons Intelligence,Non Prolifération,and Arms Control Center) ,service chargé de l'analyse du potentiel ballistique et nucléaire des différents pays,aussi bien la Russie que la Chine ou la Corée du Nord.Winpac dépend donc de la Direction du renseignement (Analyse) et non de la Direction des Opérations (Chargé des opérations sur le terrain),et est apparu avant les attentats du 11 septembre,date exacte inconnue (Probablement a la mi-2001)

Puis cet officier de la CIA aurait été chef de la Division Europe de l'Ouest, qu'il commandera de 2004 a 2005.En 2005 Mowatt-Larssen a quitté la CIA,après 23 ans de carrière a l'Agence,pour prendre la tête du service de renseignements et de contre-espionnage du Ministère de l'Energie américain,service qu'il commande a l'heure actuelle.Le service de renseignements du Ministère de l'Energie américain est chargé,par des "canaux ouverts" (informations officielles,bavardages etc...) de recueillir des informations et de les analyser,entre autres sur le potentiel nucléaire des autres pays.Dans le contexte international actuel,ce service est donc impliqué dans le suivi des programmes nucléaires nord-coréens et iraniens...

 

En date du 21.09.2007: Le site http://www.nhdf.org/speakers.php?id=56&back=agenda

vient d'ajouter nombre d'éléments de la carrière de Rolf Mowatt-Larssen.Reprenons-les (en y mêlant les informations publiées en mai) :

Officier de la station de la CIA a Stoskholm de 1984 a 1987;officier de la station de la CIA a Moscou de 1988 a 1990,en poste a la station de la CIA a Athènes (Officier ou chef de station adjoint? ) de 1990 a 1992; Chef de station adjoint de la station de la CIA a Moscou de 1992 a 1994 sous la couverture de 1er secrétaire de la section politique; nommé Acting Chief of station suite a l'expulsion du chef de l'antenne ,James L.Morris en mars 1994;Chef de Base de la CIA a Zurich de 1994 a 1996;Chef de station de la CIA a Oslo de 1998 a 2000.

En comparant la biographie publiée en mai dernier avec ses ajouts,quelques remarques: La Biographie de mai 2007 de Rolf Mowatt-Larssen cadre très bien avec ses ajouts.Les seules erreurs que j'ai commises en mai ont été les suivantes: Cet officier CIA a été en poste a Moscou jusque 1990 et non 1991 et a été en poste en Grèce non pas avant d'arriver a Moscou mais pendant ses deux postes.Dernière erreur d'analyse,il a été en poste a Zurich et non Berne comme je le supposais.

Sinon,les erreurs sont peu nombreuses.la bio de la National Homeland Defense Foundation confirme tous les postes indiqués en mai,et je ne m'étais pas trompé en indiquant que Mowatt a été en poste comme chef de station entre 1995 et 2000.Je supposais que c'était dans la zone Europe de l'Ouest,mais n'étant pas sûr j'avais gardé mes doutes pour moi...  Néanmoins il ressort des précisions ajoutées que mes sources se sont avérées plutôt fiables,les analyses correctes.

 

 

28/04/2007

Breach,"Les fuites",le film sur l'affaire Hanssen

medium_breach.2.jpg

Breach 

Film américain,avec Ryan Philippe (Officier FBI Eric O'Neill),Chris Cooper (Robert Hanssen),Laura Linney (Officier du FBI Kate Burroughs), Dennis Haysbert (Officier du FBI Dean Plesac).

 

Sorti en février dernier aux Etats-Unis,"Breach" raconte l'enquête menée par le FBI sur un de ses membres,Robert Hanssen,soupconné de travailler pour les services secrets russes..Personnellement,j'ai aimé ce film au style réaliste,froid,documentaire,détaché dans un certain sens,avec un Robert Hanssen complexe,a la fois méprisant,arrogant,hautain,et aussi un professionel du FBI ,surtout dans le domaine de la sécurité informatique .Et le style du film n'est pas étonnant :Eric O'Neill,un des scénaristes,est un des officiers du FBI qui a enquêté du FBI sur Robert Hanssen (Le vrai) ,qui espionna successivement pour le compte du GRU,du KGB et du SVR depuis 1979 jusqu'a son interpellation le 18.02.2001..Un regret ,néanmoins,pour le film:L'enquête en elle-même n'est pas assez fouillée. Voici le site (vraiment bien fait au demeurant) du film:http://www.breachmovie.net/

medium_robert_hanssen_joue_par_Chris_Cooper.jpg

  A gauche,Chris Cooper,dans le rôle de Robert Hanssen (Remarquable).A droite,le véritable Robert Hanssen.

Je profite de cette occasion pour revenir sur l'affaire Hanssen,car il n'est pas inutile de revoir cette affaire pour comprendre les dégâts qu'a causé a la Police fédérale américaine Robert Philip Hanssen..

 

medium_eric_o_neill_et_ryan_philippe.jpg

A gauche,Ryan Philippe,dans le rôle de l'officier du FBI Eric O'Neill.A droite,le vrai Eric O 'Neill. 

CARRIERE DE ROBERT HANSSEN 

Né le 18.04.1944 a Chicago dans une famille de policiers,Robert Philip Hanssen entre a la Police de Chicago en 1972,ou il travaille d'abord a la section financière de la Police de Chicago,puis a la section C-5 chargé de démasquer les policiers corrompus.Entrée au FBI le 12.01.1976. Hanssen a successivement occupé les postes d'officier chargé d'enquêter sur les infractions liées a la hauute technologie a Chicago,puis muté a New York en 1978,envoyé au QG du FBI a Washington en janvier 1981.En 1983,entre a la section URSS de la Division analytique du FBI.Début 1985, chef des Brigades de surveillance du FBI a New York.Nommé en 1987 Chef de la section de l'analyse des informations sur l'espionnage sur l'URSS.En juillet 1991,section du renseignement du FBI,pour empêcher l'acquisition par l'URSS des secrets scientifiques et techniques américains par l'URSS. Représentant officiel du FBI auprès du Département d'Etat de 1995 a 2001.Chef de la division d'assurance de l'information du FBI  du 12.01.2001, a son arrestation (Sécurité informatique interne du FBI).De par les postes qu'il a occupé ,Hanssen a fait des dégâts considérables a la communauté américaine du renseignement:Il a transmis les noms d'officiers,d'informateurs du FBI (Parmi les soviétiques) ,les programmes du FBI pour la lutte contre les soviétiques,a installé un dispositif d'écoute au coeur de la salle de conférence du Département d'Etat au profit du SVR,a transmis des informations sur les opérations du FBI contre les soviétiques (Tentatives de recrutements,surveillance,appâts) ainsi que les analyses du FBI sur l'URSS,sans oublier que grâce a Hanssen le KGB a limité la casse en 1988: Le FBI piste alors un haut fonctionnaire du Département d'Etat,Felix Bloch,soupconné de travailler pour le KGB.Le KGB prévenu,il alerte par le signal convenu Bloch tandis que l'illégal du KGB qui traitait Bloch est rappelé d'urgence en URSS..

 

medium_fbi_2.jpg

 

ENQUETE DU FBI.

Les dégâts causés par la perte de plusieurs "assets" (Informateurs) soviétiques  du FBI a évidemment alerté le Bureau:

-Valéry Martinov,sous-colonel de la section scientifique et technologique du renseignement extérieur du KGB recruté a Washington en 1983 ,est interpellé en 1985 par le KGB,condamné a mort et éxécuté en 1987.

-Sergey Motorine,Major de la section PR (Renseignement Politique) du renseignement extérieur du KGB recruté par le FBI en 1984,interpellé en 1985 ,condamné a mort et éxécuté en 1987.

medium_fbi.2.jpg-Dmitri Polyakov,Général du GRU recruté en 1961 par le FBI ,interpellé le 07.07.1986 ,condamné a mort et éxécuté en 1988.

-Boris Yuzhin,officier du KGB en poste a San Fransisco en 1975 par le FBI ,interpellé le 23.12.1986,condamné a 12 ans de prison. 

Le FBI créa aussitôt une unité spéciale,de six personnes,nom de code "ANLACE" pour déterminer les origines des pertes subies,mais le rapport rendu en décembre 1987 excluait la possibilité d'une infiltration du FBI.C'est l'enquête conjointe avec le Centre de contre-espionnage de la CIA qui permet au FBI de déboucher sur Aldrich Ames,haut fonctionnaire de la CIA qui a contacté le KGB en 1985.Le FBI croit alors avoir la réponse aux "pertes de 1985" que lui et la CIA ont subis,jusqu'a ce que,au fur et a mesure des interrogatoires et recoupements,le FBI remarque que Ames n'a pas pu balancer certaines opérations,compromises,pour la bonne et simple raison que il n'en avait pas connaissance.La traque est aussitôt relancée ,mais les enquêteurs se trompent de piste en soupconnant un officier de la CIA,qui connaissait Ames.Hanssen n'était même pas sur la liste des suspect.Jusqu'a ce que le FBI recrute un ancien du SVR,le service de renseignement extérieur russe,qui fournit au FBI des informations sur le fameux traître au sein du FBI ,contre 7 millions de dollars.

medium_hanssen_lieu.jpgmedium_hanssen_lieu_2.jpgHanssen déposa ,dans la réalité,mais aussi dans le film,une Boîte aux lettres morte sous ce pont,ce dimanche 18.02.2001.

Parmi les informations,l'enregistrement d'une conversation,en 1986,entre un officier du KGB et le fameux traître.En écoutant la bande,les officiers du FBI se rendent tout de suite compte que ce n'est pas leur suspect de la CIA.Mais qui?  Un analyste de la section Russe du FBI,réécoutant la bande,remarque une expression,du général Patton,employée au cours de la conversation par le mystérieur traître.Et cet analyste de se rappeler que il a entendu la même expression,de la bouche même de Robert Hanssen...

medium_hanssen_BLM.jpgLa boîte aux lettres morte déposée par Hanssen.

Nous sommes fin 2000,et le FBI décide de mettre le paquet pour interpeller Hanssen,qui doit prochainement prendre sa retraite.Il est muté a la tête d'un service spécialement créé pour lui,la division des ressources de l'information du FBI.Jusq'ua ce qu'il soit interpellé le dimanche 18.02.2001,après avoir déposé une Boîte aux lettres morte dans un parc..Hanssen a été condamné a la prison a vie.

23/04/2007

"The Good Shepherd","Raisons d'Etat"

Sortira le 04.07.2007 en France un film (Un de plus diront certains) sur la CIA: "The Good Shepherd" (Traduit par "Raison d'Etat") est un film réalisé par Robert de Niro avec Matt Damon,retracant l'ambiance paranoïaque qui régna a la CIA au début de la Guerre Froide,la crainte d'être infiltrés par les soviétiques..J'en saurai plus prochainement,peut-être.

14/04/2007

La station de la CIA a Tel-Aviv

 

"Faire confiance mais surveiller"  Ronald Reagan,a propos des alliés des Etats-Unis.

 

 

 

LA STATION DE LA CIA A TEL-AVIV

Dès sa création en 1951,le service de renseignement extérieur israëlien,le Mossad,conscient de la menace que représentent les pays arabes qui l'entourent (Et qui sont hostiles a l'Etat hébreu) ,demandera l'aide des services secrets occidentaux, américains aussi bien que britanniques ou francais,dans le domaine de l'équipement technique,ainsi que sur les intentions de leurs menacants voisins.L'Etat hébreu est alors un petit Etat a l'industrie peu développée,encore mal armé pour faire face a la menace de voisins arabes qui tentèrent de l'envahir dès sa création.La coopération CIA-Mossad ne commence que en juin 1951,quand le Directeur du Mossad,Reuven Shiloah,se rend a Washington pour rencontrer le chef de la CIA,Walter Bedell Smith,et le chef du contre-espionnage,James Angleton.

La date exacte de l'ouverture de la station de Tel-Aviv,malheureusement,est inconnue. Le premier chef de station identifié est Peter C.Jessup ,qui sera en poste de 1959 a 1961. Mais la méfiance vis-a-vis de l'Etat hébreu est forte,car en ce contexte de Guerre Froide,les idées socialistes sont très répandues en Israël,ce qui est mal vu a Washington,au Département d'Etat et a la CIA. Malgré l'excellente coopération entre CIA et Mossad dans le domaine du renseignement,la méfiance reste entre les deux services.Ce n'est pas l'avis de James Angleton,chef du contre-espionnage de la CIA jusque 1974,persuadé que Israël est un fidèle allié des Etats-Unis.Angleton ne cessera de tout faire pour soutenir le Mossad,n'hésitant pas a bloquer ou minimiser les informations qui,selon lui,peuvent "nuire a Israël".

 

Mais les américains découvrent la volonté des israëliens de se doter de la bombe nucléaire ( A l'été 1960,les avions-espions U2 détectent un réacteur a Dimona,et la CIA prévient le Président Eisenhower que les israëliens construisent dans le désert du Néguev un réacteur nucléaire pour la mise au point de la bombe atomique.),y compris par l'espionnage sur le sol américain.La station de Tel-Aviv est donc chargée de surveiller ,dans les années 60,les installations militaires israëliennes.Elle est alors dirigée par John Hadden (De 1961 a 1967) et se concentre donc en priorité sur la mise au point par Israël de la bombe atomique.Malgré les déclarations politiques et les assurances réitérées des dirigeants israëliens,Hadden,et d'autres officiers de la CIA,estiment que ce sont juste des paroles.Israël compte avoir l'arme nucléaire,ce n'est pas pour rien si les strétèges israëliens ont estimés que l'arme nucléaire est un moyen pour mettre fin aux guerres au Moyen-Orient.L'antenne de Tel-Aviv concluera ,dans le milieu des années 60,que le programme nucléaire israëlien est un fait établi,mais ne peut guère faire quoi que ce soit pour empêcher la contre-prolifération nucléaire.Par exemple,le FBI ne tarde pas a établir que une entreprise américaine,Numec, dirigée par un dénommé Salman Shapiro,a signée un contrat avec le gouvernement de Tel-Aviv,pour la pasteurisation d'aliments et la stérilisation d'échantillons médicaux par irradiation.Numec est une entreprise spécialisée dans le retraitement de l'uranium enrichi,ce dont Israël a besoin pour former une bombe nucléaire.La crainte du FBI est que le contrat passé soit une couverture pour fournir clandestinement a Israël de l'uranium,mais la station de Tel-Aviv,malgré les efforts de John Hadden,ne pourra confirmer que les conteneurs envoyés par Numec a Tel-Aviv étaient bien destinés a Dimona,ou est situé un réacteur nucléaire..

Un des officiers affectés a la station de la CIA a Tel-Aviv en 1967, Steve Mc Carthy,(entré en 1952 a la CIA,et qui a aussi servi au contre-espionnage de la CIA) aura l'honneur de se rendre compte de l'efficacité de l'armée israëlienne en pleine Guerre des Six Jours,tout comme Hadden,qui est remplacé peu après par John D.Walker,lequel sera remplacé par Jessup.

 

En ses années,la Direction des Plans de la CIA (qui sera rebaptisée Direction des Opérations en 1973) ne compte pas de "Israël Desk".L'antenne de Tel-Aviv voit son travail supervisé par la Division du Contre-espionnage de la CIA,alors dirigée par James Angleton.. Nommé depuis peu Directeur de la CIA,William Colby découvrira avec étonnement que l'antenne de Tel-Aviv n'a pas le droit d'échanger des câbles avec les autres antennes de la CIA au Moyen-Orient;tout doit absolument passer par la Division du contre-espionnage,que Angleton dirige toujours.Ce qui ralentit la circulation des informations,par exemple lors de la guerre du Kipour en 1973,ou la CIA fera une grave erreur d'analyse:En ce début d'année 1973,alors que Peter C.Jessup est de retour a Tel-Aviv pour prendre les rênes de l'antenne,le maréchal de l'armée égyptienne Ahmed Ismael Ali est nommé chef d'Etat-Major sur les trois fronts -Syrie,Jordanie,Egypte.Le Premier Ministre égyptien déclarera que "le gouvernement a décidé d'économiser les ressources pour la guerre contre Israël".En mars 1973,le Président égyptien Sadate forme un nouveau gouvernement,avec un seul but: Se préparer a une guerre totale contre Israël.Des avions militaires arrivent en Egypte.Le 23 septembre 1973,les troupes syriennes passent en état d'alerte.Mais la CIA considère qu'il s'agit d'une guerre psychologique de la part des egyptiens.Les mouvements des troupes syriennes et egyptiennes sont juste des manoeuvres,estiment la CIA et les services secrets israëliens.Grave erreur d'analyse de la CIA,encore aggravée par les comptes-rendus faits par la CIA a Henry Kissinger.Ce dernier est alerté quelques heures avant le début du conflit par un message urgent de l'ambassade américaine a Tel-Aviv :Deux heures avant,Le Premier Ministre israëlien Golda Meir a invitée chez elle l'ambassadeur américain,a qui elle déclara que "aujourd'hui commence la Guerre".Kissinger tente de joindre les responsables de la diplomatie soviétiques,égyptiens,syriens,avant d'apprendre que les troupes égyptiennes et syriennes ont attaquées Israël...Kissinger en demande plus aux services secrets américains,lequels affirment que se déroulent de "petits affrontements"...La CIA a eu tout faux,sur toute la ligne.Les combats sont en fait très violents,et Tsahal,au prix de combats acharnés,réussira a redresser la situation,et a défaire les armées egyptiennes et syriennes,mais le mal est fait. Aussi c'est désormais la Division Moyen-Orient qui recoit les câbles de l'antenne israëlienne.Progressivement,au fur et a mesure que le pouvoir de Angleton se vera rogné,la supervision du travail en Israël sera rendue a la Division Moyen-Orient de la DO CIA.Stephen Millett,un des adjoints de Angleton qui dirige la section Israël a la Division du contre-espionnage de la CIA,doit donc laisser les rênes,ce qui est fait le 17.12.1974.

 


Les Etats-Unis s'impliquent fortement dans les conflits au Moyen-Orient  (lutte contre le régime des ayatollahs qui arrivent au pouvoir en Iran en 1979,guerre au Liban,menaces de la Syrie..) tandis que l'Etat hébreu doit faire face a des voisins menacants.Les deux pays coopèrent donc.La CIA peut compter sur les informations que recoit le Mossad,service très compétent,tandis que le Mossad peut s'appuyer sur les moyens financiers de l'Agence américaine et sur un parc de satellites performants (Par exemple,le bombardement en 1981 d'un réacteur irakien par l'armée israëlienne se fit entre autres sur la base des photos prises par les satellites de la CIA) ,qui a beaucoup plus de mal a implanter un réseau d'informateurs dans nombre de pays difficiles d'accès (Irak,Iran,Syrie) voire n'ose pas dans certains (Par exemple en Arabie Saoudite).La coopération Mossad-CIA se fait par les officiers de liaisons dans les ambassades.Par exemple,Naum Admoni,qui diriga le Mossad du 27.06.1982 a 1989 fut officier de liaison a Washington dans la première moitié des années 70,ce qui implique qu'il a participé a toutes les opérations conjointes menées avec la CIA.Cela n'empêche pas la CIA  d'établir aussi,au début des années 70,un contact avec Yasser Arafat,ainsi le leader de l'OLP dispose d'un "canal diplomatique" avec Washington,au grand dam des israëliens.

 medium_legallo.jpg

 Andre Legallo a travaillé a la CIA de 1961 a 1994.Il a été en poste au Maroc de 1965 a 1966,au Mali de 1966 a 1970,de nouveau au Maroc jusque 1974, en Hongrie en 1976,chef de station a Bucarest de 1976 a 1978 ,en poste a Téhéran de 1978 a 1979  chef de station,en Israël,Belgique,Algérie,en poste au Laos a une période inconnue,et enfin National Intelligence Officer for terrorism en 1988.

Dans les années 80 le chef de l'antenne de la CIA semble avoir été André Legallo (Apparement de 1984 a 1988) .C'est durant cette période que éclatent plusieurs scandales,que les médias ne reprendront guère:Suite a l'affaire Pollard qui éclate en 1985 (Un analyste du renseignement naval américain qui a passé des informations au Lakam, le service de renseignement scientifique,indépendant du Mossad),Itzak Rabin,alors Ministre de la défense,révèle que le Shin Beth a mis a jour ,sur la période fin des années 70-début des années 80, cinq cas d'espionnage menées par la CIA contre Israël.L'un est le cas d'un scientifique américain travaillant, dans le cadre d'un échange scientifique, au réacteur nucléaire de Nakhal Sorek (Il était traité par des officiers de la CIA venant de l'étranger).Un autre travaillait dans une firme étatique,"Raphaël",a Haïfa.

Est aussi cité le cas du Major Yossi Amit,qui sera condamné en 1986 a 12 ans de prison au profit des Etats-Unis.Son traitant a l'antenne de Tel-Aviv est Thomas Volz,officiellement 2ème secrétaire de l'ambassade américaine,qui a travaillé en Namibie en 1991 puis a Hambourg en 1999,ou il travaillera contre les extrémistes islamistes.Le nom de Volz est lié a une autre affaire,car cet officier de la CIA a recruté Andrzej Kielczynski,un industriel membre du Comité Central du Likoud et proche de Ariel Sharon (Patron du Likoud). Le duo s'est rencontré lors d'une soirée a la villa de l'ambassadeur allemand en Israël.Volz recrutera l'industriel d'abord en l'aidant a faire un visa pour les Etats-Unis.Le recrutement définitif se fera a Francfort,ou Kielczynski retrouve Volz,et signe le document ou il s'engage a travailler pour la CIA en 1985.Volz s'efface ensuite,l'industriel sera successivement traité par deux officiers de la CIA lors de rencontres secrètes. Il passera des informations sur les opérations menées par le renseignement israëlien aux Etats-Unis et ailleurs.Parmi ses informations,certaines concernent Pollard,qui sera arêté un mois après par le FBI,ainsi que sur les  constructions des colonies juives,le programme nucléaire israëlien,les discussions au gouvernement et aux commissions des affaires étrangères et de la Défense de la Knesset.Kielczynski avait aussi des contacts au sein de l'industrie militaire israëlienne.En échange de ses informations,la CIA lui promet 3000 dollars par mois et la citoyenneté américaine.L'industriel renseignera plusieurs années durant la CIA avant de sentir en 1992 qu'il est suspecté.Il s'envole aussitôt en Pologne ou il sera arrêté pour vols et racket.

Un autre officier de la station de Tel-Aviv est Franklin J.Sparhawk,qui était en poste en 1987 sous la couverture d'attaché commercial.Sparhawk a été en poste a Moscou dans la première partie des années 80,officiellement comme 2ème secrétaire,puis au tout début des années 90 il est en poste a Erevan (Chef de station ou Chef adjoint,pour l'instant non détérminé ),officiellement 1er secrétaire,puis a Talinn,comme chef d'antenne. 


Jusque 1995,Jim Flynn dirige la station de la CIA a Tel-Aviv,avant d'être remplacé par Stanley Moscowitz. En ses années,le poste de Tel-Aviv était (et il reste aujourd'hui) un des plus importants,de par la délicatesse et la médiatisation du problème israélo-palestinien.Le chef de station doit alors se transformer en diplomate,chargé d'agir pour le processus de paix ,aussi bien en combattant le terrorisme (par des échanges d'informations avec les services secrets israéliens et palestiniens) que en s'efforcant de réunir les deux clans des services sécuritaires autour d'une même table.La CIA a même établie un officier chargé de coordonner la coopération entre les deux camps.Sous Moscowicz,les officiers de la station de Tel-Aviv ont contrôlés l'activité des services secrets de Arafat, supervisés les déploiements des troupes israëliennes et palestiniennes,le travail de la communauté israëlienne du renseignement pour éviter ou calmer les provocations dans la Berge Ouest et a Gaza,tout en prévenant les attaques terroristes,les crimes commis contre les palestiniens...Donc les officiers de l'antenne,avec l'amélioration (A partir de 1993 ,avec les accords de Camp David) des relations israëlo-palestiniennes,ont des contacts réguliers avec les deux camps. Ce canal fut par exemple utilisé en 1998 lors des négociations de Wye Plantation. Il faut aussi noter que la CIA assure la formation des cadres des services secrets palestiniens a Langley.C'est ce que s'efforce de faire Moscowicz,dont le nom se retrouve jeté au public en janvier 1998. Benyamin Netanyaou,alors 1er Ministre israëlien,demandera le rappel de Moscowicz,lequel ne quitte Tel-Aviv que en 1999. A partir de 1999 c'est Jeff O'Connell qui prend le relais.


En 2003 c'est Deborah Morris qui dirige l'antenne de la CIA a Tel-Aviv.Deborah Morris a auparavant supervisé le travail en direction de l'Arabie Saoudite a la Division Moyen-Orient de la Direction des Opérations de la CIA.Elle est mariée a James L.Morris,un officier qui a quitté la CIA vers 1996-1997 après y avoir occupé nombre de postes importants (Chef de station adjoint a Islamabad en 1988;Chef de station a Moscou de 1993 a 1994)

 

Mes remerciements a Fabrice,ainsi que aux auteurs des différents ouvrages qui m'ont aidés pour ce document :Tom Mengold ("Cold Warrior" paru en 1991),Léonid Mlétchin (Ouvrage "Le Mossad"), A.D.Prokhorov ("Les services secrets israëliens"),Joseph Deutchmann (Ouvrage "Le Mossad") ,ainsi que le Middle East Intelligence Bulletin

07/03/2007

Un haut responsable de la Défense iranienne a fait déféction

 

medium_Asghari_nvelle_foto.jpgAli Asghari

L'information a commencée a circuler samedi dernier,mais les grands médias ne l'ont pas reprises jusqu'a présent: la communauté occidentale du renseignement vient de marquer un point,apparement d'importance,contre la République islamique d'Iran:Un très haut responsable du Ministère de la Défense iranienne,Ali Askari (ou Asquari) avait disparu d'Istanbul, en Turquie le 7 février dernier.Les iraniens avaient aussitôt accusés le Mossad ,ou la CIA, de l'avoir enlevé.Les journalistes qui avaient leurs contacts informels au sein du Mossad (donc non autorisés par la direction du Mossad) ont eu une réponse très claire :Le Mossad n'est absolument pas lié a cette affaire.Donc exit le Mossad! Et comme le constate l'ESISC,il paraissait risqué que la CIA mène une telle opération,étant donné tous les scandales qui s'accumulent autour du renseignement extérieur américain (L'affaire des vols de la CIA).

Restait donc comme hypothèse la déféction de M.Askari,hypothèse qui semble se confirmer:Les informations obtenues indiquent que le général Askari a fait déféction au profit de la CIA et est ,actuellement,soit débriéfé dans un pays européen,soit aux Etats-Unis même (Etant donné que sa déféction date d'il y a un mois maintenant ,et connaissant le fonctionnement de la CIA ,qui a toujours préféré amener les transfuges sur le sol américain par sécurité [Je pense par exemple aux transfuges soviétiques comme Anatoly Golitsyn qui a été emmené aux USA quand il fuit en octobre 1961,ou beaucoup plus récémment au colonel de l'armée chinoise Xu Junping qui fit déféction en décembre 2000),donc la dernière hypothèse est la plus probable.

Si l'information est confirmée,ce sera sans doute une des plus belles réussites ,de par les postes que Askari a occupé: Askari,proche de l'ayatollah Khomeiny (le guide spirituel de la Révolution islamique iranienne décédé en 1989) a aussi été général des Pasdarans (Les Gardiens de la Révolution iranienne),ou il a entre autres été chargé de la liaison entre l'Iran et le Hezbollah au Liban dans les années 80 et au début des années 90.Il a aussi été vice-Ministre de la Défense iranienne,jusque sa retraite, qu'il a prise en 2005.Se pose la question des connaissances du Général Askari ,aussi,sur le programme nucléaire iranien.Selon les informations obtenues,les debriefings actuels du Général Asghari ne porteraient pas sur le programme nucléaire iranien.

La question se pose de savoir si cette déféction a été menée par le général seul,ou si il était en contact avec un service secret depuis un certain temps pour la planifier? Sur ce point,il n'y a pas (du moins pas encore) de réponse précise,mais selon les informations obtenues par le Washington Post,le Mossad aurait joué un rôle fondamental dans le recrutement de Asghari,et son exfiltration de Turquie.

 

Des mises a jour seront effectuées sur cet article dès que de nouveaux renseignements seront disponibles.

 Cette note a été modifiée le 12.03.2007